[90] Vivre le Territoire n°150 jui/aoû 2014
[90] Vivre le Territoire n°150 jui/aoû 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°150 de jui/aoû 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... en piste sur la FrancoVéloSuisse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
SOMMAIRE 3 ÉDITORIAL Une autre réforme territoriale est possible DOSSIER ÉVÉNEMENT 4 Alstom a dit « oui » à GE ACTUALITÉS 6 La réforme territoriale en questions 8 L’actualité au cœur des débats dans le canton de Fontaine 9 Les félicitations pour la MDPH 9 Des compteurs intelligents pour maîtriser la consommation d’eau 10 DOSSIER 16 REPORTAGE Eurockéennes 2014 : une édition du tonnerre ! LOISIRS 18 L’été du Malsaucy : Par ici les vacances ! ENVIRONNEMENT 20 Instants fraîcheur et plaisirs sucrés CULTURE 22 Le Granit : un Théâtre pour tous COOPÉRATION 24 Pih Poh sans frontières BIEN MANGER 25 Recette : Pain de truite saumonée au foie gras et sa sauce morilles 26 PAROLES DES ÉLUS 27 AGENDA Du 15 juillet au 15 septembre 30 MÉMOIRE Les incidents de frontières du 2 août 1914 En piste sur la FrancoVéloSuisse 10 Le Conseil général du Territoire de Belfort et la République et Canton du Jura ont créé une nouvelle voie par-delà la frontière franco-suisse. Ce trait d’union, c’est la FrancoVéloSuisse : une piste cyclable « voie verte » et « vélo route » qui déroule son long ruban de 40 km de Belfort à Porrentruy. En famille ou entre amis, pour aller travailler ou pour les loisirs, la FrancoVéloSuisse réunit tous les plaisirs du vélo ! RETROUVEZ SUR WWW.CG90.FR > RUBRIQUE « JEU-CONCOURS VIVRE LE TERRITOIRE » Le concours du magazine Vivre le Territoire est accessible sur le site Internet du Conseil général. Répondez aux questions du concours « En piste sur la FrancoVéloSuisse » et tentez de gagner des lots offerts par le Conseil général. Le magazine Vivre le Territoire est distribué chaque mois (excepté août et janvier) dans toutes les boîtes aux lettres du département. Si vous ne le recevez pas régulièrement, contactez le 03 84 90 91 37. Vivre le Territoire Hôtel du Département Place de la Révolution Française 90020 Belfort cedex Tél. : 03 84 90 90 90 Fax : 03 84 57 06 31 Courriel : conseil.general@cg90.fr Site internet : www.cg90.fr Directeur de la publication : Yves AckermannDirecteur de la communication : Benoît Roos Rédacteur en chef : Patrick Fitamant Coordination : Alain Poncet Journalistes : Nathalie Gauthier, Pauline Moiret-Brasier, Catherine Robet,Jean-Christophe Tamborini (Archives départementales) Photographies : Jean-François Lami, Francis Bouquet, Archives départementales, associations, Le Granit-Scène nationale, Jérôme Martin, Simon Daval. Photo de couverture : Jean-François Lami Conception graphique : Rampazzo & Associés blog.rampazzo.com Réalisation : Impression : Schraag Tirage : 64500 exemplaires Magazine imprimé sur papier 100% recyclé Dépôt légal n°23-95 ISSN1259 184 XT 2 VivreleTerritoire N°150 LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT
ÉDITO Une autre réforme territoriale est possible Madame, Monsieur, Le projet de réforme territoriale a été présenté en Conseil des ministres le 18 juin et est désormais en débat au Sénat. Celui-ci précise les orientations voulues par le Gouvernement avec notamment l’instauration de 14 grandes Régions et la suppression annoncée des Départements en 2020. Je dois tout d’abord réaffirmer, avec constance, que je suis opposé à la philosophie de ce projet de loi de la même manière que je l’étais déjà en 2009-2010 lors de la précédente réforme avortée du Gouvernement Fillon. Il représente, en effet, pour moi un recul en matière de décentralisation avec notamment un éloignement du pouvoir décisionnel des citoyens. Pour autant, un débat sur l’organisation territoriale de notre pays est nécessaire et les Français y sont largement favorables. Mais il serait un échec s’il se limitait au seul redécoupage de la carte des Régions. Je souhaite, a contrario, que l’on puisse mener une vaste et véritable réflexion sur notre modèle de démocratie locale, en clarifiant les compétences et en accordant aux collectivités de réels moyens pour les exercer. La première question majeure que je porterai dans ce débat sera la promotion du service public local auquel je crois, proche des citoyens, en opposition à toute recentralisation jacobine du pouvoir qui aboutirait inévitablement à une moindre efficacité d’intervention. Ensuite, la création des grandes Régions m’incite encore davantage à affirmer l’importance d’un échelon intermédiaire entre celles-ci et les communes et intercommunalités, pour assurer la cohésion sociale et territoriale essentielle à notre pays. Avec Clara Gaymard, Présidente de General Electric (GE) France et Pascal Joly, Préfet du Territoire de Belfort, lors de la venue de Jeffrey Immelt, PDG de GE, le 24 juin 2014 au Techn’hom à Belfort. Enfin, nous devons saisir l’occasion de ce débat pour faire avancer l’Aire urbaine. C’est un projet que je porte depuis longtemps et c’est pour cela que j’ai souhaité me présenter à la présidence du Syndicat mixte de l’Aire urbaine à laquelle j’ai été élu le 19 juin dernier. Je suis à cet égard particulièrement satisfait des résultats du sondage que vous pourrez découvrir dans le numéro de ce magazine où 67% des personnes interrogées pensent que la constitution d’une collectivité de l’Aire urbaine est une solution pour l’avenir. Le risque si nous n’avançons pas rapidement dans cette voie serait d’être satellisé dans l’une des futures grandes régions, où nous serons toujours éloignés des capitales régionales, qu’elles soient demain à Strasbourg ou à Dijon. Je suis opposé à la philosophie de ce projet de loi de la même manière que je l’étais déjà en 2009-2010 lors de la précédente réforme. » Aussi, je battrai à nouveau en brèche l’idée simpliste selon laquelle on réaliserait des économies en éradiquant les Départements et ce, alors que celles que l’on affiche sont souvent annulées voire inversées par l’éloignement du terrain et qu’aucune étude sérieuse ne le prouve. Il est trop simple de jeter l’opprobre sur le coût des élus alors qu’il ne représente par exemple que 0,33% du budget du Conseil général du Territoire de Belfort et que l’immense majorité des 500 000 élus français sont bénévoles ! Mais le débat ne fait que commencer et j’aurai l’occasion de venir directement vers vous car je souhaite que l’ensemble des citoyens y soit associé. Bien à vous, Yves AckermannPrésident du Conseil général du Territoire de Belfort LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT N°150 VivreleTerritoire 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :