[90] Vivre le Territoire n°156 mars 2015
[90] Vivre le Territoire n°156 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°156 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : élections départementales 2015.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
ÉDITO 4,5 M € de compensation pour la baisse de CVAE Madame, Monsieur, Le 23 février a eu lieu la séance du Conseil général qui était consacrée aux orientations budgétaires 2015. À cette occasion, j’ai annoncé à l’Assemblée départementale que j’avais obtenu du Gouvernement l’instauration d’un mécanisme de compensation pour la baisse de la CVAE (Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises qui a remplacé l’ancienne taxe professionnelle) qui équivaut à 4,5 millions d’euros pour notre budget 2015. En septembre dernier, dès la nouvelle connue, j’avais publiquement indiqué que la baisse annoncée de moins 28% soit 5 millions d’euros de la CVAE était une catastrophe pour les finances de notre Département. J’ai donc immédiatement alerté les services du Premier ministre et ai rencontré ce dernier à plusieurs reprises lors du dernier trimestre 2014 pour lui faire valoir la situation atypique du Territoire de Belfort. En effet, cette baisse massive est un cas unique en France qui s’explique par la forte concentration de l’industrie sur notre territoire avec la présence de General Electric et Alstom notamment ; ces entreprises ont subi une forte baisse de leurs commandes et donc de leur valeur ajoutée lors des dernières années en raison des difficultés conjoncturelles du secteur de l’énergie. 4,5 M € de compensation pour la baisse de CVAE. » C’est précisément l’un des risques que nous avions dénoncé lors de la suppression de la taxe professionnelle en 2010 ainsi que celui de la concentration des richesses qui se vérifie aujourd’hui largement quand la région parisienne et les grandes métropoles voient leur CVAE fortement progresser. Aussi, le Premier ministre a été sensible à nos arguments et un amendement a été introduit dans le projet de loi de finances 2015. Celui-ci prévoit une compensation de 90% pour les Départements qui subissent une baisse de plus de 5% soit 4,2 millions d’euros pour le Territoire de Belfort auquel il convient d’ajouter 300 000 euros de prélèvement au titre de la péréquation à laquelle nous ne serons plus soumis. Cette bonne nouvelle m’a donc permis d’annoncer lors de la séance du Conseil général que nous étions en mesure de boucler notre budget 2015. Yves Ackermannavec Mme Amy P.Westing, Consul général des États-Unis d’Amérique à Strasbourg, le 27 janvier 2015 lors de la visite du collège Vauban à Belfort en vue de l’ouverture d’une section internationale américaine. J’ai également réaffirmé avec gravité que le principal enjeu pour les prochaines années restait celui de la juste compensation des trois allocations individuelles de solidarité et notamment le RSA. En effet c’est un manque à gagner de 20 millions d’euros par an pour notre Collectivité et il s’agit désormais de régler ce problème structurel afin de regagner des marges de manœuvres financières et donc d’action pour les Terrifortains. Le Gouvernement, là aussi, nous a entendus et après les premières aides du Pacte de confiance et de responsabilité (7 millions d’euros en 2014 pour le Territoire de Belfort), il va étudier une solution pour le RSA qui pourrait passer par une renationalisation. Une première réunion de travail avec le Premier ministre est prévue dans les prochains jours et je ferai partie de la délégation de l’Assemblée des Départements de France. Yves AckermannPrésident du Conseil général du Territoire de Belfort LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT N°156 VivreleTerritoire 3
TERRITOIRES événement La Maison départementale de l’environnement ouvre le 21 mars. Une nouvelle saison sous le signe du Manger local SENSIBILISATION La Maison départementale de l’environnement rouvre ses portes le 21 mars, avec un programme d’animations qui s’inscrit dans le prolongement de la saison précédente, dédiée au « Manger local ». Après la thématique « Paysage et alimentation », le temps est venu d’explorer d’un peu plus près les liens indéfectibles entre nos territoires urbains et l’agriculture. ç Pauline Moiret-Brasier La période hivernale se termine, la nature bourgeonne, donnant les premiers signes d’un réveil imminent. Le printemps est proche, c’est le moment que choisit traditionnellement la Maison départementale de l’environnement, service du Conseil général, pour ouvrir ses portes ! Le 21 mars, le public pourra découvrir un nouveau cycle d’animations florissant autour de la thématique du Manger local. « L’objectif est toujours de sensibiliser de manière ludique les habitants du Territoire de Belfort sur les conséquences économiques, sociales et environnementales de leurs choix et habitudes de consommation », explique Vincent Rouire, directeur de la Maison départementale de l’environnement. Renforcer les liens En 2014, « Manger local ? » a fait la part belle à la nature à travers deux expositions : « Papilles et paysages » ainsi que des portraits d’agriculteurs du Territoire de Belfort réalisés par le photoreporter Benoît Facchi. Il s’agissait de mieux connaître et de comprendre l’influence des agriculteurs sur notre environnement au fil des saisons. Une première étape qui visait à retrouver les « liens oubliés » entre les agriculteurs et les consommateurs, tout en incitant à l’émergence de pratiques favorables aux circuits courts. « On cherche aujourd’hui à aller plus loin et à s’interroger sur la complexité des liens entre les territoires urbains et l’agriculture (voir page suivante) en allant à la rencontre des producteurs, acteurs de l’économie locale. » L’agriculture face à la ville Dans ce cadre, la Maison départementale de l’environnement, sur le site du Malsaucy, invite cette année son public à découvrir de nouveaux portraits d’agriculteurs du Territoire. Des visites d’exploitations et du patrimoine agricole sont également au menu, afin de montrer au public « le caractère indissociable de l’activité agricole et de la réalité urbaine dans notre département ». Un web-documentaire « Agriculteurs face à la ville » sera à découvrir, ainsi qu’une série de reportages sur les circuits courts avec des familles du Territoire de Belfort. Et, toujours, des animations grand public (voir programmation) et à destination des scolaires, mêlant activités au jardin, visites d’exposition et ateliers cuisine. Un programme à savourer… sans modération. l 4 VivreleTerritoire N°156 LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :