[90] Vivre le Territoire n°156 mars 2015
[90] Vivre le Territoire n°156 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°156 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : élections départementales 2015.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
TERRITOIRES événement Francis Thuriot, meunier à Bethonvilliers Le Moulin Thuriot, c’est six générations Le Moulin Thuriot existe depuis 1730, il a toujours appartenu à la famille, et ce depuis six générations. Nous travaillons avec les agriculteurs du Territoire qui nous fournissent en blé et vendons la farine à des boulangers et des particuliers de la région. Nous nous sommes aussi diversifiés dans l’alimentation pour le bétail. Le moulin fonctionne de la même façon qu’il y a 300 ans. Sauf qu’autrefois c’est le ruisseau qui apportait l’énergie pour le faire tourner. Aujourd’hui, le système fonctionne à l‘énergie électrique. C’est intéressant de montrer notre savoir-faire ; les gens ignorent comment la farine est fabriquée car c’est un circuit très complexe. Des moissons à la livraison, en passant surtout par la fabrication, on ne compte pas nos heures ! Quand mon père a repris l’activité dans les années 1950, il restait encore sept moulins dans le Territoire de Belfort. L’activité battait son plein dans les années 1970-1980. Aujourd’hui, le Moulin Thuriot est le seul à fonctionner de façon commerciale, mais il ne tourne plus à plein régime… Pourquoi ? Parce que, c’est un constat, on mange moins de pain qu’avant. Je pense aussi que beaucoup de professionnels ne jouent pas le jeu du local. Certains sont liés par des contrats à des entreprises situées dans d’autres régions et qui produisent de la farine en quantités industrielles. Notre contrat est surtout moral, avec une proximité et un contact humain. C’est ce qui, je crois, motive les particuliers chez qui on trouve une oreille attentive. La famille Thuriot : Francis entouré de son père et de son fils. De la ville à la campagne THÉMATIQUE 2015 Les exemples d’incompréhension et parfois de préjugés sur le monde paysan sont nombreux. « Cela témoigne de la méconnaissance globale des gens sur le sujet. Dans notre département plus qu’ailleurs en Franche- Comté, cette activité s’inscrit au cœur d’un territoire fortement urbanisé », explique Vincent Rouire. Une caractéristique que l’on doit à l’histoire de ce petit territoire qui a compté jusqu’à plusieurs milliers d’agriculteurs, avant que l’industrie ne le marque de son empreinte. Pour bien comprendre ce lien oublié mais indéfectible, un projet de « web-documentaire » a été L’activité agricole dans le Territoire de Belfort s’inscrit dans un espace urbanisé. lancé par la Maison départementale de l’environnement. Il reprend les portraits des 12 agriculteurs effectués par Benoît Facchi, appuyés par des témoignages de géographes et sociologues. Il sera disponible en milieu d’année à la MDE et sur le site Internet du Conseil général. « Le projet s’adresse à une population citadine curieuse de connaître ce monde et qui s’interroge sur ce qu’elle mange. » De même, une série de reportages proposera une immersion dans les circuits de production locale (œuf, lait, glace…), dans laquelle des familles du Territoire de Belfort ont été mises à contribution. l 01-4 La cuisine Un atelier dans la cuisine pédagogique de la MDE. Les temps forts de la saison ANIMATIONS La Maison départementale de l’environnement proposera dès le 21 mars des activités et expositions autour du « Manger local ». Des ateliers et des démonstrations culinaires avec des cuisiniers, des conférences gourmandes et des ateliers scientifiques, des initiations au jardinage ainsi que des visites de fermes et du patrimoine agricole seront au goût du jour. « Nous avons programmé une visite du vieux moulin de Courtelevant pour son aspect patrimonial ainsi que du Moulin Thuriot à Bethonvilliers (voir témoignage), qui fonctionne toujours de manière commerciale », cite pour exemple Pierrick Rommeveaux, animateur à la Maison de l’environnement. Objectif : aller directement à la rencontre d’un savoir-faire et des professionnels. La Maison départementale de l’environnement sera également présente à la Foire comtoise de Besançon en partenariat avec la Chambre interdépartementale d’agriculture pour poursuivre la sensibilisation du grand public. l La programmation complète est à télécharger sur www.cg90.fr/mde et disponible dans les lieux publics du département. LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT N°156 VivreleTerritoire 5
TERRITOIRES actualités PALMARÈS DÉPARTEMENTAL ET RÉGIONAL Les Trophées du Conseil général Communes de moins de 300 habitants : 1er prix : Petitefontaine 2 e prix : Chavanatte 3 e prix : Urcerey VILLES ET VILLAGES FLEURIS L’amour des belles plantes Communes de 300 à 1000 habitants 1er prix : Florimont 2 e prix : Petit-Croix 3 e prix : Brebotte Communes de plus de 1000 habitants 1er prix : Évette-Salbert 2 e prix : Joncherey 3 e prix : Offemont Les communes fleuries de l’année 2014 """" Belfort, Rougegoutte """ Argiésans, Bavilliers, Beaucourt, Delle, Étueffont, Lacollonge, Recouvrance "" Anjoutey, Autrechêne, Bessoncourt, Cravanche, Danjoutin, Fontaine, Fontenelle, Foussemagne, Montreux-Château, Pérouse, Phaffans, Romagny-sous- Rougemont, Saint-Dizierl’Évêque, Thiancourt, Valdoie, Vétrigne " Andelnans, Bermont, Cunelières, Denney, Eguenigue, Fêche-l’Église, Giromagny, Grosne, Lachapelle-sous- Rougemont, Moval, Novillard, Petitefontaine À NOTER : Petitefontaine accède à sa première fleur et Autrechêne gagne une fleur supplémentaire. Hasard du calendrier, c’est le jour de la Saint-Valentin que le Département a déclaré sa flamme aux plus belles communes du Territoire. La cérémonie de remise des prix du concours départemental 2014 des villes et villages fleuris s’est en effet déroulée le samedi 14 février 2015, au cinéma Pathé, à Belfort. 70 communes sur 102 ont participé à cette nouvelle édition. « Un chiffre particulièrement élevé qui montre que les communes du Territoire sont très attachées à cette reconnaissance », explique Muriel Roget, chargée de développement au Conseil général du Territoire de Belfort. Le palmarès départemental comprend trois catégories (communes de moins de 300 habitants, de 300 à 1000 habitants, et de plus de 1000 habitants). Les trois premières de chaque catégorie remportent le trophée départemental, chaque commune peut également proposer à ses habitants de participer en individuel au concours des maisons fleuries. « Cela permet de récompenser les efforts des particuliers, des commerçants ou encore des exploitants agricoles, qui contribuent à la beauté de leurs villages. » Cerise sur le gâteau, le prix départemental donne accès au concours régional. « Les communes qui répondent aux cri- La cérémonie de remise des prix du fleurissement 2014 s’est déroulée au cinéma Pathé à Belfort, le 14 février 2015. tères du label décerné par le Conseil national des villes et villages fleuris sont proposées au jury régional », poursuit Muriel Roget. Le label va de une à quatre fleurs, selon la qualité du fleurissement des aménagements et des espaces verts, un peu comme les étoiles pour un restaurant gastronomique. « Ce sont les fameuses fleurs rouges sur fond jaune que l’on voit à l’entrée des agglomérations. » Une marque de qualité qui témoigne du soin porté au cadre de vie, au respect de l’environnement et aux actions menées pour favoriser le lien social. Belles et accueillantes, les communes primées cette année peuvent être fières. Leur mise en beauté aura touché le jury en plein cœur. lC. R. o À SAVOIR Les inscriptions au concours départemental 2015 seront ouvertes au mois de mai. Les communes qui souhaitent participer doivent s’adresser à Belfort Tourisme – 2 bis, rue Clemenceau à Belfort – Christelle Coulon : tél. 03 84 55 90 86. Le jury départemental visitera les communes au mois de juillet. LABEL DÉPARTEMENT FLEURI Des efforts récompensés En 2008, comme de nombreux autres départements, le Territoire de Belfort n’a pas obtenu le fameux label Département fleuri qu’il détenait depuis 1998. Principale raison de cet écueil, des évolutions dans les critères du Conseil national des villes et villages fleuris. Pour reconquérir le label, le Territoire de Belfort aura donc mis les bouchées doubles en menant de nombreuses opérations de sensibilisation auprès des communes. Bien lui en a pris, puisqu’en 2014 le jury national lui attribuait à nouveau et pour cinq ans le précieux label, véritable gage de qualité d’accueil et de cadre de vie. À ce jour, seuls 21 départements le détiennent, sur les 101 que compte la France. 6 VivreleTerritoire N°156 LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :