[90] Vivre le Territoire n°134 déc 12/jan 2013
[90] Vivre le Territoire n°134 déc 12/jan 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°134 de déc 12/jan 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : le 11 décembre 2011, le premier TGV entrait en gare de Belfort-Montbéliard. Depuis ce jour, le Territoire de Belfort et plus largement l’Aire urbaine sont desservis par la grande vitesse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
À SAVOIR Les illustrations réalisées pour le sentier de découverte de la Véronne ont été spécialement créées par le dessinateur naturaliste Jean Chevalier. Le design du mobilier a été imaginé par le cabinet Wasam. (Fabrication : Visio technic.) INFOS PRATIQUES Sentier pédagogique : Autour de l’étang de la Véronne avec prolongement jusqu’à l’observatoire aux oiseaux du Malsaucy. Parcours familial de 4 km (1h30 de promenade). Sentier des oiseaux : Depuis la Maison départementale de l’environnement jusqu’à l’observatoire aux oiseaux du Malsaucy. Parcours familial d’environ 1,2 km. Les deux parcours sont accessibles au personnes à mobilité réduite. Une borne pédagogique du sentier de la Véronne, comme un livre ouvert sur la faune et la flore du site naturel. ENVIRONNEMENT Ouvrez l’œil sur la Véronne ! Depuis la mi-novembre, les promeneurs du tour de la Véronne, aménagé par le Conseil général à Sermamagny, en apprennent de belles sur la nature ! Des histoires d’oiseaux, de plantes ou de paysages que raconte un sentier de découverte sur un mode ludique et pédagogique. En promenade autour de la Véronne, au détour d’un arbre, sur le bord du sentier, se dresse un petit présentoir sur lequel on peut voir le dessin naturaliste d’un oiseau. De quelle espèce s’agit-il ? De quoi se nourrit-il ? Où vit-il ? Toutes les réponses sont données dans le texte d’accompagnement. Mais l’histoire ne s’arrête pas là… Maintenant, le promeneur curieux doit lever la tête, aiguiser son regard et trouver l’oiseau identique au dessin. « Le sentier des oiseaux est une sorte de jeu accessible à toute la famille, explique Fabien Dubocage, responsable du service Aménagement, paysages et développement au Conseil général. À chaque présentoir correspondent une espèce qu’il est coutume d’observer à cet endroit et une silhouette en métal que nous avons placée à portée de vue pour aiguiser le sens de l’observation du public. » Une quinzaine de stations se succèdent ainsi jusqu’à l’observatoire aux oiseaux installé sur les rives de l’étang du Malsaucy. Là, les apprentis naturalistes, bien cachés derrière les cloisons de bois, peuvent à nouveau s’aider d’illustrations pour reconnaître les différentes espèces qui fréquentent le site. Tables animées Parallèlement à cette approche ornithologique, des tables d’information et des panneaux renseignent les promeneurs sur les différents paysages que l’on peut observer depuis le sentier, les plantes et leur milieu, les arbres ou la faune du Malsaucy. « Le côté ludique a été privilégié, précise Fabien Dubocage. Le public est amené à manipuler des 10 VIVRE LE TERRITOIRE N°134 LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT tablettes ou à placer la bonne espèce au bon endroit. » Des jeux simples qui, encore une fois, font appel au sens de l’observation. « La réponse est dans l’environnement immédiat, devant nos yeux ! » Plébiscité par les habitants du Territoire lors de la concertation publique sur l’aménagement du Malsaucy, le sentier de découverte répond à une forte demande d’informations quant à l’environnement naturel du site, son histoire et son utilisation au fil des saisons. Il constitue également un support pédagogique pour les classes scolaires accueillies par la Maison départementale de l’environnement, toute proche. Ergonomie et accessibilité Une importante réflexion a été menée en amont du projet pour rendre les différentes stations d’observation accessibles aux personnes à mobilité réduite et aux déficients visuels. La direction de l’environnement du Conseil général a donc travaillé avec un ergothérapeute de la Maison départementale des personnes handicapées pour prendre en compte les critères d’accessibilité. « Les panneaux sont inclinés, les couleurs contrastées, les lettres plus grosses que la normale, poursuit le responsable. Même les tables de manipulations permettent aux fauteuils roulants de se glisser jusque sous le plan, pour mieux accéder aux activités. » Le prochain objectif du Conseil général sera donc d’obtenir pour ce nouvel équipement de loisirs et de découvertes le label national « Tourisme & Handicap ». CR
LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT Le Conseil général en actions VIABILITÉ HIVERNALE La Direction des routes prête pour l’hiver Depuis le 12 novembre, les 68 agents des quatre centres d’exploitation routiers (CER) du Conseil général sont en astreinte hivernale. « Cela signifie qu’ils sont mobilisables 24h/24, 7j/7, pour intervenir sur 534 kilomètres de routes départementales en cas de neige ou de verglas », explique André Reverchon, qui pilote le dispositif au sein de la direction des routes. Les communes doivent assurer le déneigement à l’intérieur de leur agglomération mais, bien qu’ils ne soient pas tenus de le faire, les centres d’exploitation routiers continuent de déneiger les routes départementales qui les traversent (excepté pour Belfort, Delle et Beaucourt). L’État gère quant à lui les 21 km de la RN 1019, et la société APRR (Autoroutes Paris Rhin-Rhône) s’occupe de l’autoroute A 36, soit 24 km dans le département. Quinze circuits d’intervention qui font en moyenne 90 km sont répartis entre les centres d’exploitation routiers. « Chaque circuit est divisé en deux sous-circuits : le principal ou « 1er tour » (qui supporte le plus gros du trafic ou dessert des infrastructures importantes) et le secondaire ou « 2 e tour ». Ils sont établis en étoile afin de rayonner autour PERSONNES ÂGÉES Des démarchages abusifs Des entreprises peu scrupuleuses démarchent à domicile des personnes vulnérables pour leur faire engager des travaux d’adaptation du logement en se recommandant du Conseil général et en promettant à ce titre le versement d’aides financières. Le Conseil général rappelle qu’il n’effectue jamais de démarchage à domicile, qu’il n’envoie ni ne recommande aucune entreprise. « Dans le cadre du maintien à domicile, le Conseil général peut, dans certains cas, apporter une aide financière pour réaliser des travaux des centres d’exploitation routiers et de permettre de revenir au CER pour recharger le camion en sel par exemple. » Le traitement d’un sous-circuit dans sa totalité requiert 2h à 2h30, « si l’épisode climatique est terminé », précise M. Reverchon. La route du Ballon d’Alsace nécessite un traitement spécifique. En effet, l’utilisation du sel étant interdite pour protéger les captages d’eau potable, la chaussée est gravillonnée et aucune intervention n’est prévue de nuit : « Sur ce secteur, nous intervenons entre 5h et 17h. » Au Ballon, des équipements spéciaux sont obligatoires d’aménagement en fonction du degré d’autonomie de la personne », explique Brigitte Schmitt, directrice adjointe des Personnes âgées et des Personnes handicapées. « Pour en bénéficier, il convient, avant toute signature de devis ou tout démarrage de travaux, de prendre contact pour constituer un dossier auprès de la Maison de l’autonomie. De plus, aucun agent du Conseil général ne se présente au domicile d’une personne sans avoir d’abord pris rendez-vous », précise-t-elle. Aucune prise en charge ne sera possible s’il n’y a pas eu de sur cet axe lorsqu’il est enneigé ou verglacé (pneus hiver ou chaînes). La période d’astreinte prend fin le 18 mars 2013. Elle se poursuit de manière allégée jusqu’au 8 avril pour le Pays sous-vosgien et le massif du Ballon d’Alsace. NG Conseils de prudence pour la conduite hivernale Avant de prendre la route, vérifiez l’état de votre véhicule et particulièrement de ses pneumatiques (l’utilisation de pneus hiver améliore la sécurité). Assurezvous de bien voir en désembuant vos vitres, et d’être bien vu en vérifiant vos phares. Informez-vous sur les conditions météorologiques, modifiez vos horaires de départ en conséquence (prévoir un temps de trajet plus long). Modérez votre vitesse, augmentez les distances de sécurité et laissez la place aux engins de déneigement. Pour les piétons et les cyclistes : portez des vêtements clairs et utilisez des dispositifs lumineux ou réfléchissants pour être bien visibles. demande préalable. Enfin, les aménagements réalisés doivent correspondre à un cahier des charges très précis établi par un agent du Conseil général qui en vérifie la conformité à la fin des travaux. « En cas de doute, les personnes ne doivent pas hésiter à contacter la Maison de l’autonomie », conclut Brigitte Schmitt. NG Contact Maison de l’autonomie Centre des 4 As à Belfort Tél. : 03 70 04 89 00 VIVRE LE TERRITOIRE N°134 11 À SAVOIR L’état des routes sur www.cg90.fr Dès la fin décembre 2012, une cartographie dynamique sera disponible sur le site internet du Conseil général en période de viabilité hivernale. Chacun pourra ainsi consulter depuis chez lui l’état des routes dans le département : traitement en cours, traitement terminé, route fermée. CONTACT Conseil général du Territoire de Belfort Direction des routes Parc technologique Avenue Jean Moulin 90000 Belfort André Reverchon Tél. : 03 84 90 87 23 À SAVOIR Le dispositif de téléalarme fait également l’objet de démarchages abusifs d’entreprises prétendument recommandées par le Conseil général. Le Conseil général propose lui-même ce service et ne recommande aucun dispositif de téléassistance particulier. Pour tout renseignement, vous pouvez, là aussi, contacter la Maison de l’autonomie.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :