[90] Vivre le Territoire n°73 jun/jui 2005
[90] Vivre le Territoire n°73 jun/jui 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°73 de jun/jui 2005

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,0 Mo

  • Dans ce numéro : un dossier sur le Ballon d’Alsace.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
loisirs le magazine du Conseil général du Territoire de Belfort Théâtre « les Prés Jolis » Un jeu d’enfants Cette année, les enfants ont joué une pièce intitulée « Allô les pompiers ». Dans la salle communale d’Angeot, une quinzaine d’enfants, de 7 à 13 ans, répètent chaque année de nouveaux Championnats du monde Rois et reines de l’échiquier Belfort accueille cette année le championnat du monde d’échecs des jeunes. 1000 joueurs, champions de leur pays, d’Europe ou du Monde seront réunis du 18 au 29 juillet pour des parties d’échecs de haut niveau. Ils se disputeront les couronnes mondiales à travers dix championnats, 5 pour les filles, 5 pour les garçons, dans 5 catégories d’âges (moins de 10 ans, moins de 12 ans, moins de 14 ans, moins de 16 ans et moins de 18 ans), soit 5500 parties jouées ! La France sera représentée par une centaine de joueurs dont quatre belfortains. « Cyril Monsieux, champion de France pupille 2001, Yasin Tachikart, médaille de bronze du Championnat de France des jeunes 2005 en catégorie benjamin, Léa Cechetto, triple championne de Franche-Comté et Kelly Sonet, championne de Franche-Comté 2004 dans la catégorie petite-poussine représenteront les couleurs de la ville » rôles et de nouveaux textes. La troupe des enfants du théâtre les Prés Jolis a produit cette année une histoire intitulée « Allô les pompiers » et quelques sketches comiques. « Avec les plus jeunes, la difficulté principale est de trouver des auteurs qui écrivent pour eux. Le reste se fait dans une ambiance conviviale. Le théâtre, pour les enfants, c’est avant tout un jeu » explique Fany Martinato, présidente de l’association. Pour certains toutefois, il s’agit de vaincre sa timidité. « Quelques enfants sont dirigés par leurs instituteurs. La formation théâtrale leur apprend à vaincre leurs peurs et à travailler leur diction. Ils sont ensuite plus à l’aise à l’oral ». Encadrés par deux bénévoles, les comédiens en herbe se retrouvent tous les vendredis soirs pour jouer explique Jean-Paul Touzé, Président du Comité d’organisation. Ils sont entraînés depuis six mois par un des meilleurs joueurs mondiaux, Andréï Istratescu. « La concurrence est de plus en plus dure chez les jeunes. Cependant mes élèves ont un réel potentiel et j’espère que mon travail avec eux les aidera à profiter pleinement de cette opportunité d’avoir un Championnat du monde dans leur ville » explique t-il. Les parties jouées seront retransmises sur écrans géants à la patinoire de Belfort, lieu où se déroulent les matchs, et en direct depuis internet avec la possibilité de participer à un concours de pronostics en essayant de deviner à l’avance les coups joués ! C.J. Contact 3 Belfort Echecs Diana Istratescu Tél. 03 84 21 52 80 Courriel : belfortechecs@wanadoo.fr Site : www.belfort-echecs.com et préparer les trois représentations de l’année. « C’est un moment important pour les enfants, fiers de se produire devant un public et surtout leur famille ». Un moment tout aussi important pour les 30 autres adhérents et acteurs (adolescents et adultes) qui préparent les costumes comme les décors. « Un spectacle réussi demande du travail, du temps et du talent ». Le théâtre, finalement, ce n’est pas qu’un jeu d’enfants.C.J. Contact 3 Théâtre les Prés Jolis Fany Martinato Présidente Tél. 03 84 23 82 09 16000 pièces d’échecs seront mises en place chaque jour à l’occasion des championnats du monde d’échecs des jeunes. vivre le Territoire - juin/juillet 2005 - n o 73
le magazine du Conseil général du Territoire de Belfort Chronique Mon Territoire Pour cette deuxième édition de la chronique « Mon Territoire », nous vous proposons le Territoire de Didier Schwinte, 34 ans, fleuriste. « Arrivé à Belfort dès ma plus jeune enfance, j’ai été bercé rue Dauphin près de la gare de marchandises. J’ai fait mes premières armes à l’école du faubourg de Montbéliard où je me souviens, comme si c’était hier, de mes camarades de classe ainsi que de ces tourterelles et ces hamsters que la maîtresse nous prêtait pendant les grandes vacances. Quelques années plus tard, j’habite rue de la Paix aux Glacis. Le quartier me plaît beaucoup et j’y commence mon cours préparatoire avec M me Amathieu ou encore M. Beuglot. Toujours vêtu de noir, avec béret, parapluie et sacoche à la main, on ne pouvait pas le louper. Un personnage de son temps. De ce temps qui n’est plus. Rue de la Paix, je découvre ma passion, le côté nature. Ambitieux, motivé, créateur ? ! J’aime à penser que j’ai été l’élément moteur du fleurissement du quartier où je commence à m’exprimer en plantant mes premières fleurs à l’entrée de l’immeuble tout en incitant les voisins à faire de même. Un premier pas qui me mène au concours des maisons fleuries. C’est là que Renée Subiger, ancienne fleuriste à vivre le Territoire - juin/juillet 2005 - n o 73 Belfort me conseille le Lycée d’Enseignement Général et Technologique Agricole de Valdoie (LEGTA). J’y suis un apprentissage et découvre ce Belfort vert aux senteurs parfumées. Je découvre les parcs et jardins de la ville, le square Leichten avec ses anciennes serres et ses couches réalisées par « Nainbus » faites de terre et de feuilles mortes. C’est dans ce square que je découvre également la mosaïculture : le dessinateur réalise le motif, les jardiniers le reproduisent sur le terrain à l’aide de plantes et de fleurs. Les fontaines majestueuses donnent de la vie à ce magnifique jardin aux mille couleurs et senteurs sans oublier la tonnelle aux actinidias, des kiwis qui poussent en plein cœur de Belfort ! Un coin de verdure que les jardiniers protègent. C’est ce Belfort là qui a fondé ma vie et mon métier. Qui m’a donné la volonté de transmettre ma passion, mes connaissances et mon savoir-faire à travers un magasin où j’allie fleurs et décoration. Mais plus qu’une boutique, c’est un état d’esprit, un savoir-vivre : la vie, la nature, le savoir offrir… Quelle joie de voir un enfant venir avec son papa acheter une fleur pour la fête des mères et d’entendre le père dire « Cela fait trois jours que j’essaye de faire dire à ma fille : bonne fête maman ! ». La rose est la plus belle fleur pour faire sa déclaration d’amour. Amour d’un jour, amour de toujours... Je la dédie à Belfort, cette ville où il fait si bon vivre. Didier Schwinte » Auxelles-Haut Echange dahlias contre fraisiers loisirs « Quelquefois on achète des plantes alors que celles-ci poussent dans le jardin du voisin. Je trouve cela tellement plus sympathique de pouvoir en échanger ! » explique François Fendeleur, maire de Auxelles-Haut. Fervent admirateur de la nature, il organise pour la deuxième année consécutive, un troc de graines et de plantes les 22 et 23 octobre prochains. « Le principe est simple : tout jardinier amateur peut venir échanger ses plantes ou ses graines ». L’anticipation est toutefois conseillée « dès cet été, les participants doivent penser à récolter leurs graines et les faire sécher. L’automne venu, ce sera le moment de dédoubler les plantes vivaces ». Un échange qui s’étend également à des savoir-faire, des astuces, des conseils... Une nouveauté cette année pour ceux qui n’auraient rien à troquer. « À la fin du troc, ils pourront acheter des plants pour un prix forfaitaire de 50cts d’euros ». Et d’autres idées germent d’ores et déjà dans la tête du maire pour faire mûrir la manifestation.C.J. Contact 3 Renseignements à la mairie d’Auxelles-Haut Tél. 03 84 29 52 01 Fête de l’Âne « Pas si têtu » ! À Suarce le 15 août, les ânes montrent leur vraie nature. « Un âne n’est pas aussi têtu qu’il n’y paraît » explique Fabienne Flury, trésorière du comité d’organisation de la Fête de l’âne. À l’occasion de cette 9 e édition, le fameux « Gymkana », prouvera encore que « les ânes sont des animaux qui peuvent être éduqués comme les chiens ». Courses et foires aux ânes, défilés de vélos fleuris, concours de chiens de travail sur bovins et baptême de l’air en hélicoptère viendront ponctuer une journée de foire artisanale et d’expositions. « 80 exposants sont attendus cette année dont une bourrelière travaillant le cuir pour la réalisation de harnais et de selles ». L’autre nouveauté de cette année est un défilé et une exposition de tracteurs de collection sur le thème « de l’âne au tracteur ». L’année prochaine, la fête de l’âne fêtera ses dix ans.C.J. Contact 3 Comité des fêtes de Suarce Tél. 03 84 29 66 22



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :