[90] Vivre le Territoire n°130 jui/aoû 2012
[90] Vivre le Territoire n°130 jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°130 de jui/aoû 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : un dossier sur le festival des « Eurockéenes » 2012.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Eurockéennes 2012 Sur la plage, tel le bouquet final du festival, le spectacle de la Cie Transe Express a plongé les festivaliers dans un moment de poésie aérienne. Économie Des retombées locales importantes Une étude réalisée en 2010 évalue les retombées économiques générées par le festival à plus de 6,2 millions d’euros par édition. Elles englobent les dépenses directes liées au montage et à l’organisation de l’événement, comme l’achat de services et de matériels, ainsi que les dépenses effectuées localement par les festivaliers. En termes d’emploi, environ 1000 personnes travaillent sur le site dont 380 recrutées par Territoire de Musique. Des emplois saisonniers dont la durée est variable (entre trois jours et un mois) mais également le recours aux intermittents du spectacle par le festival et les sociétés de productions qui participent à la manifestation. Cette année, Territoire de Musique a notamment fait appel à Pôle emploi pour le recrutement de 200 jeunes en chômage longue durée. Une politique d’embauche voulue dès l’origine par le Conseil général du Territoire de Belfort et qui fait des Eurockéennes un exemple en ce domaine. Le Comte de Bouderbala est le premier One Man show à s’être produit aux Eurockéennes, le dimanche soir sur l’Esplanade Green Room... Spectacles et Théâtre de rue Un festival dans le festival Comme en 2011, les Eurockéennes ont apporté cette année, une valeur ajoutée encore peu répandue dans le paysage des festivals d’été : les troupes de théâtre de rue. Six compagnies ont ainsi investi le site du Malsaucy, interpellant les festivaliers, créant la surprise, le rire et même la participation active. Les robots danseurs de Air Compagnie, les gymnastes musclés des Urbaindigènes, ou encore les comédiens du Théâtre Group’jouant les journalistes de guerre en milieu ultrapacifique ont ainsi joyeusement perturbé les allées et le camping du festival. Véritable ovni dans la programmation musicale, la petite scène du camp de base du théâtre de rue accueillait vendredi soir un concert d’instruments de musique conçus à partir de matériaux de récupération, comme autant de sculptures, et joués par une troupe de percussionnistes du Burkina Faso, Sahab Koanda & Le Kokondo Zaz. Mais la grande nouveauté de l’édition 2012 reste la programmation d’un One Man Show, avec le spectacle du Comte de Bouderbala, humoriste acerbe et « Roi des gueux », dont les sketches écorchent sans complexe les travers politiquement corrects de la société occidentale. N°130• juillet - août 2012 le dossier de vivre le territoire Environ 450 personnes ont travaillé cette année aux Eurockéennes pour assurer la sécurité des festivaliers. The Mars Volta, sur la Plage, le vendredi 29 juin.
Le territoire en actions SPA Le combat continue La SPA du Territoire de Belfort est plus que jamais mobilisée pendant l’été, période marquée par la recrudescence des abandons d’animaux. « Mon maître m’a lâchement abandonné devant la gare. Je ne comprends pas car je suis gentil et fidèle. Sans doute a-t-il voulu refaire sa vie sans moi. Vous aurez compris que je recherche une famille stable, qui m’apportera beaucoup de bonheurs toute ma vie… ». Ces quelques lignes sont à lire sur le box d’Endy, un croisé labrador de deux ans et demi. Comme lui, ils sont actuellement une centaine de chiens et de chats à séjourner à la SPA du Territoire de Belfort. Certains sont arrivés là depuis dix ans. À mesure que les vacances estivales approchent, les box ne désemplissent pas, au contraire. « Les mois de juillet – août sont de grosses périodes d’abandon. Cela débute généralement dès avril et se poursuit jusqu’en septembre », témoigne Marilyn Roschitz, codirigeante du refuge de « la SPA de Belfort situé Faubourg de Brisach. En 2011, le domaine a recueilli seize chiens et 27 chats pendant les deux mois correspondant aux congés d’été. D’où la nécessité de rappeler une fois de plus quelques leçons essentielles : « Les animaux ne sont ni des jouets ni des peluches. Malheureusement, il peut arriver qu’un maître soit obligé de se séparer de son compagnon suite à un décès, une allergie. Mais les animaux domestiques font encore trop souvent les frais des départs en vacances, de la séparation d’un ménage ou de la lassitude de leur propriétaire », expose la directrice du refuge. La « main à la patte » La priorité est donnée aux bêtes abandonnées ou maltraitées, pour lesquelles une trentaine de bénévoles donnent régulièrement de leur temps. Promener, brosser, caresser, un rôle dans lequel s’investissent des retraités, des étudiants ou des mères de famille. « C’est important de venir prêter main forte aux employés du refuge qui ont beaucoup de travail et de responsabilités. Je ne pourrais pas rester sans rien faire quand on sait qu’il y a Les animaux ne sont ni des jouets ni des peluches. » Arnaud, bénévole étudiant le magazine du conseil général du territoire de belfort tant besoin de volontaires ! », remarque Andrée, bénévole de l’association depuis 27 ans. Certains s’occupent aussi des collectes organisées dans les supermarchés de Valdoie et de Giromagny au profit de l’association et des propriétaires les plus démunis. En cette période délicate, ils ne seront jamais trop pour offrir un peu d’amour et de réconfort à nos compagnons à quatre pattes, en attendant que des âmes charitables et responsables les adoptent définitivement. PMB « Je suis venu dès le mois de juin après avoir fini mon année d’étude à Besançon. Une amie m’a informé que la SPA recherchait des bénévoles. Depuis je viens dès que j’ai du temps libre pour promener les chiens. Je suis impliqué dans plusieurs associations, mais avec les chiens, je dois dire que c’est une autre complicité qui se crée. Certains ont vécu des situations dramatiques avant d’atterrir ici et pourtant, ils sont tous très attachants. On a d’ailleurs du mal à comprendre comment ils peuvent être délaissés… » vivre le territoire N°130 21 contact SPA, porte du Vallon à Belfort. Tél. : 03 84 21 07 36. Courriel : refuge@spabelfort.com à SAVOIR Le refuge de la SPA est ouvert tous les jours, y compris les jours fériés de 14 h à 17h. en chiffres La SPA de Belfort est présidée par Liliane Zambelli et comprend 1 700 adhérents, particuliers et sociétés, dont quatre salariés et trente bénévoles.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :