[90] Vivre le Territoire n°134 déc 12/jan 2013
[90] Vivre le Territoire n°134 déc 12/jan 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°134 de déc 12/jan 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : le 11 décembre 2011, le premier TGV entrait en gare de Belfort-Montbéliard. Depuis ce jour, le Territoire de Belfort et plus largement l’Aire urbaine sont desservis par la grande vitesse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
DOSSIER La grande vitesse ouvre la voie Le 11 décembre 2011, le premier TGV entrait en gare de Belfort-Montbéliard. Depuis ce jour, le Territoire de Belfort et plus largement l’Aire urbaine, sont desservis par la grande vitesse. Un an plus tard, le changement est sur les rails. L’arrivée du TGV a marqué une étape dans l’histoire du Territoire. Il y a dorénavant, dans la vie de chaque habitant un « avant » et un « après ». « Avant le TGV, les gens prenaient plutôt la voiture ou l’avion », « avant, il fallait plus de quatre heures pour rejoindre Paris en train » … Un lancement réussi pour la SNCF Un an après, où en est-on ? Si l’on se souvient aisément de ce qu’il en était 16 VIVRE LE TERRITOIRE N°134 « avant », est-on aujourd’hui en situation d’évaluer véritablement ce qu’apporte la grande vitesse ? Des certitudes cependant. Tout d’abord, mi-novembre, plus de 8 millions de voyages ont été effectués sur le TGV Rhin-Rhône. Dans cet important flux de voyageurs, le trajet Paris-Belfort- Montbéliard se classe dans le top 5 des liaisons. La grande vitesse a donc conquis un grand nombre d’usagers et les projets de développement de l’offre envisagés par LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT la SNCF devraient conforter ce bon départ (voir page 18). Un atout performance pour l’économie Ensuite, pour le tissu économique local, la géographie a d’une certaine manière évolué. Si l’on rapporte les distances réelles aux durées de voyage en train, le département s’est considérablement « rapproché » des grandes villes françaises et européennes. Chefs d’entreprise ÉDITION SPÉCIALE Sortie il y a un an à l’occasion de l’arrivée du premier TGV en gare de Belfort Montbéliard, le numéro spécial TGV de Vivre le Territoire est toujours accessible en ligne sur www.cg90.fr
et salariés y trouvent un gain d’efficacité et des perspectives nouvelles en termes de développement (voir page 20). Par contre, s’il est plus aisé dorénavant de venir dans l’Aire urbaine, il convient aussi de relever qu’il est plus facile de ne pas y rester… Hôteliers et professionnels du tourisme intègrent cette nouvelle donne et s’interrogent. Si à court terme certains indicateurs sont en baisse, il semble un peu prématuré de les attribuer à l’effet TGV. Sur le long terme, les professionnels restent sereins et adaptent leurs offres pour accueillir de nouveaux débouchés (voir page 20). Des perspectives intéressantes De cette période de transition, il ressort néanmoins que, incontestablement moins enclavé et de fait plus attractif, le Territoire de Belfort a endossé la stature de « ceux qui l’ont », comprenez : les régions, départements et grandes villes connectés au réseau à grande vitesse. Une nouvelle posture qui lui offre des opportunités de développement. Reste à réunir les conditions pour qu’elles s’expriment. C’est ce que de nombreux acteurs locaux dont le Conseil général et ses partenaires ont fait, lorsqu’ils ont choisi, très en amont, de préparer l’arrivée de la grande vitesse. Le projet « Jonxion » qui se déploie actuellement aux abords immédiats de la gare (voir page 19) est, sans nul doute, l’un des exemples les plus significatifs. Un centre pour l’Aire urbaine Enfin, à la croisée des chemins, au point de convergence de la RN 1019, de l’autoroute A 36 et de la LGV (ligne à grande vitesse), l’Aire urbaine s’est trouvé un coeur. L’Université de technologie de Belfort Montbéliard (UTBM), le futur centre hospitalier dit « Hôpital médian » et le parc d’innovation la « Jonxion » prennent une tout autre dimension au regard du trafic généré depuis un an par la gare Belfort-Montbéliard TGV. Ces éléments structurants du coeur de l’Aire urbaine ouvrent de nouvelles perspectives à ses 300 000 habitants. PF 2 QUESTIONS À… Christian Rayot, conseiller général délégué au développement économique « Vivre le Territoire : Mis en service il y a un an, le TGV a-t-il déjà apporté des changements au sein du tissu économique local ? Christian Rayot : La réalisation de la ligne à grande vitesse Rhin-Rhône a nécessité 25 ans de démarches administratives et cinq années de travaux. S’il est difficile de tirer un premier bilan, un an après sa mise en service, nous pouvons déjà nous féliciter des chiffres de fréquentation de la gare Belfort-Montbéliard TGV : 440 000 voyageurs ont été enregistrés de janvier à septembre 2012. C’est un bilan très positif qui va au-delà de nos espérances. Le TGV est une nouvelle offre de mobilité qui, associée à l’emplacement central de la gare, accessible rapidement depuis les principales agglomérations de l’Aire urbaine – c’est-àdire Belfort, Montbéliard, Héricourt et Delle –, constitue un atout considérable pour l’attractivité de notre territoire. L’implantation récente de l’entreprise Swatch à Boncourt en Suisse, tout près de la frontière, les investissements importants de General Electric, le recrutement de cadres de haut niveau par Alstom, sont autant d’exemples d’un regain de dynamisme économique, doublé d’une confiance affirmée en l’avenir dont le TGV est nécessairement un fer de lance. Le dossier La grande vitesse ouvre la voie Une chance pour notre territoire qu’il faut saisir en créant les conditions favorables au développement économique. » Vivre le Territoire : Dans les années à venir, la grande vitesse apportera-t-elle, selon vous, des évolutions importantes sur le plan économique ? C. R. : Le TGV offre une ouverture exceptionnelle vers l’Hexagone, la Suisse et l’Europe, avec des temps de transport considérablement réduits. C’est une chance pour notre territoire qu’il faut saisir en créant les conditions favorables au développement économique. Dans cette optique, le Conseil général a aménagé le parc d’innovation de la Jonxion à proximité de la gare, en lien avec la Communauté de l’agglomération belfortaine. Cette nouvelle zone propose aux investisseurs et aux entreprises 150 hectares de terrain viabilisé avec une desserte optimale. Elle pourra accueillir, à long terme, 200 000 m² de locaux et 8 000 salariés. L’ensemble immobilier actuellement en construction intégrera des services tels qu’un hôtel, un restaurant, un centre d’affaires entièrement équipé avec accès Internet très haut débit et wi-fi. Les efforts engagés par notre collectivité pour la mise en œuvre de ce projet s’inscrivent en cohérence avec notre programme de revitalisation du Sud Territoire, réalisé en partenariat avec la Communauté de communes du Sud Territoire, que je préside, et qui verra le site des Forges à Grandvillars, celui des Usines à Delle et celui des Fontenelles à Beaucourt entièrement réhabilités. Au-delà des aspects économiques, l’attractivité de notre département engendrée par le TGV pourra se mesurer dans de nombreux domaines : culturel, sportif, touristique et même médical avec la construction de l’Hôpital médian à Trévenans dont la proximité de la gare TGV attirera de grands spécialistes. Enfin, le TGV, c’est également la reconnaissance mondiale du travail d’Alstom en matière de grande vitesse, une image prestigieuse pour le Territoire de Belfort. LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT VIVRE LE TERRITOIRE N°134 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :