[90] Vivre le Territoire n°73 jun/jui 2005
[90] Vivre le Territoire n°73 jun/jui 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°73 de jun/jui 2005

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,0 Mo

  • Dans ce numéro : un dossier sur le Ballon d’Alsace.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
dossier Sommet en Activités le magazine du Conseil général du Territoire de Belfort Un sommet en mouvement Le Ballon d’Alsace n’est pas un volcan, pourtant voilà un peu plus d’une décennie qu’il prépare son éveil. C’est en 1990 que les études ont commencé pour aboutir aujourd’- hui à un schéma d’aménagement touristique qui vise à redynamiser ses activités hivernales et estivales. Début d’entrée en activité : 2006. Le Ballon d’Alsace est sans nul doute une destination de loisirs pour les habitants du Territoire de Belfort. C’est également le « poumon vert » du département. C’est en cela que réside tout l’enjeu du projet d’aménagement du Ballon : valoriser l’offre de loisirs et promouvoir le site tout en préservant et restaurant ses qualités paysagères et environnementales chères à tous. Ceci avec l’objectif de séduire un public familial mais également sportif. La réflexion menée par l’ensemble des collectivités territoriales réunies au sein du Syndicat Mixte Interdépartemental du Ballon d’Alsace (SMIBA) a porté particulièrement sur l’accueil et le développement des activités estivales comme hivernales. Deux secteurs sont principalement concernés par cette restructuration : le secteur du col des démineurs et de la partie sommitale ainsi que le secteur Gentiane-Langenberg. Mais c’est un accueil sur ces deux secteurs qui semblait nécessaire car informations et services semblent en effet faire défaut au Ballon d’Alsace. Deux centres d’accueil verront donc le jour, l’un à la Gentiane, l’autre au niveau du col. Outre un service d’information touristique, ce centre comprendra la billetterie et la location de matériel de ski de fond, un poste de secours et de nombreux services publics tels que téléphone, toilettes, vestiaires, etc. Il abritera également l’Ecole de ski français (ESF) ainsi qu’un local pour le personnel du SMIBA. Toujours pour améliorer et faciliter la vie au Ballon, les parkings et circulations automobiles et piétonnes aujourd’hui ni fonctionnels, ni sécurisés, seront revus et améliorés. Il est prévu d’augmenter la capacité d’accueil au niveau du col et de limiter voire de supprimer le stationnement le long de la route, particulièrement dangereux. Un parking pour les bus ainsi qu’un aménagement spécifique pour les campings cars seront également créés. Côté activité hivernale, un projet clé a été déterminé pour le domaine skiable alpin : une liaison entre les pistes de ski de la Gentiane et celles du Langenberg dite « liaison des Bruyères ». Aujourd’hui coupés par la route départementale 466, les deux domaines seront d’ici à quelques années reliés par un téléski et une passerelle permettant le franchissement de la route à skis ! Et pour regrouper toutes les pistes en un seul domaine (et non 3 secteurs comme aujourd’hui) et compenser la création de 2 nouveaux téléskis, les pistes de la Jumenterie seront supprimées. Une …et offre un panorama à couper le souffler sur les Vosges, le Jura, les Alpes Suisses ou la Vallée de la Doller. L’été est la saison idéale pour découvrir ses vallées encaissées, ses forêts de sapins… vivre le Territoire - juin/juillet 2005 - n o 73
le magazine du Conseil général du Territoire de Belfort nécessaire concentration du domaine skiable qui entraîne une réorganisation de l’activité et permettra au final de proposer 10 remontées mécaniques et 11 pistes, avec en plus la création d’un stade de slalom à usage sportif enneigé artificiellement sur le Langenberg, d’un espace luge et d’un jardin des neiges à destination des tout-petits et de leurs accompagnateurs à la Gentiane. Les activités hivernales subissent les aléas du temps : le temps qui passe et rend les équipements obsolètes et les conditions d’enneigement pas toujours favorables à la pratique des sports de neige en moyenne montagne. Par conséquent, de nombreux téléskis seront modernisés (ceux du Tourtet, des Myrtilles et du Langenberg) et celui des Ecureuils sera doublé. Quant à l’enneigement artificiel, une réserve d’eau de 7000 m 3 sera créée au col de la Gentiane et les équipements étendus à plus de la moitié du domaine alpin et de l’espace d’initiation du ski de fond au départ des pistes des Démineurs. Mais si le manteau neigeux offre en hiver de nombreuses possibilités d’activités, l’été, hormis la balade, les activités de loisirs et de détente nonmarchandes manquent un peu, notamment pour le public familial, les groupes scolaires et les personnes âgées majoritaires entre mai et septembre. En complément de l’attractivité naturelle du site, une amélioration de l’accueil de vivre le Territoire - juin/juillet 2005 - n o 73 Centraliser l’accueil et renforcer les aménagements ce public et une mise en valeur des atouts offriraient de plus amples possibilités de découvertes et d’animations. C’est pourquoi deux nouveaux sentiers verront le jour. Un cheminement de découverte sur la Bérézina et un sentier ou jardin botanique au lotissement des Sapins. Sur ce même lieu, une aire de pique-nique, de jeux et de détente sera également créée. L’ensemble du projet a été réalisé en accordant une place privilégiée à l’environnement. Le développement des activités ne pouvait se faire sans réduire l’impact paysager des infrastructures qu’elles soient anciennes ou nouvelles. La suppression de plusieurs baraques, mais aussi de parkings ainsi que leur intégration dans le paysage en fait partie, la réhabilitation du secteur de la Jumenterie également. Le démontage des remontées mécaniques et des ruines calcinées de l’auberge située au bas des pistes va de pair avec la revégétalisation et par la même la valorisation du lieu qui offre une vue magnifique sur la vallée de la Moselle et le département des Vosges. Le projet s’élève à un coût global de l’ordre de 6 000 000 d’euros, financé principalement par les Conseils généraux du Haut-Rhin et du Territoire de Belfort à hauteur de 3000000 d’euros. Participent également les Communautés de communes de la Doller et de la Haute-Savoureuse et les communes de Riervesmont et Saint-Maurice sur Moselle ainsi que les régions Alsace, Franche-Comté et l’État. Les travaux les plus importants pourraient commencer dès 2006 et seraient étalés sur 4 ans. Le Ballon d’Alsace entrera alors pleinement en activité.C.J. Une passerelle doublée d’un téléski relieront les domaines skiables de la Gentiane et du Langenberg. dossier …et d’épicéas, ses villages fleuris. Entre randonnée et parapente, tarte aux myrtilles et transhumance, Tour de France et « trekking aérien », le Ballon d’Alsace est tout à la fois gourmand, apaisant…



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :