[90] Vivre le Territoire n°128 mai 2012
[90] Vivre le Territoire n°128 mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°128 de mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : l'emploi est une des priorités du Conseil Général.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
DOSSIER L’emploi pour objectif Depuis des années, la politique de développement économique du Conseil général accompagne les entreprises et crée les conditions favorables à leur croissance afin de conforter et développer l’emploi dans le Territoire de Belfort. Elle permet aujourd’hui aux acteurs économiques et aux habitants du département de mieux faire face aux effets de la crise. Accroissement des inégalités et de la précarité. La crise mondiale qui sévit désormais depuis plusieurs années est souvent évoquée sous le couvert d’indicateurs. Cours de la bourse, dette, PIB, indice des prix à la consommation… Des données et des chiffres qui permettent de mesurer l’évolution de la situation mais qui finalement ne rendent pas vraiment compte de la dégradation de l’activité économique et des conditions de vie des familles. Les familles comme les entreprises sont mises à l’épreuve Comme ailleurs, la crise est présente dans le Territoire de Belfort. Elle impacte le quotidien et interroge l’avenir. Chacun peut à son niveau en mesurer les effets. L’envolée des produits alimentaires, du prix de l’essence, les difficultés accrues pour les demandeurs d’emploi, l’incertitude qui pèse. Les familles sont mises à l’épreuve et le tissu économique local n’échappe pas à la morosité ambiante. « La bonne santé des deux géants que sont Alstom et General Electric ne doit pas cacher les difficultés vécues par les PME » souligne Jean Pierre Lehec, directeur de l’économie au Conseil général. Les carnets de commandes se sont allégés et les perspectives n’incitent pas à investir ou à recruter. Même si les entreprises font le nécessaire afin de maintenir les emplois, le marché du travail s’est crispé. L’action publique amortit la crise Cependant, la situation aurait certainement été plus dégradée, et plus difficile pour tous, si la politique de développement économique du Conseil général n’avait pas été menée comme elle l’a été ces dernières années. « L’action publique a soutenu le tissu économique, facilité son développement, sa diversification et soutenu ainsi l’emploi ». Portée par l’intérêt général, elle n’a pas été guidée par le profit, ni contrainte par l’immédiateté du bénéfice. Elle 16 VIVRE LE TERRITOIRE N°128 LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT « L’action publique a consolidé l’emploi et fortifié le tissu économique. » s’est inscrite dans le temps, réfléchi, de l’anticipation et du long terme. L’action publique a permis ainsi de consolider l’emploi et de fortifier un tissu économique qui est aujourd’hui en situation de faire front. L’immobilier d’entreprise Dans la continuité, le Conseil général poursuit ses politiques en 2012 avec notamment la mise en œuvre de projets structurants et la réorganisation de son dispositif d’aides. « Le Département via la Sempat (Société patrimoniale du Territoire de Belfort) va accentuer sa politique dans le domaine de l’immobilier d’entreprise ». Des opérations importantes telles que Techn’hom ou la Jonxion (voir page 18) vont être poursuivies et complétées par d’autres plus ponctuelles mais toutes aussi essentielles telles que celles destinées à soutenir la filière automobile et tout principalement,
trois groupes importants localisés dans le Territoire de Belfort (voir page 19). Des programmes qui apporteront, de fait, un soutien non négligeable au secteur du bâtiment et de la construction. Les aides aux entreprises En parallèle, le Département développe, en partenariat avec la Région, son dispositif d’aides aux entreprises. « De 2007 à 2011, les subventions accordées par le Conseil général ont permis à une soixantaine d’entreprises du Territoire de se renforcer et de générer au final, un potentiel de 275 nouveaux emplois ». Le dispositif porté par la Région et les quatre départements franc-comtois a été réorienté en 2012 afin de mieux coller aux évolutions économiques et à la réalité du marché (voir page 20). Epaulé par le Conseil général, soutenu par ses politiques de développement, le tissu économique du Territoire fait front face à la crise et se prépare dès à présent à accueillir la reprise dès qu’elle présentera ses premiers signes. PF QUESTIONS À… Le dossier L’emploi pour objectif Christian Rayot, conseiller général en charge du développement économique. Vivre le Territoire : Comment analysez-vous la situation économique locale ? Christian Rayot : Le Territoire de Belfort n’échappe bien évidemment pas à la crise et à ses conséquences, avec une situation souvent difficile dans de nombreuses entreprises dont le plan de charge n’est pas suffisant. Je ne peux que partager les inquiétudes des salariés face à cette situation. Ceci étant, nous ne manquons pas d’atouts, et depuis quelques années, notre situation s’est largement améliorée. Pendant des décennies, nous avons vu fuir les emplois de siège, de recherche-développement, en particulier dans les grands groupes. Cette tendance s’est heureusement inversée, le meilleur exemple étant l’implantation du Centre technologique de GEEPE, qui regroupe plusieurs centaines d’ingénieurs et de techniciens supérieurs. Nous ne sommes plus condamnés au déclin, et avons considérablement conforté nos positions. Vivre le Territoire : Quelles sont les priorités du Conseil général en ce domaine ? Christian Rayot : Nous avons la chance de disposer d’un tissu industriel puissant, et l’enjeu est bien évidemment de tout faire pour le conserver. Cela suppose de rester à un niveau d’excellence, donc de favoriser la recherchedéveloppement, d’où les investissements réalisés pour General Electric, pour Alstom ou encore pour Lisi, qui permettent de réunir sur un même site recherche, conception et production, sans parler des activités de siège. C’est la meilleure garantie de pérennité. Mais aujourd’hui, la plupart des créations d’emplois ont lieu dans le secteur tertiaire, dans les services. Il nous faut là aussi des réponses adaptées, et c’est tout l’enjeu de la Jonxion, qui est vouée à devenir la locomotive du développement de l’Aire urbaine. Vivre le Territoire : Quels sont les principaux résultats de la politique de développement économique du Conseil général ? Christian Rayot : Le résultat le plus important de cette politique, c’est sans conteste Techn’hom. Dans la plupart des villes de France, ce site serait aujourd’hui pour l’essentiel une friche industrielle. Les outils que nous avons mis en place ont permis d’y implanter et d’y maintenir plusieurs milliers d’emplois, qui en seraient certainement pas là si nous n’avions pas mené ces politiques et pu faire aux entreprises des propositions attractives. General Electric est le meilleur exemple des résultats de ce partenariat avec les entreprises. Qui aurait parié, il y a dix ans, que nous en serions là aujourd’hui ? Les mêmes politiques ont été mises en œuvre sur le sud du département, à Delle et à Grandvillars, et là aussi, les résultats sont probants. LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT VIVRE LE TERRITOIRE N°128 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :