[90] Vivre le Territoire n°143 novembre 2013
[90] Vivre le Territoire n°143 novembre 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°143 de novembre 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : naissance de l'Hôpital Nord Franche-Comté.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
SOLIDARITÉ emploi L’Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) du Chênois à Bavilliers a recruté plusieurs jeunes en Emploi d’avenir afin d’anticiper les futurs départs en retraite de son personnel. EMPLOIS D’AVENIR Mis en place par le Gouvernement au début de l’année 2013, les Emplois d’avenir font des émules dans le Territoire de Belfort. Grâce au suivi des contrats et à la mise en place de formations professionnelles, employeurs et jeunes sans qualification ou peu qualifiés peuvent se faire mutuellement confiance. ç Catherine Robet Un espoir pour les jeunes peu qualifiés EN CHIFFRES 80% des contrats en Emplois d’avenir dans le Territoire de Belfort sont réalisés dans le secteur non-marchand, le reste dans le secteur marchand (entreprises, commerces…). D’ici à la fin de l’année 2014, l’État va permettre la création de 150 000 emplois d’avenir sur l’ensemble du territoire français. Dans notre département, 228 contrats devront être signés avant la fin de cette année. « Après un démarrage plutôt hésitant, le dispositif séduit aujourd’hui de plus en plus d’employeurs et chaque semaine plusieurs contrats sont signés », rapporte Jean-Marc Bassaget, secrétaire général de la Préfecture du Territoire de Belfort qui dresse un bilan plutôt positif de l’application de cette mesure gouvernementale. En octobre, le département avait ainsi atteint 65% de ses objectifs avec 149 contrats signés. Si ce bilan d’étape se révèle légèrement en deçà de la moyenne nationale, le Territoire est plutôt bon élève quant à la cible de recrutement. « La priorité était donnée aux jeunes des Zones urbaines sensibles, poursuit le secrétaire général, 26 jeunes issus de ces quartiers ont trouvé un emploi. » Des embauches qui n’auraient certainement jamais vu le jour sans le cadre rassurant du contrat aidé. Les entreprises privées se sont d’ailleurs portées volontaires pour recruter en Emploi d’avenir, alors que le dispositif était réservé, à l’origine, 149 Emplois d’avenir ont à ce jour été signés dans le Territoire de Belfort » 18 VivreleTerritoire N°143 LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT
SOLIDARITÉ emploi DÉFINITION Qu’est-ce qu’un emploi d’avenir ? Il s’agit d’un contrat à temps plein (sauf exception) en CDI ou CDD (de un à trois ans), doublé d’une formation qualifiante et de la reconnaissance des compétences acquises. Pour des jeunes non qualifiés Le dispositif s’adresse à des jeunes entre 16 et 25 ans (jusqu’à 30 ans pour les travailleurs handicapés) peu ou non qualifiés. À titre exceptionnel, les jeunes jusqu’au niveau bac+3, résidant dans une zone urbaine sensible ou une zone de revitalisation rurale, peuvent également y prétendre s’ils sont à la recherche d’un emploi depuis plus d’un an. Pour les employeurs Les associations, les organismes à but non lucratif, les établissements publics, les collectivités territoriales, et certaines entreprises privées dans des secteurs d’activités ciblés peuvent recruter en Emploi d’avenir. Ils bénéficient d’une aide de l’État à hauteur de 75% du SMIC brut (35% pour les entreprises privées) et d’un accompagnement de la Mission Locale. Dans certains cas, une aide complémentaire peut-être apportée par le Conseil régional. aux organismes à but non lucratif, comme les associations ou les collectivités. réellement pour les préparer à intégrer un métier. C’est, en quelque sorte, une forme d’apprentissage. » Les contrats en Emploi d’avenir obligent en effet l’employeur à désigner un professionnel de proximité, un tuteur qui établira avec le jeune et le conseiller emploi de la Mission Locale un parcours de formation sur mesure. Du côté des jeunes, la motivation et la volonté de faire leurs preuves ne manquent pas. « Enfin un employeur qui me fait confiance ! » , entend régulièrement Évelyne Perriguey lorsqu’elle reçoit les candidats en entretien. « Ils ont des compétences et un savoir-faire, mais rien qui leur donne du crédit, témoigne encore la directrice. C’est une chance qui leur est offerte de montrer de quoi ils sont capables. » Un chef d’orchestre Sur le plan pratique, c’est la Mission Locale/Espace jeunes (ou Cap Emploi pour les personnes handicapées) qui met en musique les Emplois d’avenir. Une partition qui a commencé dès l’annonce de leur création en octobre 2012. « Nous avons dans un premier temps organisé des réunions d’information avec les employeurs potentiels pour leur montrer comment cela fonctionnait », explique Emmanuelle Coudray, directrice de la Mission locale. Puis les conseillers emploi et tous leurs partenaires relais, tels que les conseillers jeunes des Point accueil solidarité, ont ensuite réalisé un recensement des personnes éligibles au dispositif. « Nous avons ainsi une bonne visibilité de l’offre et de la demande, ce qui permet une approche plus fine du recrutement avec des profils sélectionnés en fonction de chaque type de poste », poursuit la directrice. Les jeunes candidats ont également été préparés : lettre de motivation, présentation à l’entretien, mise en valeur des compétences… Environ 10% des recrutements en Emploi d’avenir proviennent de candidatures spontanées : l’employeur n’ayant plus qu’à prendre contact avec la Mission Locale pour le montage du dossier. Le conseiller emploi qui suit le jeune définira ensuite avec l’employeur l’accompagnement et les formations à mettre en place avec les différents organismes. « Ce sont les mêmes organismes auxquels font appel les employeurs pour la formation continue de leur personnel », comme par exemple le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) ou encore l’Institut de formation en soins infirmiers (Ifsi) dans le secteur médico-social. Des formations qui apportent des qualifications, mais surtout un parcours professionnel conçut pour prétendre, à l’issue du contrat, à un poste pérenne et qualifié. l À SAVOIR Le secteur sanitaire et social représente la branche qui recrute le plus d’Emplois d’avenir dans le Territoire de Belfort. Viennent ensuite les collectivités, et notamment les très petites communes du département. Les associations arrivent en dernier, la crise économique ayant impacté leurs capacités financières. Où s’adresser Mission Locale/espace jeune Place de l’Europe - BP 90159 90 003 Belfort Cedex Tél. 03 84 90 40 00 www.mlej90.org Principe de tutorat Le Conseil général du Territoire de Belfort s’est, quant à lui, saisi de cette opportunité pour aider un certain nombre de jeunes exclus du marché de l’emploi. Cette année, il prévoyait ainsi 17 recrutements en Contrat à durée déterminée. « Nous avons déjà intégré 14 jeunes dans des secteurs aussi variés que l’environnement, les collèges, la culture ou encore l’informatique », explique Évelyne Perriguey, directrice des ressources humaines au Conseil général. D’ici à la fin de l’année, cinq autres jeunes rejoindront les services de la collectivité. Les objectifs départementaux seront donc largement dépassés. « Il s’agit d’une action volontariste en cohérence avec la politique départementale en faveur de la jeunesse, précise la directrice, Nous ne les recrutons pas pour occuper des postes vacants mais Anthony Gillet, 25 ans, en Emploi d’avenir au Conseil général Je peux réaliser mon projet professionnel. « J’ai une formation de tourneur-fraiseur mais je n’ai jamais réussi à me faire embaucher en entreprise. À chaque fois, l’employeur voulait quelqu’un d’expérimenté. Un peu découragé, j’ai cherché n’importe quel poste non qualifié, du moment qu’on me donnait du travail ! J’ai fait quelques expériences en boulangerie, pour des services d’espaces verts, et même chez Alstom. Rien de concluant… Alors, j’ai voulu changer de voie et m’inscrire en Bac Pro « Maintenance et réseau informatique ». Je connais bien les ordinateurs, mais là encore, impossible d’intégrer le cursus car je n’avais pas les qualifications requises. Heureusement, j’ai une conseillère emploi à la Mission locale qui m’aide dans mes recherches. C’est elle qui m’a contacté pour me dire que j’étais éligible aux Emplois d’avenir. Elle m’a proposé de candidater à plusieurs postes. Celui du Conseil général me correspondait le mieux. Je travaille depuis le mois d’août à la Direction des systèmes d’information comme assistant aux utilisateurs. J’ai déjà suivi une formation avec le CNFPT pour connaître les collectivités locales, et prochainement je dois faire le point avec mon tuteur pour définir mes besoins en termes de formation informatique. Ce poste me donne une vraie chance de réaliser mon projet professionnel. » LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT N°143 VivreleTerritoire 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :