[90] Vivre le Territoire n°136 mars 2013
[90] Vivre le Territoire n°136 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°136 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,0 Mo

  • Dans ce numéro : objectif eau, pour la maison et l'environnement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
DOSSIER objectif « eau » ENVIRONNEMENT La Maison départementale de l’environnement s’ouvre sur une saison prometteuse, avec toujours « les Gardiens de l’eau » comme fil conducteur. Nos quatre superhéros invitent les habitants du Territoire de Belfort à relever de nouveaux défis, tandis que des ateliers proposent à chacun d’apprendre à jardiner bio. ç Catherine Robet En route pour de nouvelles aventures dernière, ils ont aidé les habitants du Territoire à mieux connaître et à défendre nos ressources en eau. L’année Ils reviennent cette année au sein de la Maison départementale de l’environnement où ils ont installé leur quartier général. « Les Gardiens de l’eau, le défi » se présente donc comme un nouvel épisode des aventures de Prunelle, Reïko, Victor et Franck. Dans leur grotte, où ils entreposent leur matériel et exposent leur carnet de bord géant, les visiteurs découvriront sur des écrans tactiles les vidéos des « Reporters de l’eau » réalisées en 2012 pour mener l’enquête sur cet élément naturel. Parallèlement, le jeu interactif en trois dimensions a lui aussi OPÉRATION ZÉRO PHYTO Apprendre à jardiner au naturel La Maison départementale de l’environnement a mis en place des ateliers gratuits dans son potager démonstratif du parc de la Douce à Belfort. L’objectif est de montrer que l’on peut obtenir de beaux légumes sans utiliser de produits chimiques et ainsi limiter la pollution des rivières. Ces animations seront dirigées par la spécialiste du jardinage bio, Josiane Goepfert, qui mènera en parallèle une nouvelle chronique dans le magazine Vivre le Territoire (lire page 25). Deux films retraceront les techniques enseignées dans ces ateliers. Ils seront diffusés sur le site Internet du Conseil général, l’un en juillet et l’autre en octobre. À SAVOIR 12 mai : Un compost qui sent bon 10 juillet : La permaculture : cultiver bio sans bêcher, sans arroser. 13 août : Tomates et compagnie 13 octobre : Potirons et compagnie Réservation au 03 84 29 18 12 évolué. Les participants jouent toujours en équipe et doivent s’aider mutuellement pour avancer et obtenir, eux aussi, le titre de gardiens de l’eau. De nouvelles questions ont été ajoutées et, cette année, les super-héros ont également décidé de mettre à l’épreuve les joueurs en leur lançant des défis à la fois physiques et intellectuels. Ils demanderont par Les super-héros ont décidé de mettre à l’épreuve les joueurs en leur lançant des défis à la fois physiques et intellectuels. » exemple aux joueurs de trouver une fuite d’eau ou d’épurer des eaux usées. « Il faudra faire preuve d’adresse, de rapidité et d’esprit d’équipe ! commente Vincent Rouire, le responsable de la Maison départementale de l’environnement. Ce jeu rencontre un énorme succès car les visiteurs viennent en famille ou entre amis ; ils s’amusent beaucoup et passent un moment très convivial. » Car apprendre en s’amusant constitue l’un des credo de ce service départemental, véritable outil de sensibilisation à l’environnement. Zoom sur les zones humides Outre les animations autour des Gardiens de l’eau, une exposition de photographies naturalistes sera présentée du 20 avril au 1 er mai 2013 en extérieur, autour du lac du Malsaucy. Baptisée « L’apologie du Lac », elle aura pour thème les zones humides. « Les prises de vues ont été réalisées par des grands noms de la photographie, comme Jean-François Hellio et Nicolas Van Ingen, deux spécialistes des zones humides, poursuit Vincent Rouire. L’objectif est de montrer que ces espaces naturels, qui ont souvent mauvaise réputation, sont à la fois très beaux et indispensables. » Ceux-ci sont des réservoirs de biodiversité et jouent le rôle de régulateur hydraulique. Ils sont donc déterminants pour la préservation de nos ressources en eau. Pour en comprendre les enjeux, des rencontres avec les photographes et des spécialistes seront organisées pendant le temps de l’exposition, tandis que des « balades à la lueur des contes et de la musique » attireront le public dans les endroits les plus mystérieux du Malsaucy. Nouveautés L’eau sera également le thème des sorties organisées à travers le département pour aller à la rencontre d’un lieu ou d’une personne. Guidé par un accompagnateur, le public découvrira par exemple la source de la Savoureuse, des étangs remarquables, et fera même des rencontres artistiques. Si le cœur vous en dit, la Maison départementale de l’environnement donne la possibilité de s’initier à différentes techniques, dans des domaines aussi variés que la photographie, la cuisine des plantes sauvages, l’entretien d’un verger ou encore la réalisation d’un aquarium de poissons d’eau douce. Ces stages de formation (avec participation) seront l’occasion de se découvrir un hobby étroitement lié à l’environnement. l Maison départementale de l’environnement Site du Malsaucy Tél. 03 84 29 18 12 Programme complet sur www.cg90.fr 12 VivreleTerritoire N°136 LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT
DOSSIER objectif « eau » MAISON DÉPARTEMENTALE DE L’ENVIRONNEMENT SAISON 2013• SITE DU MALSAUCY 3 QUESTIONS À Anne-Marie Forcinal Vice-présidente du Conseil général en charge de l’environnement Vivre le Territoire : La Maison départementale de l’environnement (MDE), service du Conseil général, est connue et reconnue par les habitants du Territoire. Qu’est-ce qui fait, selon vous, sa force ? Anne-Marie Forcinal : La MDE cumule plusieurs atouts. À la fois proche de la ville et au cœur du site naturel du Malsaucy, elle est facilement accessible et bénéficie d’une situation exceptionnelle. Huit personnes en composent l’équipe d’animation, dont une enseignante détachée de l’Éducation nationale qui travaille en liaison directe avec les écoles. Ce sont ainsi 4 000 élèves qui participent aux ateliers pédagogiques de la MDE chaque année. Sa grande force est également de tisser des partenariats, comme avec le Muséum national d’histoire naturelle lors de la campagne de sensibilisation sur la biodiversité, ou encore de travailler avec des spécialistes et des artistes de renom. C’est le cas avec le jeu des Gardiens de l’eau réalisé par des professionnels qui ont œuvré dans les plus grands parcs d’attractions. Enfin, rappelons que c’est un service gratuit ! VLT : Quels sont les enjeux de la sensibilisation de la population locale aux problématiques environnementales ? Anne-Marie Forcinal : Il s’agit d’une démarche d’éducation citoyenne. Pour les plus jeunes, c’est véritablement une question d’apprentissage du monde dans lequel ils vivent. Et pour les adultes, l’enjeu est de les informer sur les effets de certaines pratiques et d’indiquer quelles sont les bonnes conduites à tenir. Par exemple : pourquoi recréer les méandres de rivières si les riverains ne savent pas pourquoi il faut ralentir la vitesse d’écoulement de l’eau ? Les questions liées à la protection de l’environnement sont complexes, elles impactent notre vie quotidienne, d’où la nécessité d’éduquer, de sensibiliser et d’informer. Prunelle, Reïko, Victor et Franck, les « Gardiens de l’eau » de la Maison départementale de l’environnement, invitent les visiteurs à relever de nouveaux défis. VLT : La Maison départementale de l’environnement a été de nombreuses fois primée pour ses actions. Qu’est-ce qui lui vaut cette reconnaissance nationale ? Anne-Marie Forcinal : Son dynamisme, son inventivité et le grand intérêt que suscitent son programme d’animation. Le dernier prix reçu, le Territoria d’or (lire page 15,ndlr), a été décerné pour récompenser l’innovation, la reproductibilité et l’adaptabilité des réalisations de la MDE dans le cadre du cycle « La biodiversité en question ». Cette distinction saluait également la modestie des dépenses engagées, proportionnellement opposées au succès de cette action qui a touché 150 000 personnes. l LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT N°136 VivreleTerritoire 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :