[90] Vivre le Territoire n°127 avril 2012
[90] Vivre le Territoire n°127 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°127 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : le Conseil général, à travers son nouveau schéma départemental en faveur des personnes handicapées adultes, va encore plus loin en cherchant pour chaque personne concernée et sa famille des réponses personnalisées.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Vie quotidienne, emploi… L’accessibilité au cœur de l’action Vivre à domicile, bénéficier d’un hébergement adapté et accéder à l’emploi font partie des droits fondamentaux des personnes handicapées adultes. Ils constituent la colonne vertébrale de la politique départementale en la matière. À domicile Être aidé pour la vie de tous les jours À domicile ou en établissement, la Prestation de compensation du handicap (PCH) permet notamment de financer l’acquisition de matériel et l’aménagement du véhicule. Les conseillers de la MDPH assistent depuis peu à une volonté générale des personnes handicapées de vivre à leur domicile. Pour Françoise Dro, directrice des personnes handicapées au Conseil général, « les personnes handicapées se sentent mieux intégrées dans la société, elles envisagent donc plus facilement de vivre de façon autonome ». La Prestation de compensation du handicap (PCH), délivrée par le Conseil général, constitue l’outil de base pour accompagner les personnes qui ont un handicap important. Elle permet notamment de se faire aider pour les actes essentiels de la vie quotidienne, avec une auxiliaire de vie par exemple, ou d’obtenir des aides techniques pour aménager son logement ou son véhicule. Certaines dépenses spécifiques, propres au handicap, peuvent également être financées. Par ailleurs, deux services d’accompagnement à la vie sociale (SAVS), gérés par l’Adapei et l’établissement public des Éparses à Chaux, permettent d’accompagner les personnes souffrant de déficiences intellectuelles ou psychiques, le handicap le plus courant. « Elles ont besoin d’aide pour gérer leur budget, leur vie familiale, ou encore faire des démarches administratives, 18 vivre le territoire N°127 le magazine du conseil général du territoire de belfort M. et M me Laurent, parents de Benoît : « Qu’il ait un avenir quand nous ne serons plus là. » Benoît Laurent, fils de Marie-Françoise et Michel, a 35 ans et il est autiste. Depuis le mois de septembre 2011, il est accueilli quotidiennement au sein de l’établissement « Les Éparses » à Chaux. Un heureux changement au sein de cette famille douloureusement marquée par des événements récents. « Le frère de Benoît est décédé au mois d’août dernier. Mon mari et moi prenons de l’âge. Quand nous ne serons plus là, Benoît n’aura plus personne. Nous pensons tous les jours à cela. Il faut qu’il puisse vivre sans nous. » Marie-Françoise parle avec émotion de la structure et du personnel qui accueille dorénavant son fils. « Depuis qu’il y est, Benoît est plus épanoui. Il fréquente des personnes de son âge qui ont le même handicap. Il pratique des activités qui lui plaisent. Les éducateurs ont beaucoup aidé Benoît à accepter le décès de son frère. Ça a été énorme pour nous. Il est maintenant sur une liste d’attente pour une place à plein temps. Il y en a peu… Ce sera sans doute long mais nous avons enfin de l’espoir car dorénavant nous parvenons à projeter Benoît dans un avenir avec ou sans nous. » poursuit la directrice. Sans ce service d’accompagnement, elles ne pourraient vivre de façon autonome. » Une nouvelle réponse sera bientôt donnée aux personnes souffrant de lésions cérébrales (suite à un accident par exemple) ou de handicap psychique (autisme, psychose…). « Il s’agit du Service d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH) créé en partenariat avec l’Assurance maladie. Ce service innovant prendra en compte l’ensemble des besoins de la personne, tant d’un point de vue médical que social. » À l’instar du SAVS, il s’inscrit dans le projet de vie de la personne en favorisant l’accès à l’ensemble des services offerts par la collectivité.
En établissement Des formules adaptées Avec l’ouverture récente de 12 nouvelles places en foyer d’hébergement pour travailleurs handicapés (Adapei), 30 places en foyer de vie et 14 places en foyer médicalisé aux Eparses à Chaux, l’offre d’hébergement dans le Territoire de Belfort témoigne des efforts importants réalisés par le Conseil général pour augmenter et diversifier l’accueil en structures spécialisées. Fait nouveau, on assiste à une augmentation des demandes en foyer médicalisé ou en maison d’accueil spécialisée. « L’espérance de vie augmente grâce à la qualité des prises en charge, mais les besoins médicaux sont plus prégnants avec l’âge », explique la directrice des personnes handicapées du Conseil général. L’hébergement en famille d’accueil, dont l’agrément et la formation sont assurés par le Conseil général, constitue aussi l’une des réponses adaptées au vieillissement. « Se pose également la question des handicaps spécifiques comme l’autisme, dont le nombre de places en établissement est actuellement satisfaisant pour les enfants, mais une fois adultes, de nouveaux besoins se feront sentir. » Les objectifs du nouveau schéma seront donc d’adapter l’offre existante pour mieux répondre aux besoins de la personne handicapée tout au long de sa vie. Vie professionnelle Ouvrir les portes du monde du travail Le Schéma départemental des personnes handicapées 2012- 2016 met également l’accent sur l’insertion professionnelle et le maintien des travailleurs handicapés dans l’emploi. « L’enjeu dépasse la simple notion de reconnaissance de travailleur handicapé, explique Françoise Dro, car il s’agit d’impliquer les institutions pour qu’elles se forment, les entreprises et les services publics pour les accompagner dans leur recrutement, et les personnes elles-mêmes pour élaborer leur projet professionnel. » Chaque année dans le Territoire de Belfort, la MDPH délivre environ 900 Reconnaissances de la qualité de travailleur handicapé (RQTH). Beaucoup, en particulier chez les jeunes, n’osent pas demander cette reconnaissance, craignant qu’elle L’Esat propose des activités professionnelles adaptées aux travailleurs handicapés dans les domaines variés. Le dossier Personnes handicapées : l’autonomie pour projet Édouard Scheidecker, 24 ans, assistant technique « Il m’a fallu du temps pour me construire une expérience. » « À mon arrivée dans la société "Carré médical Belfort-Mulhouse" en septembre 2009, quelques aménagements ont été nécessaires. Il a fallu notamment m’équiper d’un fauteuil électrique performant permettant, par exemple, une position verticale afin que je puisse assurer la réception de marchandises. Un bureau assez large, et dont la hauteur est réglable électriquement afin de pouvoir s’adapter à tous les types de fauteuils, a également été installé. Ces aménagements ont été possibles, entre autres, grâce aux aides de l’AGEFIPH (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées) et du Conseil général via la Prestation de compensation du handicap (PCH). Au sein de la société, je m’occupe principalement du service après-vente. Mes missions se partagent entre des tâches administratives et d’autres plus techniques telles que la programmation d’un fauteuil électrique. Il s’agit d’un premier emploi mais qui fait suite à de nombreux stages que j’ai pu faire dans le domaine du matériel médical. C’est un secteur qui m’intéresse depuis toujours. Il me permet d’allier mon goût pour les technologies à celui du contact avec le public. Il m’a fallu du temps pour me construire une expérience, comprendre et analyser ce que je pouvais apporter à une entreprise. Aujourd’hui j’exerce un métier que j’aime et qui m’offre, chaque jour, l’occasion d’évoluer. » ne facilite pas leur embauche en milieu ordinaire. L’objectif de la MDPH vise donc à informer et à renforcer les liens entre les partenaires, les employeurs et les organismes d’aide à l’emploi, pour que le monde du travail s’ouvre plus facilement aux personnes handicapées. « C’est notamment la mission du référent insertion professionnelle de la MDPH. Il peut orienter, par exemple, une entreprise qui souhaite aménager un poste de travail ou encore aider une personne malentendante à faire valoir ses compétences et à trouver un emploi en rapport avec son statut. » En milieu protégé, l’Adapei est le partenaire privilégié du Conseil général pour l’emploi des personnes intellectuellement déficientes. L’association gère ainsi un Établissement et un service d’aide par le travail (Esat) et une entreprise adaptée. Pour les personnes qui ne peuvent plus travailler à plein temps, une section d’accueil à temps partagé a récemment été mise en place avec l’aide du Département. Reliure et emballage, destruction de documents, entretien des espaces verts, ou encore « légumerie » pour fournir les cantines des collèges en produits locaux, l’Esat permet à près de 340 personnes de travailler dans un cadre adapté, encadrées par des professionnels. le magazine du conseil général du territoire de belfort vivre le territoire N°127 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :