[90] Vivre le Territoire n°129 juin 2012
[90] Vivre le Territoire n°129 juin 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°129 de juin 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Conseil Général relève le défi du bien vieillir en Territoire de Belfort.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
dossier Retraités et personnes âgées Le défi du bien vieillir Relever les défis qu’entraînent l’allongement de l’espérance de vie et le vieillissement de la population. Le Conseil général a adopté son schéma départemental 2012-2016 en faveur des personnes retraitées et âgées du Territoire de Belfort : un ensemble d’actions et de projets pour répondre aux attentes et aux besoins de nos aînés. Prolongement logique du "baby-boom" de l’après-guerre mais aussi de l’allongement de l’espérance de vie, la France et les pays développés vivent depuis quelques années au rythme de ce qu’il est convenu d’appeler le "papyboom". Qu’en est-il exactement ? « Très simplement, explique Françoise Dro, directrice des personnes âgées au Conseil général, l’ensemble d’une génération, importante en nombre, arrive à l’âge de la retraite et elle peut, de plus, espérer vivre plus longtemps que ceux qui l’ont précédé. » Ainsi, d’ici à 2060, les plus de 60 ans représenteront 33% de la population française. Ils étaient seulement 17% en 1960. Dans le département, l’évolution suit le rythme national. « La population du Territoire de Belfort compte actuellement près de 30 500 personnes âgées de plus de 60 ans soit 21,4% de la population. » En évoquant les personnes « âgées », on parle de vieillissement de la population mais peut-on toujours dire que l’on est vieux à 60 ans ? ! « Cette notion est une perception très variable. Actuellement, on parle de vieillesse autour de 80 ans, lorsque peut commencer à survenir une perte d’autonomie. Près de 10% des plus de 60 ans dans le Territoire sont concernés. Cela fait peu mais par contre, pour ces personnes et leurs familles, les aides que nous leur apportons sont précieuses voire essentielles. » Les enjeux liés au papy-boom Anticiper les évolutions à venir, accompagner au mieux les aînés du Territoire et leurs familles. Pour permettre aux retraités et aux seniors de vivre sereinement dans un environnement adapté à leur état de santé et à leurs souhaits, le Conseil général du Territoire de Belfort met en œuvre une politique qui s’appuie sur l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA), les professionnels de la collectivité et ses partenaires. « Conseillères en gérontologie, ergothérapeutes, médecins, agents administratifs… Il y a plus de 35 agents du Conseil général qui travaillent au contact de nos aînés et de leurs familles. Notre service d’Aide sociale générale, par exemple, assure le suivi et le paiement des aides en tenant compte des besoins et de la réalité des personnes âgées. C’est essentiel. » Principal « outil » de mise en œuvre de cette politique, l’APA s’adresse aux personnes âgées de plus de 60 ans qui souffrent d’une dépendance lourde ou moyenne. « Elle permet 16 vivre le territoire N°129 le magazine du conseil général du territoire de belfort de contribuer au financement des aides nécessaires à la prise en charge de la perte d’autonomie : aide humaine, technique, adaptation du logement, etc. Globalement, l’APA (à domicile ou en établissement) représente chaque année un budget de près « D’ici à 2060, les plus de 60 ans représenteront près de 33% de la population française. » de 14 millions d’euros pour le Conseil général du Territoire de Belfort. » Sur l’année 2011, plus de 3 500 personnes bénéficiaient de cette allocation dans le Territoire. Depuis la mise en œuvre du dispositif, le nombre de bénéficiaires progresse régulièrement. « L’âge moyen de
perception de l’APA à domicile dans le Territoire de Belfort est proche de 83 ans, et plus des trois quarts des bénéficiaires sont des femmes. » Analyse des besoins et planification des réponses Pour optimiser son action et améliorer les dispositifs mis en place en faveur des aînés, le Conseil général a élaboré tout au long de l’année 2011 le nouveau schéma départemental 2012-2016. « C’est le fruit d’un travail de concertation réalisé en lien étroit avec l’ensemble des partenaires de notre collectivité tels que la Confédération de gérontologie, le Comité départemental des retraités et personnes âgées (CODERPA), l’Office pour les aînés de Belfort et du Territoire (OPABT), les Centres communaux d’action sociale (CCAS), les services d’aide à domicile, les Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), etc. » Ce travail de concertation a permis d’établir un bilan des actions menées et d’élaborer des perspectives d’amélioration et d’évolution. Trois axes principaux vont ainsi être développés d’ici à 2016. Rompre la solitude En concertation avec ses partenaires, le Conseil général va soutenir les initiatives visant à encourager le lien social et à développer des loisirs et des pratiques culturelles correspondant aux attentes des aînés (voir page 18). Vivre chez soi ou en établissement Adaptation du logement, auxiliaires de vie, aides ménagères, téléalarme… Le Conseil général propose des aides et des services qui vont être optimisés afin que chacun puisse mieux vivre à domicile. Le Département a également créé de nouvelles places d’hébergement dans les établissements et contribuera à l’amélioration des conditions d’entrée et d’accueil afin de permettre aux aînés de trouver des réponses adaptées à leurs besoins et à leurs souhaits (voir page 19). L’aide aux familles et aux proches Enfin, pour que les familles qui partagent parfois douloureusement la maladie ou la dépendance de l’un des leurs puissent conserver un équilibre face à ces épreuves, le Conseil général développera des solutions de répit et poursuivra l’accompagnement qui est proposé dans les périodes délicates ou difficiles (voir page 20). PF CONTACT Maison de l’autonomie Service des Personnes âgées Tour R6 - 3 e étage - Centre des 4 As Rue de l'As de Carreau 90000 Belfort Tél. 03 70 04 89 00 questions à… Le dossier Le défi du bien vieillir Daniel Feurtey, conseiller général et vice-président délégué aux personnes âgées. Vivre le Territoire : L’allongement de l’espérance de vie bouscule l’organisation de notre société. Comment le Conseil général se positionne-t-il face à ces nouveaux défis ? Daniel Feurtey : Il me semble tout d’abord essentiel de souligner que le vieillissement n’est pas un problème en soi. Il ne le devient que lorsque l’on entre dans la forte dépendance. C’est en partant notamment de cette idée que notre collectivité a fait le choix de privilégier la prévention. En soutenant la vie sociale de nos aînés, en adaptant nos programmes d’aides au vécu de chacun et en attribuant l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) dès les premiers signes de dépendance, nous réunissons me semble-t-il les conditions qui permettent à chacun de vivre au mieux l’entrée dans le grand âge. Ensuite, lorsque la dépendance survient, la Maison de l’autonomie intervient en s’appuyant sur le Centre communal d’action sociale (CCAS) et les associations d’aide à domicile afin d’accompagner les personnes, en adaptant le logement lorsque c’est nécessaire ou en facilitant l’entrée au sein d’un établissement. Enfin, il faut souligner que dans notre département, 10% des personnes âgées de plus de 75 ans ont un revenu fiscal inférieur au minimum vieillesse ! On ne peut pas ne pas en tenir compte. Dès lors, nous faisons le nécessaire afin que nos aides et nos dispositifs soient accessibles à tous, c’est important. Vivre le Territoire : Quelles sont les grandes priorités défendues par le schéma départemental 2012-2016 ? Daniel Feurtey : La première consiste à imaginer les solutions les plus adaptées à tous les types de pathologie. Pour atteindre cet objectif, nous avons élaboré notre schéma départemental sur une approche des problématiques à l’échelle de l’Aire urbaine. Nous allons ainsi soutenir les projets de plates-formes, de pôles et les initiatives qui nous permettront de mutualiser les moyens afin d’offrir des services performants à nos aînés. Dans cette perspective, la Maison de l’autonomie va poursuivre son travail avec nos partenaires tels que la Confédération de gérontologie, le Coderpa (voir pages suivantes, NDLR) et les services du Conseil général afin, entre autres, de fédérer les énergies et optimiser l’accompagnement offert aux personnes qui en ont besoin. Nos autres priorités vont vers l’aide à domicile à but non lucratif, les EHPAD (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) bien sûr, mais aussi les personnes handicapées adultes et les aidants ; ces membres de la famille, amis ou voisins qui se retrouvent parfois seuls ou désemparés face à la maladie de ceux qui leur sont proches. En résumé, je dirais que nous allons nous efforcer d’optimiser les offres et les services existants afin que chaque habitant du Territoire puisse vieillir dignement en accord avec ses souhaits et le parcours de vie qu’il s’est imaginé. le magazine du conseil général du territoire de belfort vivre le territoire N°129 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :