[90] Vivre le Territoire n°140 jui/aoû 2013
[90] Vivre le Territoire n°140 jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°140 de jui/aoû 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : cet été venez découvrir le Territoire de Belfort.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
DOSSIER tourisme ÉCONOMIE Synonyme de repos, de nature préservée et d’événements festifs et culturels, le Territoire de Belfort affiche toutes les qualités d’une destination touristique. Le Conseil général poursuit l’objectif d’en révéler le potentiel attractif à travers un programme d’actions variées. Nouvel essor pour le tourisme En escapade de fin de semaine, pour quelques jours de ski ou une petite « virée » à bicyclette, les séjours touristiques dans le Territoire sont courts mais intenses ! Il faut dire que le département possède toutes les qualités pour séduire les touristes, plus enclin aux vacances actives, intelligentes, et plus proche de la nature. En tête des sites les plus visités, le Ballon d’Alsace, le Malsaucy, ou encore l’étang des Forges. Sans oublier la Citadelle de Belfort et son lion (lire page 14) ainsi que les nombreux forts militaires qui attirent une clientèle férue d’Histoire et de patrimoine architectural. Parallèlement à ces « spots » touristiques, le département peut se targuer de posséder plus de 600 km de sentiers pédestres balisés et entretenus, 100 km de sentiers équestres et 70 km de pistes cyclables. Une image revalorisée Les efforts consentis ces dernières années par le Conseil général pour rendre le Territoire plus attractif, renforcés par l’arrivée du TGV Rhin-Rhône en 2011, portent leurs fruits. Une étude Ipsos sur la notoriété de la région Franche-Comté place la cité du Lion en seconde position des villes les plus connues, derrière Besançon et devant Montbéliard. « Spontanément, les gens associent le département aux grands événements culturels, et quand ils participent, par exemple, au Festival international de musique universitaire, ils découvrent du même coup d’autres richesses », commente Muriel Roget, chargée du développement touristique au Conseil général. Si 85% d’entre eux sont français, ces touristes viennent souvent en voisins, en provenance du Grand Est, mais aussi de Rhône-Alpes, d’Ile-de-France et de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Côtés 12 VivreleTerritoire N°140 LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT étrangers, les Allemands sont majoritaires, devant les Suisses, les Belges et les Néerlandais. Des points forts Bien sûr, dans le Territoire de Belfort « on n’a pas la mer » mais « on a des entreprises » ! L’une des grandes particularités du département réside dans son tourisme d’affaires, étroitement lié à la présence des grands groupes industriels tels qu’Alstom et General Electric. La part de cette filière touristique dans l’hôtellerie représente 72%. « Ce sont des personnes qui consomment des services, vont au restaurant et en profitent parfois pour visiter, surtout s’ils sont accompagnés par un conjoint. » Ils sont également susceptibles de promouvoir le Territoire une fois rentrés chez eux et reviennent volontiers en famille s’ils ont été conquis. Une opportunité dont s’est saisi Belfort Tourisme en proposant des offres découvertes d’un ou deux jours à destination de ce public spécifique (lire page 15). Autre singularité du département : « Il n’est pas tributaire du tourisme saisonnier. L’offre est suffisamment large avec les sports d’hiver au Ballon d’Alsace, les loisirs de plein air l’été, ou encore la randonnée toute l’année. » Un tourisme « quatre saisons » qui provoque des coups de cœur et fidélise la clientèle. « Comme ce couple de Marseillais qui vient chaque année passer une semaine au Ballon d’Alsace, parce que c’est une montagne douce et calme », témoigne la chargée de développement. Une étude Ipsos sur la notoriété de la région Franche-Comté place la cité du Lion en deuxième position des villes les plus connues. » Qualité et équilibre En termes d’hébergement, l’hôtellerie arrive en tête avec 250 000 nuitées comptabilisées en 2012, et un taux d’occupation supérieur à la moyenne régionale. Mais, à l’inverse des autres départements comtois, les chambres sont principalement occupées en semaine, rappelant encore une fois la présence des touristes d’affaires. « Pour autant, l’hôtellerie reste principalement concentrée sur Belfort », constate Muriel Roget. Si le nord du département ne s’en sort pas trop mal du fait de la proximité du Massif Vosgien, le sud, lui, est en carence. Pour rééquilibrer les capacités d’accueil tout en visant une montée en gamme de l’offre, plus proche des aspirations d’aujourd’hui, le Conseil général accompagne, en partenariat avec la Région Franche-Comté, les projets hôteliers mais également l’hôtellerie de plein air (campings) et les hébergements collectifs. « Le Territoire de Belfort est un département étape entre les régions du Nord et du Sud, mais aussi entre Paris et l’est de l’Europe », poursuit Muriel Roget. Multiplier les partenariats pour développer le tourisme permettrait ainsi de rendre le Territoire incontournable. Pour une culture de l’accueil Pour atteindre ces objectifs, le Département a élaboré en 2012 un schéma départemental de développement touristique. Parallèlement aux axes de travail qu’il fixe, tels que le renforcement des partenariats ou le développement de l’hébergement (lire page 15), il pointe des pistes d’amélioration. « Nous devons développer une vraie culture de l’accueil, accompagner les professionnels, faire en sorte que les établissements adoptent une plus grande amplitude horaire et, pourquoi pas, proposer des formations. » Pour qu’ils deviennent, à juste titre, les ambassadeurs du Territoire. l Toutes les actions mises en œuvre par le Conseil général en faveur du tourisme sont détaillées sur www.cg90.fr dans la rubrique « Soutenons l’activité dans le Territoire ».
2 QUESTIONS À Guy Miclo vice-président du Conseil général en charge du tourisme et de la culture. Vivre le Territoire : Le Conseil général est très engagé en faveur du développement touristique du Territoire. Pourquoi ? Guy Miclo : Le tourisme représente la première industrie mondiale, des emplois créés et surtout une économie qui n’est pas délocalisable. Se donner les moyens de développer ce secteur économique me paraît donc particulièrement important, surtout en période de crise ! Par ailleurs, le Territoire de Belfort possède des atouts incontestables, notamment trois destinations clairement identifiées lors d’un diagnostic réalisé par la Maison du Tourisme. Tout d’abord, les Vosges Comtoises, destination que nous développons avec le commissariat à l’aménagement du Massif des Vosges et le comité régional du tourisme, et qui comprend le Ballon d’Alsace et ses vallées. Puis, les villes historiques et culturelles avec, par exemple, la citadelle de Belfort, les musées d’Art et d’Histoire, et la possibilité de rayonner pour visiter Bâle, Besançon… Et enfin, le tourisme d’affaires généré par la présence de grands groupes industriels et qui draine avec lui un public familial. Parallèlement, la clientèle a de nouveaux besoins. Elle recherche des lieux d’exception où se détendre avec des activités de loisirs, des équipements pour se ressourcer et se cultiver. Vivre le Territoire : Un schéma départemental a été élaboré en 2012 et des assises du tourisme sont programmées à l’automne 2013. Peut-on parler d’une relance des actions en faveur du tourisme ? Guy Miclo : Plus qu’une relance, il s’agit d’une ambition nouvelle qui mobilise de nombreux partenaires. Et j’entends bien audelà de nos frontières administratives ! Je pense à la Suisse, avec laquelle nous menons déjà des actions de coopérations culturelles et économiques, mais aussi à l’Alsace, au Doubs, à la Haute-Saône, aux Vosges… C’est dans cet esprit que j’ai participé aux premières rencontres DOSSIER tourisme En 2012, le secteur du tourisme représentait 1 450 emplois dans le Territoire de Belfort. du Massif des Vosges qui se sont tenues à Guebwiller, dans le Haut-Rhin, en juin dernier. En septembre, les assises marqueront une nouvelle avancée en actant la programmation d’actions à entreprendre dans le cadre du schéma départemental, et cela à court, moyen et long terme. Certaines choses ont été anticipées. Par exemple, dès cet été, le bus du Ballon d’Alsace sera équipé d’une remorque à vélos. Nous avons également modifié les statuts de la Maison du Tourisme qui associe désormais les structures intercommunales et les acteurs locaux, tels que les restaurateurs et les hôteliers. Avec plus de 140 adhérents, elle devient le pilier incontournable de notre politique de développement touristique. Bien sûr, améliorer l’accueil nécessite des travaux parfois coûteux, mais qui font aussi travailler les entreprises locales. Si l’offre d’hébergement, les services et les loisirs sont de grande qualité, nous pouvons être convaincus qu’il y aura un retour sur investissement. l LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT N°140 VivreleTerritoire 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :