[90] Vivre le Territoire n°129 juin 2012
[90] Vivre le Territoire n°129 juin 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°129 de juin 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Conseil Général relève le défi du bien vieillir en Territoire de Belfort.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Lutte contre l’isolement Vivre, partager, échanger… Pour lutter contre l’exclusion et l’isolement des personnes retraitées et âgées, le Conseil général encourage le développement des actions où peuvent se rencontrer différentes générations, avec pour mot d’ordre une participation plus active à la vie sociale. Manuela Zinck, directrice de l’OPABT « Organiser des activités au cœur des villages » « Avant 65 ans, les personnes en retraite sont souvent très dynamiques, ou mobilisées par leur famille. Certaines ont des agendas de ministre ! Elles utilisent les clubs de loisirs de façon ponctuelle, pour un voyage ou une sortie. Plus tard, elles recherchent des activités qui les aident à mieux gérer le quotidien, à rester en lien avec leurs enfants ou leurs petitsenfants. C’est le cas des ateliers d’informatique où les participants apprennent à utiliser une webcam. Après 75 ans, surviennent souvent le veuvage et la solitude. Les activités de loisirs recouvrent alors un rôle social. On y vient pour se changer les idées et discuter. Pour répondre à ces trois générations de retraités, l’OPABT (Office pour les aînés de Belfort et du Territoire) fédère 54 clubs sur l’ensemble du département et propose des activités variées et complémentaires. Grâce au soutien du Conseil général, nous projetons d’organiser des ateliers de proximité afin de pallier une problématique récurrente, celle du transport des personnes très âgées qui ne peuvent plus utiliser le bus ou la voiture. » Lire, voir une pièce de théâtre, participer à des activités, s’exprimer et donner son avis… Comme tout citoyen, les personnes âgées doivent pouvoir accéder à la culture et aux loisirs, mais aussi faire entendre leur voix sur des questions de société comme le logement ou la santé. Le nouveau schéma départemental réaffirme ces droits fondamentaux en annonçant de nouveaux objectifs. Les clubs de retraités constituent dans ce domaine des partenaires privilégiés. Dans le département, près de 5 000 personnes de plus de 60 ans pratiquent des activités grâce à ces associations, véritables promoteurs de lien social. Il s’agit aussi de répondre à de nouveaux besoins, sans cantonner les personnes âgées dans des pratiques réservées à leur âge. Le Conseil général a ainsi aidé à l’ouverture d’un « cyber-aînés » Jacqueline Michel, vice-présidente du Coderpa 18 vivre le territoire N°129 le magazine du conseil général du territoire de belfort à Belfort pour surfer sur Internet avec l’aide d’une animatrice de l’Office pour les aînés de Belfort et du Territoire (OPABT). Le service départemental de portage de livre à domicile a également été élargi aux Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). En favorisant l’accès aux animations et aux événements publics, la collectivité affiche son choix d’une société où se mélangent les générations pour s’enrichir mutuellement. C’est dans cet objectif que se développent avec Territoire Habitat des lieux de convivialité dans des immeubles où vivent des personnes âgées, et que la Maison rurale de Grandvillars (MARPA) a été créée. Les animations qui y sont organisées permettent de lutter contre l’isolement en stimulant le lien social. « Nous sommes la voix des retraités » « Dans notre département, plus de 20% de la population a plus de 60 ans. Pour que les personnes âgées puissent faire entendre leur voix, les bénévoles du Comité départemental des retraités et personnes âgées du Territoire de Belfort (Coderpa), issus de 16 associations et syndicats de retraités du département, rencontrent régulièrement les responsables et les professionnels de tous les secteurs. Le comité réunit également un collège de professionnels, comme des médecins, des élus ou des représentants de mutuelles. Il est présidé par le Conseil général qui en fixe les objectifs à travers une convention. Nous avons notamment rencontré les organismes publics pour le logement, comme Territoire Habitat, Néolia et Pact Arim, pour qu’ils prennent en compte le vieillissement des locataires dans les travaux de rénovation. Nous travaillons actuellement à la création d’un livret pour dédramatiser l’entrée en maison de retraite et répondre aux questions que se posent les futurs résidents, comme par exemple « puis-je emmener mon chat ? » … Le Coderpa est également connu pour l’organisation d’événements, comme la Journée de rencontres gérontologiques ou le tournoi sportif entre maisons de retraite. »
À domicile ou en établissement Pouvoir choisir son lieu de vie Lorsque survient la dépendance, permettre à chacun quelles que soient sa maladie et sa situation d’avoir le choix : rester à domicile ou vivre en établissement. Le Conseil général met en œuvre les actions et les services nécessaires pour que chacun puisse mener son projet de vie. Dans le Territoire de Belfort, le Conseil général attribue l’APA aux aînés dès les premiers signes de dépendance. Une décision prise par la collectivité afin d’accompagner les personnes âgées dans leur chemin de vie. Soutien au secteur de l’aide à domicile (à but non lucratif), conseils et propositions « Anticiper l’entrée en établissement » Valérie Coffineau, ergothérapeute du Conseil général Des aménagements pour mieux vivre à la maison « J’interviens dans le cadre du maintien à domicile des personnes âgées dont les difficultés liées au vieillissement ou à des pathologies entraînent une perte d’autonomie. Un rendez-vous à domicile permet de déceler les incidences des problèmes de santé sur le quotidien de l’usager. Après avoir préconisé des solutions, je fais le lien, s’il s’agit de travaux d’aménagement, avec un technicien qui s’assure de la faisabilité et du suivi des installations. Ma collègue ergothérapeute Charlène Lehmannet moi gérons actuellement une centaine de dossiers dans le Territoire de Belfort, aussi bien pour l’adaptation du logement que pour les aides techniques (planche ou siège pivotant de baignoire, barres d’appui, etc.). Nous sommes sollicitées par les usagers, mais plus fréquemment par les conseillères en gérontologie ou le Pact Arim qui est mandaté par le Conseil général pour la partie technique et financière du dispositif. » d’aménagement du logement, soutien technique et psychologique, sont mis à disposition Émilie Canalis, directrice de la Confédération de gérontologie « Le plus souvent l’entrée en établissement se fait dans l’urgence, après un événement soudain. Elle est de fait rarement préparée. Cette étape est donc souvent mal vécue car elle se produit dans un contexte de crise. Et puis les personnes âgées culpabilisent vis-à-vis de leur famille car la problématique financière pèse. Elles ne veulent pas être une charge pour leurs proches. Nous nous efforçons pour notre part de faire en sorte que cette hypothèse soit abordée en amont afin que la personne âgée et sa famille puissent prendre une décision sereinement. Notre idée est de faciliter la coordination entre le domicile et l’établissement pour mettre en place un parcours de vie cohérent et continu. Chaque établissement s’efforce ainsi de prendre au mieux en compte la période en amont de l’entrée et a ensuite la préoccupation d’accompagner, pendant les semaines ou les mois qui suivent, chaque nouvel entrant en lui adjoignant un référent pour faciliter les débuts de la vie en collectivité. Une équipe pluridisciplinaire est également présente dans chaque établissement. Ce travail d’équipe permet de mettre en place un projet adapté et personnalisé en fonction des goûts de chacun. » Le dossier Le défi du bien vieillir pour permettre à ceux qui le désirent de rester chez eux malgré la perte d’autonomie (voir témoignage de Valérie Coffineau). Des offres adaptées et personnalisées Pour ceux qui souhaitent intégrer un établissement ou pour ceux à qui cela s’impose, le Conseil général a choisi de contribuer à l’amélioration de l’offre existante. À ce jour, le Territoire de Belfort affiche ainsi un taux d’équipement supérieur à la moyenne nationale. L’offre d’hébergement proposée aux aînés tient compte de la diversité des situations et des difficultés de chacun (voir témoignage d’Émilie Canalis). Afin de mieux prendre en charge, par exemple, les personnes touchées par la maladie d’Alzheimer, un projet de restructuration des EHPAD de Bavilliers amènera notamment la création d’un pôle spécialisé dans ce type de pathologies. le magazine du conseil général du territoire de belfort vivre le territoire N°129 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :