[90] Vivre le Territoire n°174 jan/fév 2018
[90] Vivre le Territoire n°174 jan/fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°174 de jan/fév 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : le département met le cap sur l'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Collection Bibliothèque de documentation internationale contemporaine MÉMOIRE Janvier et Février 1918  : Le Territoire reçoit des visiteurs de marque Il y a 100 ans, deux prestigieux visiteurs éclairent de leur passage le Territoire de Belfort. Le général Pétain et le Président du Conseil Georges Clémenceau se succèdent pour soutenir le moral des troupes et inspecter le front de l’Alsace. Jean-Christophe Tamborini, Archives départementales G. Clémenceau inspecte les défenses de la ligne S à Croix Comme tous les 1er janvier depuis 1915, Louis Herbelin* s’interroge dans son journal sur la durée et la fin de la guerre  : « Avec le premier jour de l’an 1918, nous entamons un quatrième millésime. Le 1 er, 1914, a vu l’envahissement de la Belgique et de la France, mais il nous a valu aussi la bataille victorieuse de la Marne, le recul des Allemands et les non moins brillants combats de l’Yser. 1915 a fait luire les glorieuses offensives de l’Argonne et de la Champagne, mais par contre le deuxième millésime nous a apporté la lamentable retraite de la Russie. 1916 restera inscrite dans les annales militaires et devant l’histoire de la grande guerre comme l’année de la vigoureuse résistance de Verdun. 1917. Si le quatrième millésime nous a donné des espoirs, non réalisés, la retraite définitive des Allemands, il nous a apporté aussi la révolution russe et la défection, l’effondrement du peuple moscovite. En somme, s’il nous a procuré des succès, il ne nous a pas amenés la fin de la lutte titanesque que l’Allemagne nous [a] imposée. Il faut ajouter la défection d’une partie de l’armée italienne, 2 500 canons perdus et l’envahissement de l’Italie. Et maintenant 1918 nous apportera-t-il la victoire et la paix glorieuse ? Il faut l’espérer mais d’ici 24 Vivre le Territoire N°174 — Janvier/Février 2018 Collection Bibliothèque de documentation internationale contemporaine
là que d’efforts à faire, de combats à engager et de souffrances à endurer. Malgré le pessimisme des Américains qui se préparent comme si la guerre devait durer sept ans encore, disons-nous que la victoire appartiendra à celui qui tout en mettant sa confiance en Dieu saura s’élever à la hauteur des sacrifices que la Patrie demande à tous ses enfants. Disons que l’année 1918 a commencé non seulement avec un froid glacial mais avec une canonnade en Alsace non moins forte que celle de ces derniers jours. Triste et lugubre façon d’en saluer l’aurore ! Et pendant la journée la voix des grosses pièces n’a cessé de se faire entendre. » Première visite sur le front d’Alsace Même si le front alsacien est toujours l’objet de combats sporadiques, cela n’empêche pas des visites de personnalités de premier plan dans la région. La première visite officielle de cette année 1918 est celle du général Pétain en février. Philippe Pétain a été promu, en mai 1917, général en chef des Armées françaises après l’échec de son prédécesseur Nivelle au Chemin des Dames. Il entreprend régulièrement des visites sur le front pour remonter le moral des troupes et ne manque jamais de leur apporter un peu de ravitaillement supplémentaire. En ce début de février, il inspecte Janvier/Février 2018 — N°174 Vivre le Territoire et récompense des soldats en cantonnement à Boron. Il vient remettre la fourragère à des compagnies du 10 e Régiment de Génie qui se sont particulièrement distinguées dans les combats. Il en profite également pour organiser une distribution de tabac aux troupes méritantes. Louis Herbelin, sans y avoir assisté, rapporte dans ses notes quotidiennes du 4 février ce qu’il en sait par la presse  : « Le général Pétain était hier matin à Boron où il a remis au milieu d’un grand concours EN IMAGES LES ACTUALITÉS CINÉMATOGRAPHIQUES G de février 1918 MÉMOIRE G. Clémenceau à Florimont Il existe à l’ECPAD (Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense) un petit film où l’on voit Georges Clémenceau à Croix puis à Florimont, avant de gagner le sud de l’Alsace reconquise. F www.ecpad.fr/fevrier-1918-les-annales-de-la-guerre-49/25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :