[90] Vivre le Territoire n°76 déc 05/jan 2006
[90] Vivre le Territoire n°76 déc 05/jan 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°76 de déc 05/jan 2006

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : un territoire et des professionnels...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
7dee L'université populaire est ouverte à tous. Secrétariat : 4. roe.Jean.Pierre Melvi'le BP 751 90020 BELfORT Cedex Tél : 03 84 2870 96ou0381 537294 OUndl au wrdrndl de 131\30 à 19h et le samedi de 9lla 12h ijusqu'au 8 a>ml) Fax : 0384287610 Courrlel odeeup@voltarr Site lnlemet YIWW.Ideeop OOJ POUR RECEVOIR DES INFORMATIONS DÉTAILLÉES, RETOURNEZ-NOUS CE BON COMPLÉTÉ. M. 0 Mme 0 Mlle 0 Nom : Prénom : Profession : Date de naissance : Adresse : Code postal : Localité : Tél.dom. : Tél. travail : Courriel : A retourner sous enveloppe affranchie à IDEE 4. rue Jean-Pierre Melville. BP 751• 90020 BELFORT CEDEX ou par lax au 03.84.28.76.10 ou téléphoner au 03.84.28.70.96 ou 03.81.53.72.94
Message d’espoir Pour notre institution, le mois de novembre est synonyme de préparation budgétaire. Cet exercice qui consiste à se projeter dans l’avenir fut particulièrement difficile cette année. Je ne reviendrai pas sur le transfert de charges de l’État vers notre département (7,6 Millions d’euros entre 2005 et 2006) ni sur l’une de ses conséquences les plus douloureuses : l’obligation de réaliser des économies sur un budget qui pourtant vient en aide aux plus fragiles de notre Territoire (personnes âgées, handicapées, RMIstes, familles monoparentales, etc.) Je ne reviendrai pas sur le fait que les Départements sont au cœur des déchirures de notre société, confrontés à des besoins sociaux qui explosent du fait de la montée de la pauvreté et des précarités. Je ne reviendrai pas sur la dureté de ces constats qui s’imposent aujourd’hui à nous. En cette avant-veille de fête, je souhaiterais vous faire partager un rêve. Je rêve que nos nouveaux « aristo-CAC40 » plutôt que de créer des lobbies parlementaires qui réduisent leur impôt sur la fortune (eux qui, en moyenne, perçoivent 15 000 € par jour de revenus) se tournent enfin vers les citoyens et réparent les dégâts sociétaux qu’ils provoquent par leurs discussions focalisées uniquement sur les performances financières. Je rêve que les actionnaires soient touchés par la sagesse et qu’ils ne s’autorisent que des prélèvements limités afin de permettre une répartition équitable entre la rémunération des salariés, celle des actionnaires et l’investissement nécessaire à l’outil de travail. Je rêve que les services publics, essentiels à l’équilibre de notre société, dans des domaines tels que la santé, l’éducation, les transports, la police, la justice, l’environnement fassent partie intégrante du lien républicain et du respect des valeurs fondamentales d’égalité et de fraternité. vivre le Territoire - décembre/janvier 2006 - n o 76 éditorial Yves Ackermannlors des Rencontres du Territoire au mois de novembre dernier (voir pages 6 & 7) Je rêve que les valeurs du vivre ensemble soient partagées par tous et que cessent les discriminations à l’embauche et le délit de « sale gueule ». Sommes nous condamnés à rêver… dans nos sociétés occidentales qui vieillissent et finissent par avoir peur de leur ombre ? Car, tout cela reste du rêve dans une France qui a perdu considérablement de son influence tant sur le plan mondial, que sur le plan européen. Et pourtant ! Quand je vois ces jeunes infirmiers et infirmières de l’Institut de Formation de Belfort qui s’engagent à terminer leur stage de dernière année auprès d’habitants du Burkina Faso, un des pays les plus pauvres au monde, dans lequel les enfants meurent encore du choléra ou de famine selon les saisons, je constate avec bonheur que le rêve peut encore, parfois, prendre pied dans la réalité. Je vois une jeunesse forte, qui vit, se bat, s’engage et nous fait la démonstration de la seule leçon de vie qui donne un sens à l’existence : apprendre à regarder l’autre, apprendre à aider celui qui souffre et qui dérange. C’est un message d’espoir qu’ils nous adressent. Et c’est ce message, leur message, celui de notre jeunesse que je voulais vous transmettre en cette période de fin d’année. En vous souhaitant à toutes et à tous d’excellentes fêtes. Très chaleureusement. Yves AckermannPrésident du Conseil général 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :