[90] Vivre le Territoire n°130 jui/aoû 2012
[90] Vivre le Territoire n°130 jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°130 de jui/aoû 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : un dossier sur le festival des « Eurockéenes » 2012.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
dossier Eurockéennes 2012 Rock’n Records Du son, du show, de la fête et des émotions. Plus de 100 000 entrées, 17 500 campeurs, des températures caniculaires, un orage et des bains de boue. Les Eurockéennes ont fait la démonstration cette année de ce que peut être un festival, un vrai. Une aventure musicale, festive, humaine et… physique. « Comme les Gaulois, nous avons craint à un moment que le ciel nous tombe sur la tête ». C’est en ces termes qu’Yves Ackermann, président du Conseil général a évoqué, lors de la conférence de presse de clôture, l’épisode climatique qui est « survenu le samedi en milieu de soirée, « mais tout a été très bien organisé et on a pu constater à quel point la sécurité est une réalité assumée aux Eurocks » a-t-il ajouté. Annoncé dès 14h, l’épisode orageux a été géré en amont par la cellule de crise composée des services de l’État et de la direction du festival. Hormis les trombes d’eau et les champs de boue qui ont succédé, aucun incident ni problème n’a été déclaré. Bertrand Cantat, invité d’Amadou et Mariam pour le concert du vendredi soir sur l’Esplanade Green Room. Les Eurocks : une exception, dont nous sommes très fiers ! » Yves Ackermannprésident du Conseil général, créateur des Eurockéennes. « Nous avons tout mis en œuvre pour sécuriser les festivaliers qui, précisons-le, ont eu un comportement exemplaire et ont fait preuve d’une grande solidarité » a souligné Jean-Paul Roland, directeur du festival. Au-delà de cet « événement dans l’événement », cette 24 e édition a flirté avec les records. Affûtée, la programmation a donné le rythme. De Dionysos à Lana Del Rey en passant par The Cure, Kavinsky, Jack White ou Bertrand Cantat (voir pages suivantes), les groupes les plus médiatiques ont structuré un programme musical qui a généré (un record !) plus de 100 000 entrées. Musique, fête mais aussi accueil. « Les Eurocks ont su trouver leur public grâce à leur 16 vivre le territoire N°130 le magazine du conseil général du territoire de belfort programmation mais aussi à leur réputation en matière d’accueil des festivaliers, a précisé Jean-Marc Pautras, président de l’association Territoire de musiques (organisatrice du festival), et cette 24 e édition marque un niveau de très grande qualité ». Les 17 500 campeurs (autre record !) installés sur l’aérodrome de Chaux ont fait vivre durant trois nuits un village de toile éphémère, seconde ville du département, qui a élu, cette année, son maire (voir page 18). L’amélioration de l’accessibilité du site aux personnes handicapées, la visite de deux ministres (Fleur Pellerin et Pierre Moscovici), les opérations de prévention santé et les multiples animations (voir page 20) auront fait de cette édition un moment fort et unique, une parenthèse musicale et ludique, « une exception dont nous sommes très fiers ! » a conclu Yves Ackermann.
Electric Guest sur la scène de la Plage samedi 30 juin à la nuit tombante. Accueil Info handicap Lieu de rendez-vous pour les personnes handicapées L’espace est connu, identifié, apprécié et très fréquenté. Mathieu vient aux Eurockéennes depuis huit ans, pour « découvrir tous les styles de musique ». Il est parisien et trouve l’initiative « très, très bonne. J’imagine qu’il y a un gros travail pour préparer tout ça. Aujourd’hui j’ai abîmé une roue de mon fauteuil. Ils m’en ont prêté un autre pour que je ne rate pas les concerts ». Yves, de Besançon reconnait quant à lui qu’« un gros effort a été fait, surtout depuis l’an passé pour nous faciliter les déplacements sur le site. Le seul point noir, ce sont les parkings handicapés. On est garé un peu trop loin ». Les bénévoles et le personnel de la Maison départementale des personnes handicapées sont armés pour répondre aux besoins quel que soit le handicap : déficience visuelle ou auditive, motricité… et peut même conserver des médicaments au frais si nécessaire. Mathieu, de Paris Orelsan, dimanche 1er juillet, sur l’Esplanade Green Room. Yves, de Besançon Pour l’Amour du Rock Les festivaliers se protègent Dès qu’ils ont passé les chicanes de l’entrée, les festivaliers se précipitent vers les tentes pour récupérer préservatifs et bouchons d’oreilles. « Vendredi nous en avons distribué 16 000 paires », explique-t-on à la tente de la Mutualité française qui essaie de délivrer un message en même temps que le petit sachet. À 18h, samedi, on en était déjà à plus de 5 000. Le succès démontre que le public connait les risques auditifs et se protège. Même son de cloche du côté du Centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG), service du Conseil général, qui distribue des préservatifs à un rythme soutenu. « On fait de la prévention festive », explique Sophie Damour, conseillère conjugale et familiale. « En distribuant un préservatif et un bracelet « Pour l’amour du rock », on présente notre service ». Tout cela en cinq secondes chrono ! Après le festival, par contre, si une question se pose, « les jeunes savent où nous trouver. Mais globalement, cette génération est informée en matière d’IST et de Sida ». le magazine du conseil général du territoire de belfort vivre le territoire N°130 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :