[90] Vivre le Territoire n°168 jan/fév 2017
[90] Vivre le Territoire n°168 jan/fév 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°168 de jan/fév 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'hiver prend de la hauteur au ballon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
VIE QUOTIDIENNE santé Le dispositif de Téléalarme est désormais géré par la société Sécuritas. PRATIQUE Comment accéder à ce service ? Contacter la société Sécuritas au 0825 058 314 en précisant que l’on habite dans le Territoire de Belfort afin de bénéficier du tarif négocié. PERSONNES ÂGÉES ET/OU HANDICAPÉES Géré en direct par le Conseil départemental du Territoire de Belfort jusqu’à fin 2016, le dispositif de téléalarme est dorénavant confié à des professionnels du secteur privé. Une Délégation de service public (DSP) qui permet d’offrir aux personnes âgées et/ou handicapées un service modernisé à moindre coût. ç Patrick Fitamant Téléalarme  : l’appel de la modernité Le service de téléalarme s’adresse aux personnes âgées ou handicapées vivant seules chez elles. En cas de chute ou de malaise, elles disposent d’un transmetteur qui les met en contact avec une plateforme d’écoute chargée d’évaluer la situation et de mettre en œuvre la réponse la plus adaptée. Depuis sa mise en place en 1986, ce dispositif était directement géré par les services du 18 VivreleTerritoire N°168 LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DU TERRITOIRE DE BELFORT Département. « Une entreprise locale installait le matériel, un agent du Département s’occupait de la relation avec les bénéficiaires et le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) gérait les appels et les interventions », explique Julie Matray, directrice de l’autonomie et de la compensation au Département du Territoire de Belfort. Au fil du temps, le service a conquis 600 abonnés avec une moyenne d’âge flirtant avec les 86 ans. « Ce sont très majoritairement des personnes âgées vivant seules. La téléalarme rassure la personne ainsi que sa famille et reste très efficace en cas de vrai problème ». Dès que la centrale téléphonique reçoit un signal, une réponse adaptée est apportée. « Soit il s’agit d’une fausse alerte et une communication simple est établie avec le bénéficiaire, soit la centrale prévient un proche de la victime, soit il s’agit
d’un cas plus sérieux et l’intervention des secours est déclenchée ». Sur les 3 000 appels reçus en 2015 seuls 10% des cas ont nécessité une intervention des secours. L’offre du privé, particulièrement performante et compétitive Depuis sa mise en œuvre il y a 30 ans, « il y a eu beaucoup d’évolutions en ce domaine. Dès lors qu’est apparue la nécessité de renouveler l’ensemble du matériel, les élus et les professionnels du Département ont choisi de repenser en profondeur le dispositif ». En effet, si l’organisation en place satisfaisait globalement les usagers, il est apparu très vite, d’une part, que le renouvellement du matériel aurait représenté pour la collectivité un budget conséquent et d’autre part, que l’offre du secteur privé en matière de téléassistance était aujourd’hui particulièrement performante et compétitive. « C’est ce constat qui a amené les élus de la collectivité à choisir d’ouvrir la mise en œuvre de la prestation aux entreprises privées via une délégation de service public ». Le lancement d’un appel d’offres courant 2016 a permis de mettre en concurrence différents prestataires et de sélectionner le mieux-disant. « C’est l’entreprise J’ai 78 ans et depuis quelques temps, il m’arrive de tomber sans raisons précises. Quand cela se passe dans la rue ou pendant que je fais des courses, il y a toujours quelqu’un pour me relever mais Sécuritas qui a présenté la meilleure offre et, de fait, signé le 3 novembre 2016 une convention de délégation du service public de téléassistance en présence de Florian Bouquet, président du Département et de Marie En cas de chute ou de malaise la personne abonnée peut lancer un appel à n’importe quel moment du jour et de la nuit en appuyant sur le bouton d’un transmetteur. » La téléalarme me rassure. quand ça arrive chez moi, c’est différent. Comme je vis seule et que mon fils ne peut être évidemment présent tout le temps car il travaille, l’idée que je puisse tomber et ne pas pouvoir me relever était très angoissante et une source de stressimportante. Il y a quelque temps, je me suis abonnée au service de téléalarme et depuis que j’ai ce bracelet autour du poignet, je me sens beaucoup plus sereine d’autant qu’ils m’ont changé le matériel récemment et cela fonctionne très bien. L’ancien bracelet se déclenchait tout seul VIE QUOTIDIENNE santé Bernadette Troilo, 78 ans – Belfort Lise Lhomet, conseillère départementale en charge des personnes âgées et des personnes handicapées. » Ainsi, depuis le mois de novembre 2016, la nouvelle offre de prestation développée par la société Sécuritas a rapidement pris le pas sur l’ancien dispositif. Quels changements pour les usagers ? « Positifs. La société a procédé au remplacement des anciens matériels par un dispositif récent et performant. La nouvelle plateforme d’écoute met à disposition les services d’un médecin et d’un psychologue si nécessaire et, enfin, les tarifs négociés sont très inférieurs à ceux pratiqués auparavant ». Des tarifs moins onéreux et qui peuvent comme précédemment, suivant la situation, être pris en charge, en partie ou complètement, par l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA). Avec la délégation de service public, le Département reste maitre du dispositif. « La DSP permet au Département de rester vigilant sur la qualité de la prestation et les conditions d’accès à ce service ». Une nouvelle qui peut potentiellement intéresser les 12 500 personnes âgées de 75 ans et plus dans le Territoire. l et parfois en pleine nuit. Maintenant ca fonctionne parfaitement et ça me rassure. S’il m’arrivait de tomber et que je sois seule, je sais qu’il y aura toujours quelqu’un au bout de la ligne qui fera le nécessaire. Soit ils appellent mon fils, soit ils appellent les secours. Ils ont les clefs de mon appartement ce qui leur permet d’intervenir sans problème. Ce bracelet de téléalarme m’a apporté beaucoup de sérénité à tel point que, et je ne sais pas si c’est lié, depuis que je l’ai, je ne tombe plus. Il doit me porter chance. » EN CHIFFRES 600 abonnés Moyenne d’âge des bénéficiaires  : 86 ans 3 000 appels en 2015 Coût  : 9,12 euros/mois (Tarif négocié réservé aux habitants du Territoire de Belfort dans le cadre de la délégation de service public mise en œuvre par le Département) LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DU TERRITOIRE DE BELFORT N°168 VivreleTerritoire 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :