[90] Vivre le Territoire n°72 avr/mai 2005
[90] Vivre le Territoire n°72 avr/mai 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°72 de avr/mai 2005

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : un dossier sur le budget 2005.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Challenges franco-suisse franco-allemand.. : -6.. 4 - REGlO rRJATHlON CUl'SE.RIE.lOOS... TRIATHLON l
Le budget est l'acte essentiel dans la politique développée par les collectivités locales. Le budget 2005 n'échappe pas à la règle et il est le fruit des contradictions qui s'entrechoquent dans la vie du Territoire de Belfort. D'un côté, des difficultés qui continuent à s'amonceler avec les victimes des licenciements et le travail mené pour leurs reclassements, les annonces de suppressions de postes à MSA et à Sigma Coatings à Valdoie et la vente de Power Conversion, unité du groupe Alstom, source de profondes inquiétudes. Et puis, de l'autre côté, un Territoire dynamique qui avance à grands pas dans les projets qui constitueront le XXI e siècle avec le développement de la pile à combustible, le pôle de compétitivité avec Montbéliard et Mulhouse, l'implantation du TGV, le projet Techn'hom, le viaduc de Bermont que nous venons de présenter dans le hall de l'Hôtel du département et le site médian de Trévenans qui dotera l'Aire urbaine de services de médecine de pointe équipés de haute technologie. Dans ces projets l'aventure Techn'hom apparaît comme exemplaire. Ce projet n'est pas comme certains l'annoncent un démantèlement du site Alstom mais, au contraire, une renaissance qui doit se fonder sur le développement du Technopôle et faire en sorte qu'à l'horizon 2010/2012 il existe plus d'emplois sur ce site qu'au temps de la splendeur d'Alstom et de Bull réunis. Budget Vivre Le Territoire vous retrace les grandes lignes de notre budget qui s'inscrit dans la continuité de l'action de la majorité qui dirige le département et sera novateur dans de nombreux domaines avec la signature du Contrat collèges, le Contrat Départemental de retour à l'emploi, la mise en place d'un service de médiation familiale, la définition d'un schéma départemental pour les handicapés, le programme de rénovation des casernes de pompiers de Giromagny et de Beaucourt, le début des travaux de la desserte du Pays Sous Vosgien, la continuité du développement des pistes cyclables, des travaux du Boulevard Kennedy à Belfort, etc… Mais il faut se rendre compte que toutes ces actions qui sont développées le sont malgré le poids des transferts de l'Etat en direction des collectivités locales. L'échec patent du gouvernement en matière d'emploi, plus de 200 000 chômeurs en trois ans, provoque une augmentation sans précédent des personnes entrant dans le dispositif du revenu minimum d'insertion à la charge des départements. vivre le Territoire - avril/mai 2005 - n o 72 éditorial Aller à l’essentiel Yves Ackermann, Président du Conseil général, a accueilli Ces transferts ne se font pas à l'euro près comme annoncé par le Premier Ministre mais coûteront plus de 3 millions d'euros au Conseil général du Territoire de Belfort. De telles contrevérités ne peuvent rester sans suite et j'ai saisi le tribunal afin que l'État soit condamné car il ne respecte pas ses engagements constitutionnels. Europe Et l'Europe ? Pendant de longues années, le département du Territoire de Belfort a bénéficié de nombreux fonds européens (Feder, Fonds Social Européen, etc…) et le pôle de compétitivité doit s'inscrire dans les futurs programmes qui peuvent être mis en œuvre. Sans les crédits européens, il est certain que le Territoire de Belfort n'aurait jamais pu créer les emplois dans toutes ces zones industrielles qui nous ont permis d'éviter des pertes qu'aucune politique nationale n'aurait pu éviter. Le vote du dimanche 29 mai sur la Constitution sera essentiel parce qu'il permettra soit une avancée supplémentaire dans la longue marche de la construction européenne, soit un blocage du système de développement pour dix ou quinze années. Je voterai personnellement oui à cette constitution parce qu'elle diminue les effets libéraux des traités précédents et ouvre la perspective de la construction d'une Europe politique et protectrice qui n'existe pas aujourd'hui. Il restera à mener le combat politique entre les tenants d'une Europe libérale à l'anglo-saxonne, ce qu'elle est aujourd'hui, ou une Europe humaniste et sociale qui est la caractéristique des développements des pays fondateurs. La situation sociale désastreuse et délétère créée par le gouvernement Raffarin est sous son entière responsabilité et il faut que les sanctions s'exercent dans le cadre de nos élections nationales. Se tromper d'élection n'est pas leur donner raison, c'est ouvrir la possibilité de continuer l'ouverture européenne en luttant pour imposer nos idées politiques. Dans une campagne électorale qui ajoute à la confusion par rapport à un texte qui, selon les sondages récents, n'a pas été lu par 92% des Français, il faut aller à l'essentiel et savoir s'appuyer sur nos forces pour regarder l'avenir avec confiance. Yves AckermannPrésident du Conseil général les 9 chanteurs Zoulou du groupe « Colenzo Abafana » originaires de la région de Kwazulu en Afrique du Sud le mercredi 9 mars à l'Hôtel du département 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :