[90] Vivre le Territoire n°73 jun/jui 2005
[90] Vivre le Territoire n°73 jun/jui 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°73 de jun/jui 2005

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,0 Mo

  • Dans ce numéro : un dossier sur le Ballon d’Alsace.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
ociété le magazine du Conseil général du Territoire de Belfort Du travail, mais pas uniquement Danjoutin est entrée en jeu. Son rôle : trouver des activités au sein des services municipaux qui correspondent aux profils des intéressés. C'est également l'association intermédiaire qui se charge des relations contractuelles entre les différents protagonistes. Les associations locales sont elles aussi mises à contribution pour développer l'aspect social du dispositif. Le bilan de l'action menée à Danjoutin l'an passé a été très positif. Tellement positif, que la commune a renouvelé son engagement pour 2005, avec Cravanche et Valdoie qui se sont associées pour participer elles aussi à cette action territoriale d'insertion en fournissant 5000 heures de travail. Elles seront accompagnées par Passerelle pour l'emploi qui coordonnera le projet. Avec une nouveauté : une partie des heures prises en charge par les communes sera offerte aux associations locales qui disposeront ainsi d'un renfort pour préparer leur manifestation. En contrepartie, les bénéficiaires participeront aux activités et pourront, ainsi, renouer des relations. N.G. Contact 3 Référents PLE Marie-Noëlle Garnier et Hélène Henry-Fohr Tél. : 03 84 22 00 95 Communes de Valdoie et Cravanche Passerelle pour l'emploi : 03 84 26 55 55 Point accueil solidarité Jean Jaurès : 03 84 46 61 60 Commune de Danjoutin Intermed : 03 84 56 20 48 Point accueil solidarité : 03 84 57 39 40 10 le point de vue du Maire Daniel Feurtey, le Maire de Danjoutin est enchanté d'avoir participé à cette action en 2004. Il a renouvelé son engagement pour 2005 avec les communes de Cravanche et de Valdoie. « Les collectivités locales doivent accompagner les demandeurs d'emploi dans leurs recherches. Nous sommes très souvent sollicités, mais nous ne pouvons pas embaucher, notre potentiel de masse salariale n'est malheureusement pas extensible », explique-t-il. « Mais remettre un pied à l'étrier à des personnes en difficulté en leur proposant une activité, même de courte durée, est une réelle satisfaction ». En fournissant un volume d'heures de travail, la commune met à disposition des espaces qui permettent à ses administrés de confirmer et d'utiliser un savoir-faire ou de se découvrir un talent, une passion qui débouchera sur une activité professionnelle. « Nous avons eu affaire à une personne qui voulait faire de la photo dans le cadre de cette action. Il est vite devenu évident que ce n'était pas sa spécialité et que ça ne le serait jamais. Nous l'avons orientée vers les espaces verts et cela a été la révélation… Elle avait un talent réel et cela lui a beaucoup plu. Aujourd'hui elle suit une formation dans ce domaine. En donnant une chance à ces personnes en déserrance, nous leur permettons de retrouver un rythme de travail, de valoriser leurs compétences, de se former. Même si cela ne débouche pas sur un contrat de travail, c'est une opportunité qu'ils peuvent saisir ». Sans l'implication des agents municipaux, rien n'aurait été possible car ils deviennent des tuteurs professionnels pendant cette période. Autre point de satisfaction pour Daniel Feurtey : retrouver une certaine paix sociale dans sa commune en « redonnant un rythme de vie à des familles souvent déboussolées et en recréant des relations entre la mairie et leurs enfants ». Une action profondément humaine, en somme. vivre le Territoire - juin/juillet 2005 - n o 73
le magazine du Conseil général du Territoire de Belfort Une entreprise pas comme les autres Un nouveau bâtiment a vu le jour sur la ZAC des Tourelles. Un atelier, un peu particulier, puisqu'il accueille 100% de travailleurs handicapés. Une petite industrie prestataire de nombreuses entreprises du Territoire de Belfort. L'atelier protégé compte 100% de travailleurs handicapés qui travaillent pour plus d'une cinquantaine d'entreprises du Territoire de Belfort. L'ADAPEI (Association départementale amis parents enfants inadaptés) a inauguré en avril dernier les nouveaux locaux de son atelier protégé. « La vétusté de nos anciens locaux et leur séparation sur deux sites, le Technopôle à Belfort et la zone de Grandvillars, nous ont poussés à recentrer nos ateliers en un unique bâtiment neuf sur la ZAC des Tourelles » explique Christian Staine, directeur de l'atelier protégé. Cette entreprise qui a vu le jour en 1984 est une industrie adaptée aux travailleurs reconnus handicapés par la COTOREP (Commission technique d'orientation et de reclassement professionnel) et ne pouvant intégrer un emploi ordinaire. Seul et unique sur le Territoire de Belfort, il emploie 125 travailleurs handicapés et 16 personnes d'encadrement avec 98% de salariés en Contrat à durée vivre le Territoire - juin/juillet 2005 - n o 73 des locaux neufs pour les salariés de l’atelier protégé indéterminée (CDI). « La principale activité de l'atelier est de donner du travail aux personnes handicapées, nous acceptons donc tout ce qui est dans leurs cordes ». Tri, conditionnement, câblage, fabrication de palettes, mailing, rénovation de locaux, entretien d'espaces verts, nettoyage de machines,… Les prestations peuvent être réalisées à la demande d'entreprises mais également de particuliers. « En faisant appel à l'atelier protégé, les entreprises de plus de 20 salariés que la loi oblige à employer 6% de travailleurs handicapés (ou à payer une pénalité à l'Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées (AGEFIP),ndlr) peuvent être exonérées, en fonction du chiffre d'affaire réalisé, d'un maximum de 3% de leur obligation. Quant aux particuliers, ils peuvent bénéficier de 50% d'abattement sur la facture de leur prestation, à condition que celle-ci soit effectuée à leur domicile, lors de leur imposition ». L'entreprise est à ce jour prestataire d'environ une cinquantaine d'entreprises du département. Pour n'en citer que quelques uns parmi ses principaux clients, on trouve le groupe LISI, General Electric, GFD ou encore Citele. « Les travailleurs sont formés sur le terrain ou accèdent à des formations leur offrant la possibilité, entre autres, de passer leur permis poids lourd ou un CACES leur permettant l'utilisation d'un chariot élévateur ou de nacelles. » Un système d'accompagnement à la vie sociale est également mis en place par l'ADAPEI pour venir en aide à ces personnes. « Des formations annexes leur sont proposées comme de l'alphabétisation, de l'aide à la nutrition, etc. Des notions nécessaires pour vivre au quotidien ». L'atelier protégé fait partie de l'un des 17 établissements gérés par l'ADAPEI du Territoire de Belfort. Association gestionnaire d'établissements pour personnes en situation de handicap mental, créée en 1959, l'ADAPEI 90 s'occupe à l'heure actuelle de 650 personnes handicapées. « Une soixantaine de personnes est encore sur liste d'attente pour intégrer l'atelier protégé, toutes les propositions de travail nous permettant de les employer sont donc les bienvenues » conclut Christian StaineC.J. Contact 3 Atelier protégé ZAC des Tourelles 90120 Morvillars Tél. 03 84 27 84 26 Courriel : atelier.protege@wanadoo.fr 11 société



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :