[90] Vivre le Territoire n°161 nov/déc 2015
[90] Vivre le Territoire n°161 nov/déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°161 de nov/déc 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (235 x 305) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 46,5 Mo

  • Dans ce numéro : une nouvelle jeunesse pour le Chênois...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
ÉDUCATION prévention Collèges La médiation porte ses fruits HORS LES MURS Au cours de l’été 2014, le Département a déployé sur le site du Malsaucy une équipe de médiation chargée de prévenir les incivilités. Forts du travail accompli et à la demande de principaux de collège désireux de tester le dispositif, ces médiateurs ont été ensuite déployés, lors de la rentrée scolaire 2014, aux abords de trois collèges du Territoire de Belfort. ç Jean Hervouët Estelle David, Principale du collège Châteaudun à Belfort Une vraie plus-value. 22 VivreleTerritoire N°161 LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DU TERRITOIRE DE BELFORT Facilement repérables à leurs gilets orange, les six médiateurs employés par Profession Sport et Loisirs et mis à disposition du Département ont trouvé leur place devant trois des treize collèges du Territoire de Belfort. Aux établissements Vauban et Châteaudun à Belfort et Goscinny à Valdoie, il est fréquent de les voir aux abords des grilles le matin, le midi et le soir. Leur rôle est en effet de faciliter le vivreensemble, de limiter les rassemblements et de juguler les énervements. Car lorsque 600 ados âgés de 11 à 15 ans se retrouvent au même endroit au même moment, il n’est pas rare que le chahut survienne. Ou plus grave. Du Malsaucy aux collèges C’est notamment le constat qui avait été dressé pendant la saison estivale sur le site du Malsaucy, dont le Département est gestionnaire, où les incivilités trop fréquentes d’une minorité gênaient les familles ou les personnes Au collège Châteaudun, le dispositif a été mis en place en 2014, après les vacances de la Toussaint. Nous avions observé des sorties un peu agitées et des esprits parfois échauffés à la fin des journées de cours. Nous nous sommes également aperçus qu’il y avait une problématique en termes d’incivilité des élèves avenue Jean Jaurès  : beaucoup de chahut, quelques dégradations de mobilier urbain et des élèves au comportement « cassepieds » pour certains commerçants. Il y avait aussi un vrai problème à l’arrêt de bus en raison d’une forte concentration d’élèves dans un espace relativement restreint. Nous avons donc décidé de faire intervenir les médiateurs à ce moment-là. L’intérêt de la médiation est de pouvoir disposer d’adultes supplémentaires qui peuvent intervenir au-delà du périmètre du collège. D’ailleurs, grâce à leur présence, nous avons observé des sorties plus calmes cette rentrée que l’année dernière à la même époque. Je constate aussi qu’il y a moins de jeunes qui stationnent devant le collège quand les médiateurs sont là. Il y a donc une vraie valeur ajoutée. Il est bien entendu important que les médiateurs partagent le projet de vie scolaire de l’établissement et qu’il y ait une cohérence dans le comportement de tous les adultes ainsi qu’une bonne communication entre nous. Si ce dispositif devait être pérennisé, le collège de la rue de Châteaudun serait volontaire pour poursuivre cette collaboration. » souhaitant profiter du lieu sans être importunées. « Il suffit toujours de quelques énergumènes pour gâcher l’ambiance », explique Thierry Rosselot, responsable de l’équipe de médiation pour le Département. C’est la raison pour laquelle, depuis deux étés, une équipe de médiateurs arpente chaque jour le Malsaucy. Donnant des renseignements, rappelant les règles de bonne conduite et les comportements respectueux à adopter, ils ont très vite montré leur utilité. Constatant la réussite de ce dispositif qui a contribué à maintenir une certaine quiétude sur le site, le Département a donc proposé de mettre les médiateurs à disposition des collèges du Territoire de Belfort. « Trois se sont montrés intéressés pour mettre en place ce dispositif à l’extérieur de leur établissement. » Car si à l’intérieur du collège, la sécurité relève de la compétence et de la responsabilité des Principaux, ce n’est plus le cas à l’extérieur (lire ci-contre). Et force est de constater que les médiateurs ont su se rendre indispensables en très peu de temps, en particulier pour prévenir les mauvais comportements. Des dégradations de mobilier urbain aux attroupements ou aux conduites à risques, l’étendue de leurs missions les occupe très largement. « Ce sont souvent les anciens élèves ou ceux qui sont exclus du collège qui posent des problèmes en revenant sur place. Or la présence des médiateurs les dissuade souvent de revenir et rassure donc les équipes de vie scolaire, les parents et les élèves les plus jeunes ou les plus fragiles ». Mais le rôle des
Les médiateurs se positionnent aux abords des collèges pour apaiser les tensions et faciliter la circulation des élèves. médiateurs ne se limite pas à ces fonctions. « Au fil du temps, ils sont en effet devenus des référents capables d’écouter les collégiens qui, de plus en plus, se rapprochent d’eux lorsqu’ils sont en difficulté ou qu’ils cherchent des réponses à leurs nombreuses interrogations. » En étant à l’écoute et en donnant l’exemple, ils ont noué une relation de confiance avec les élèves, qui les respectent et adoptent de meilleurs comportements, ensuite transposables au-delà des abords du collège. Insertion professionnelle Bénéficiant d’un Emploi d’avenir ou d’un Contrat d’accompagnement dans l’emploi, disposant ou non d’un diplôme, les médiateurs se servent de cette expérience pour mettre, ou remettre, un pied dans le monde du travail, faire l’apprentissage des droits et devoirs d’un salarié, du respect des horaires et des contraintes d’un contrat de travail. Les médiateurs envisagent donc cette expérience d’encadrement comme un tremplin pour leur futur. Ils bénéficient par ailleurs de formations dans des domaines très variés mais souvent en lien avec le monde éducatif, le sport et la sécurité et qui leur ouvre de nouveaux horizons professionnels. « Il s’agit d’un dispositif gagnant-gagnant car au-delà de la plus-value pour les médiateurs et les élèves, les parents comme les équipes enseignantes sont rassurés par cette présence supplémentaire d’adultes. » Et les abords des collèges restent (ou redeviennent) des lieux calmes et propices à l’épanouissement de chacun. Département du Territoire de Belfort Thierry Rosselot, responsable de l’équipe de médiation thierry.rosselot@territoiredebelfort.fr 03 84 90 91 68 ÉDUCATION prévention Sébastien Bari, Médiateur Une expérience enrichissante. « J’ai commencé à travailler en tant que médiateur le 1er juillet de cette année. À l’origine je suis éducateur sportif. Samuel Girard, responsable de Profession Sport et Loisirs, m’a parlé du dispositif que mettait en place le Département du Territoire de Belfort. Cela m’a intéressé et ma candidature a été retenue. J’ai passé l’été sur le site du Malsaucy et depuis la rentrée j’ai intégré l’équipe des médiateurs aux abords des collèges. Notre rôle est d’encadrer les entrées et les sorties de l’établissement, notamment en nous assurant que les élèves traversent bien aux passages piétons et en étant attentifs à la circulation. Il y a peu de bagarres, surtout des mots échangés. Lorsque l’on détecte un conflit, nous intervenons tout de suite pour éviter que ça ne dégénère. C’est une expérience enrichissante qui peut me servir pour la suite de ma carrière professionnelle. » LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DU TERRITOIRE DE BELFORT N°161 VivreleTerritoire 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :