[90] Vivre le Territoire n°140 jui/aoû 2013
[90] Vivre le Territoire n°140 jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°140 de jui/aoû 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : cet été venez découvrir le Territoire de Belfort.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
SOCIÉTÉ artisanat À SAVOIR Musicien et guitariste depuis l’âge de sept ans, Émilien Bret n’a jamais laissé de côté « la gratte ». En plus de son activité de fabrication et de restauration d’instruments, il donne aujourd’hui des cours particuliers de guitare dans son atelier à Giromagny. Ils reprendront à partir de septembre. « Atelier Holbretch », 25, rue Thiers à Giromagny Tél. 06 31 45 84 26 holbrecht@hotmail.com PARCOURS La voie du succès Émilien Bret Grattes de stars PORTRAIT Depuis plus de quinze ans, Émilien Bret confectionne des guitares de scène sur mesure, pour les passionnés et les célébrités. Noir Désir, Lofofora, Jean-Louis Aubert… Le luthier franc-comtois, installé à Giromagny, a travaillé pour les plus grands. ç Pauline Moiret-Brasier Acacia centenaire, érable canadien, acajou d’Afrique, cèdre et palissandre de Rio… Les essences de bois se répandent en confettis sur les établis de l’atelier d’Émilien Bret. Après plus d’une dizaine d’années passées dans le calme auvergnat, le luthier relance son activité artisanale dans sa Franche-Comté natale, à Giromagny. Dans ce métier je dirais qu’on n’a jamais fini d’apprendre ! » Ce « retour aux sources » n’est pas sans lui rappeler quelques bons souvenirs, notamment comment l’enfant de Vesoul, qu’a priori rien ne destinait à la fabrication des guitares, a réussi à se faire un nom dans le cercle très fermé de la lutherie d’art. « Je voulais travailler de mes mains », affirme Émilien Bret, avec la conviction qui le caractérise. Lorsqu’à l’âge de 13 ans, une conseillère d’orientation lui évoque le métier de luthier, il ignore Émilien Bret parvient à rencontrer le groupe Noir Désir aux Eurockéennes de 1997. Il propose au chanteur, Bertrand Cantat, une guitare classique, « mais ce qu’il souhaitait davantage, c’était une Flamenca : une guitare au son encore plus vif, plus brillant ». Âgé de 20 ans, Émilien Bret y voit la chance de sa vie. Il consacre tout son temps à la réalisation d’un modèle semblable à une guitare classique, avec toutefois un fond en essence de cyprès. Ravi, le leader de Noir Désir lui dédicacera son premier prototype, qui trône encore fièrement dans son atelier : « Pour Émilien et les voix des guitares ». Émilien sera même à plusieurs reprises, invité sur la tournée de l’album 666.667 Club entre 1997 et 1998. 24 VivreleTerritoire N°140 LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT encore qu’il fera de cette profession bien plus que son gagne-pain. Il découvre la technique à Cadenet dans le Vaucluse aux côtés d’un « grand », Philippe Bodard, lequel lui transmet aussitôt la fibre. Le monde des artistes Après un CAP d’ébéniste, il entre à l’école de lutherie de Bédarieux dans l’Hérault, spécialisée dans la confection des guitares. « J’avais un rêve, se souvient-il, celui d’entrer dans le monde des artistes ! » Du talent, de l’audace, un brin de chance, à 20 ans, le jeune luthier confectionne un modèle pour le chanteur de Noir Désir, Bertrand Cantat. Suivent Lofofora, Jean-Louis Aubert puis André N’Kouaga, l’exbassiste du chanteur camerounais Manu Dibango. Sa notoriété ne cesse de grandir et son carnet de commandes s’étoffe. Les affaires marchent bien, tandis que le luthier s’exile dans le Cantal, où il réside Une nouvelle guitare pour rock-star. jusqu’en 2010 : « J’ai été victime ensuite d’un grave accident de quad. La colonne vertébrale a été touchée et je suis resté plus d’un an alité », révèle-il. Retour aux sources Aujourd’hui rétabli, il se consacre à une pièce unique, baptisée Elixir, « légère, aux formes extravagantes et généreuses ». Il prédestine cette nouvelle création à une star de la chanson française dont il se garde de divulguer le nom avant de s’être mis au diapason avec l’artiste en question. S’il y parvient, ce sera une corde de plus dans le curriculum vitae d’Émilien Bret, qui conserve depuis des années la même philosophie : « Dans ce métier je dirais qu’on n’a jamais fini d’apprendre ! On a beau connaître les techniques, le principe de l’alliage des essences, la lutherie est un art à toujours reconsidérer. C’est essentiellement pour cela qu’on ne remplacera jamais le travail minutieux de l’artisan. » l
Des soins naturels PLANTES SALVATRICES Utilisez-vous des pesticides ? Même pas de désherbant, jamais ? Dans les allées, sur la terrasse… De l’anti-limace ? De la bouillie bordelaise ? Là oui, mais « on est obligé, sinon pas de récolte ». ç Josiane Goepfert En effet la bouillie bordelaise est un très bon fongicide, utilisé contre le mildiou, la tavelure, la cloque du pêcher… Un peu trop bon d’ailleurs car il ne fait pas la différence avec les champignons bénéfiques aux cultures, et incommode au passage les vers de terre et toute la vie microbienne du sol. Justement les racines des tomates s’associent avec un champignon, lui proposant un peu de nourriture contre une meilleure assimilation du phosphore, une meilleure résistance au stress hydrique et… aux champignons pathogènes comme le mildiou ou l’oïdium. Bingo ! Introduisez de la bouillie bordelaise et vous êtes condamnés à l’utiliser à vie, puisqu’elle empêche la plante de se défendre toute seule. De nombreux professionnels (maraîchers, viticulteurs) ont stoppé ou limité l’utilisation de ce produit. En le remplaçant par des purins végétaux, l’achat des fameux champi- PRATIQUE Il sent bon mon purin Les conseils de Josiane Goepfert L’été au potager De nombreux semis cette saison, mais entre le soleil ardent et les orages, il faut les protéger. Des cagettes renversées, des filets d’ombrages et autres astuces y pourvoient. Pour éviter l’évaporation de l’eau, arrosez le sillon de semis, déposez vos graines, recouvrez de terre sèche. Carottes, épinards, navets, chicorées, scaroles, Préparé avec de l’eau de pluie (sans chlore et sans calcaire) avec 1 kg de plantes fraîches pour 10 litres d’eau et surtout, brassé tous les jours. Le purin a une odeur de tisane et non de pourriture. Si c’est le cas, brassez davantage, ajoutez une brassée de feuilles d’angélique ou de sauge, ou du bicarbonate. Laissez macérer jusqu’à ce que le mélange ne fasse plus d’écume au brassage. Cela peut prendre de 5 à 15 jours selon la température extérieure. Pour l’utiliser en arrosage diluez à 10% et en pulvérisation à 5%. choux de Chine, fleurs bisannuelles (monnaie du pape, pensée…) et vivaces (roses trémières, pavot d’Orient, lin…) y trouveront un nid humide pour y germer. Nouez les tiges d’ail et couchez-les sur le sol, pour favoriser le développement des bulbes. Lorsque vous enlevez les gourmands des tomates, repiquez-en une dizaine en pleine terre (bien arroser), ils vont se bouturer et remplacer les pieds atteints de mildiou, pour produire jusqu’aux gelées. gnons bénéfiques et, dans le pire des cas, en associant le sulfate de cuivre aux extraits végétaux, ce qui permet de réduire la dose de bouillie de 90%. Mais nous autres, jardiniers amateurs éclairés, avons une solution toute simple, qui consiste à planter nos tomates toujours au même endroit, pour, en quelque sorte, « fidéliser » cette alliance champignons - racines. Couvrez vos tomates Un toit qui empêche la pluie de mouiller le feuillage, et adieu le mildiou. Et si d’aventure (je vous sais particulièrement chatouilleux sur le sujet) ce ne serait pas le cas, changez de variétés. Savez-vous que certaines contiennent naturellement des gènes anti-mildiou ? Sur la centaine de variétés anciennes que nous avons expérimentées à ce jour, 5% y sont sensibles, mais, pour des raisons sentimentales et gustatives, nous continuons à les cultiver. Sous serre la place est chère et les feuilles se touchent, mais les variétés résistantes ne se font pas contaminer par les autres. Voici les plantes à action fongicide : la sauge officinale en purin (mildiou), la tanaisie en infusion non diluée (mildiou), l’ail en décoction (cloque du pêcher, pourriture des fraisiers), la prêle en décoction, la bardane en purin (mildiou). Et un produit tout aussi efficace, le bicarbonate de soude : à raison d’une cuillère à café par litre d’eau, ajouter un peu d’huile ou de savon liquide, comme fixateur, et pulvériser sur le feuillage, deux fois par semaine. l ENVIRONNEMENT jardiner bio AGENDA Mardi 13 août à 14h30 Au jardin de la Douce à Belfort : atelier « tomates et autres solanacées (aubergines, poivrons…) » Les soins spécifiques à cette famille botanique, les variétés adaptées à notre climat et leurs dégustations. Samedi 7 septembre à 9h Atelier « Jardiner c’est transformer » (modes de conservation) à la Damassine à Vandoncourt, organisé par le pays de Montbéliard. Inscription au 03 81 94 45 60 et si liste d’attente au 03 81 93 33 87 pour une autre date à convenir. BIBLIOGRAPHIE Les plantes au secours des plantes Purin d’ortie et Cie Édition de Terran LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT N°140 VivreleTerritoire 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :