[90] Vivre le Territoire n°136 mars 2013
[90] Vivre le Territoire n°136 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°136 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,0 Mo

  • Dans ce numéro : objectif eau, pour la maison et l'environnement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
VIE QUOTIDIENNE aménagement TRAVAUX SUR LES ROUTES Les élus donnent leur avis munes faisant remonter des points particuliers et les services des routes expliquant en détail leur programme d’actions. La réunion permet aussi de présenter le budget de la direction des routes (un peu plus de 5 millions d’euros dont 75% consacrés à l’investissement et 25% pour l’entretien courant), les travaux réalisés ces dernières années et ceux prévus pour l’année en cours et les suivantes. En l’occurrence, dans le secteur « Nord » du département, on compte 186 kilomètres de routes départementales, soit 34% de la longueur totale du réseau départemental. Il faut régulièrement y mener des travaux de renouvellement des revêtements ou de sécurisation des ouvrages d’art, mais aussi d’amélioration de la sécurité routière à travers des opérations de signalisation ou de marquage au sol. L’entretien courant des routes ou des ouvrages d’art (peinture, entretien des accotements ou petites réparations) ou la viabilité hivernale sont À SAVOIR Les prochaines réunions de concertation auront lieu le 19 mars à Joncherey pour le secteur Sud et le 29 mars à Valdoie pour le secteur Centre. issus de la récupération, ont été restaurés avec goût et donnent aux différentes pièces un petit air de chalet montagnard. Même l’électroménager est respectueux de l’environnement. « Notre démarche est également pédagodes points également abordés lors de ces échanges. Les maires se félicitent largement de la tenue de ce type de réunions et en profitent généralement pour souligner leur satisfaction quant au travail effectué par le service du Conseil général. l J.H. TOURISME Un gîte écologique à Auxelles-Haut Le gîte le Viau, labellisé 3 épis et Écogîte, a ouvert en décembre dernier au cœur du village. Il s’agit d’un logement de 60 m² entièrement restauré et aménagé avec des matériaux naturels. Chaleureux, élégant, l’endroit invite au repos et à la sérénité. « Nous sommes engagés dans une démarche écologique depuis longtemps », explique Paulette Lehmann, propriétaire des lieux avec son mari François. « Ouvrir un gîte nous permet de voir du monde », poursuit-elle. Tous deux retraités, ils ont effectué eux-mêmes une grande partie des travaux de rénovation. Plancher massif en chêne ou en sapin, chape en chaux et sable, enduit de terre et de paille, peinture à l’argile et aux huiles essentielles, chauffage central au bois, VMC double flux, robinetterie équipée d’économiseurs d’eau, éclairage basse tension…, les matériaux et les techniques utilisés ne laisseront aucune trace dans la nature. Les meubles, À SAVOIR Le gîte le Viau tire son nom du quartier d’Auxelles-Haut dans lequel il se trouve. Une réunion de concertation sur le programme 2013 de la direction des routes du Conseil général s’est tenue le 13 février à Lachapelle-sous-Chaux. Environ 70 personnes étaient présentes, dont les représentants des Communautés de communes de la Haute-Savoureuse, du Pays sousvosgien et du Tilleul ainsi que de très nombreux élus. En présence d’Yves Ackermann, président du Conseil général, des conseillers généraux Guy Miclo, Anne-Marie Forcinal et Didier Vallverdu ainsi que des responsables de la direction des routes du Conseil général, cette réunion a permis aux uns et aux autres d’étudier les futurs travaux routiers devant se dérouler tout au long de l’année dans le nord du département. L’objectif de ces rendez-vous est en effet d’échanger avec les maires sur la nature des travaux programmés par la direction des routes du Conseil général. Un échange d’informations utiles pour les deux parties, les com- Gîte le Viau Paulette et François Lehmann2, rue des Étangs 90200 Auxelles-Haut Tél. 03 84 29 00 57 Courriel : francoislehmann0798@orange.fr gique, poursuit Paulette. Nous voulons montrer à nos hôtes que respecter l’environnement ne signifie pas vivre à l’âge de pierre. » Et effectivement, nous sommes très loin de la caverne préhistorique. Seul barrage à la modernité : les vacanciers ne trouveront pas de micro-ondes et n’auront pas le wi-fi car « les ondes sont beaucoup trop agressives », précise François. Des équipements dont on peut aisément se passer lorsque l’on souhaite profiter d’un cadre qui invite à la détente et offre la possibilité de faire de grandes balades dans le magnifique parc des Ballons des Vosges. l N. G. 24 VivreleTerritoire N°136 LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT
ENVIRONNEMENT jardiner bio Josiane Goepfert, productrice de légumes bio 800 variétés de plantes alimentaires poussent dans mon potager « Le bio ? Je suis tombée dedans quand j’étais petite. Mon père, ouvrier, cultivait son potager sans produit chimique. Nous n’achetions jamais de légumes et cela nourrissait toute la famille. C’est également la culture bio qui m’a éduquée au goût. Lors de mon premier repas à la cantine, à 11 ans, je n’ai pas voulu reconnaître les carottes au menu, car la saveur n’y était pas. Toutes ces expériences m’ont convaincue de la nécessité de transmettre cette connaissance du potager et de montrer que le bio peut être productif, à condition de respecter des règles simples. Mon potager expérimental, qui me sert de support pédagogique, voit pousser 800 variétés de plantes alimentaires du monde entier, même des légumes tropicaux et méditerranéens, et tout cela sans aucun produit phytosanitaire de synthèse ! » http://potagerdunecurieuse.free.fr À SAVOIR Les micro-organismes, les insectes et les vers ont un rôle important dans un potager bio. Sous terre, ils dégradent la matière organique en minéraux pour nourrir les plantes. Ce milieu vivant ne doit pas être détruit par l’emploi de pesticides. PRATIQUE Les rendez-vous de Vivre le Territoire Avril : Préparer les sols Mai : Utiliser son compost Juin : Le paillage Juillet-août : Soigner ses légumes Septembre : Engrais vert et rotation des cultures Octobre : Écosystème et biodiversité Les secrets bio de Josiane OPÉRATION « ZÉRO PHYTO » À partir du numéro d’avril de votre magazine Vivre le Territoire et jusqu’à octobre 2013, Josiane Goepfert vous donne chaque mois rendez-vous sur cette page pour des conseils pratiques et utiles qui feront pousser vos légumes sans produits chimiques. À vos binettes ! ç Catherine Robet Beaux, bons et bio ! Tels seront les légumes de votre potager, pour peu que vous suiviez à la lettre les conseils de Josiane Goepfert. Chaque mois, cette spécialiste du jardinage au naturel abordera un élément essentiel de la culture bio. En une saison, les lecteurs de Vivre le Territoire apprendront ainsi à préparer la terre, à bien connaître les différents sols, à faire un bon compost, ou encore un bon paillage. « J’aborderai également les soins et les actions de prévention des maladies, ou encore comment réaliser des engrais verts ou pratiquer la rotation des cultures pour ne pas épuiser le sol du potager », précise Josiane Goepfert. L’objectif vise non seulement à cultiver son jardin sans utiliser de produits phytosanitaires (engrais, produits chimiques…), mais aussi à rendre le potager productif pour en obtenir de bons résultats et disposer ainsi d’un complément alimentaire de qualité. « Si telle ou telle plante ne produit pas assez, pas la peine de la doper avec de l’engrais chimique, poursuit la spécialiste. Moi, dans ce cas, j’arrache le plant et je le remplace par une variété adaptée au climat, à l’altitude et au sol. » Car pour Josiane, rien de plus simple que le potager bio, il suffit d’avoir du bon sens et de connaître quelques trucs et astuces. Une usine naturelle Pour éviter tout malentendu, il ne s’agit pas ici de remplacer des produits phytosanitaires par des solu- Un atelier consacré au jardinage bio dans le potager démonstratif de la Douce. tions écologiques toutes faites. « La vraie démarche bio n’est pas d’aller contre la nature, mais de créer un équilibre dans le potager pour que la plante se sente bien et se développe. » Une synergie d’actions, en somme, qui verra par exemple apparaître des champignons protecteurs aux racines des légumes, tandis que le terrain sera devenu défavorable aux attaques de maladies telles que le mildiou, l’ennemi des tomates. « Le jardin au naturel, c’est un véritable écosystème qui fonctionne très bien tout seul. La responsabilité du jardinier est de ne pas briser cet équilibre. » Depuis déjà 4 ans, la Maison départementale de l’environnement (MDE) fait appel à Josiane Goepfert pour animer les ateliers qu’elle organise au potager démonstratif du parc de la Douce (voir page 12), situé à proximité des jardins ouvriers à Belfort. L’occasion pour les jardiniers, débutants ou confirmés, de voir que les recettes de la spécialiste fonctionnent. Parallèlement à la chronique qui va être publiée dans le magazine Vivre le Territoire dès le numéro d’avril, deux reportages vidéo seront réalisés sous la forme d’ateliers, et reprendront en images les thèmes et les techniques abordés dans la chronique mensuelle. Accessibles directement depuis le site Internet du Conseil général, les internautes y retrouveront, en juillet puis en octobre, notre chroniqueuse en pleine démonstration. l LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT N°136 VivreleTerritoire 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :