[90] Vivre le Territoire n°140 jui/aoû 2013
[90] Vivre le Territoire n°140 jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°140 de jui/aoû 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : cet été venez découvrir le Territoire de Belfort.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
MÉMOIRE 1 re Guerre Mondiale L’annonce de l’inauguration du monument. À SAVOIR La gare de Belfort a comptabilisé 42 845 voyageurs venus à Belfort pour assister au 14 Juillet, cela a nécessité 17 trains spéciaux, la plupart venant d’Alsace annexée. Un été très patriotique L’actualité de l’été 1913 est dominée par des préoccupations militaires : une seconde guerre éclate dans les Balkans début juin et les débats sur la loi portant à trois ans la durée du service militaire se poursuivent âprement au Parlement et dans la presse.* ç Jean-Christophe Tamborini Le 14 Juillet, fête nationale instituée en 1880, fait partie de ces grands moments qui réunissent la Nation autour de son armée. Belfort, si proche de la nouvelle frontière avec l’Allemagne, tient une place de choix dans les esprits quand il s’agit de fêter la République et ses forces armées. Les manifestations commencent dès le samedi 12 juillet par la distribution d’un secours aux indigents. Fête grandiose À 20 heures, c’est la retraite aux flambeaux avec les musiques civiles au kiosque de la place d’Armes. Le 13 juillet, des courses hippiques se Les Dragons défilent dans la plaine. 30 VivreleTerritoire N°140 LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT déroulent à l’hippodrome du bois d’Essert et la soirée s’achève par une retraite aux flambeaux, avec les musiques militaires cette fois. Le 14, la ville est réveillée au son des fanfares et des cloches dès 5h30. Toute la ville a été pavoisée ; les premiers trains spéciaux arrivent en gare depuis l’Alsace. À 8h30 la revue débute au champ de Mars, envahi par une foule immense. Les spectateurs les plus enthousiastes sont montés sur le toit des voitures. Le général Quarante Alsaciens, membres du « Souvenir français » sont venus de Mulhouse. » Azibert, gouverneur de la place, passe en revue la garnison, puis c’est le défilé débutant par les pompiers, suivis des 35 e et 42 e régiments d’infanterie, puis de deux nouveaux régiments d’infanterie : les 171 e et 172 e qui n’ont pas encore reçus leurs drapeaux. Le 11 e régiment de dragons caracole dans la plaine. La nouveauté de la parade 1913 réside dans la présence d’un groupe aéronautique avec des avions et leurs pilotes embarqués derrière des voitures. L’après-midi est
consacré à la fête foraine et les festivités s’achèvent par un grand bal sur la place d’Armes. Le monument des « Trois Sièges » Depuis 1901, la municipalité belfortaine envisage l’érection d’un monument consacré au colonel Denfert- Rochereau. Le maire évoque le projet avec Bartholdi, qui lui propose de réaliser un monument de plus grande ampleur en hommage aux trois défenseurs de la ville lors des trois sièges du XIX e siècle : le commandant Legrand, le général Lecourbe et le colonel Denfert-Rochereau. Mais le décès du sculpteur en mai 1904 compromet le projet que sa veuve défend avec énergie. Après une bataille juridique avec la municipalité, elle en confie la réalisation au statuaire Louis Noël et à son gendre Jules Déchin. L’œuvre est installée au printemps 1912 au milieu de la nouvelle place de la République. Mais l’inauguration en est reportée à plusieurs reprises jusqu’en août 1913. Inauguration commémorative Le 15 août enfin la cérémonie tant attendue peut avoir lieu sur trois jours de festivités : l’inauguration suivie de deux jours de concours de musique. Le gouvernement est représenté par Antony Ratier, garde des Sceaux, vice-président du Conseil, et par Paul Morel, sous-secrétaire d’État à l’Intérieur, venu en voisin de Vesoul. Les anciens mobiles du Rhône, de Haute-Garonne, de Saône et Loire et de Haute-Saône reviennent sur les lieux de leur bravoure, accueillis comme des héros. Un descendant du général Lecourbe est également présent. Quarante Alsaciens, membres du « Souvenir français » sont venus de Mulhouse. Après un déjeuner de 120 couverts, les officiels prennent place dans la tribune face à cet « imposant, grandiose, sévère et superbe » monument. Les discours s’enchainent, vibrant de patriotisme. Le journal « La Frontière » conclut par cette phrase le déroulé de la journée : « Ce qu’il nous faut, avec le patriotisme des Français, c’est une armée exercée et des chefs habiles et déterminés à faire leur devoir, tout leur devoir. » l * Lire VLT n°136 de mars 2013 Le montage du piédestal du monument par l’entreprise Guidon. MÉMOIRE 1 re Guerre Mondiale Carte postale du monument des Trois Sièges. LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT N°140 VivreleTerritoire 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :