[90] Vivre le Territoire n°119 juin 2011
[90] Vivre le Territoire n°119 juin 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°119 de juin 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : bientôt, les portes d’un monde à part vont s’ouvrir sur la presqu’île du Malsaucy. Des milliers de jeunes festivaliers venus de tous les horizons vivront durant trois jours au rythme de la magie des « Eurockéennes ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
DOSSIER EUROCKÉENNES 2011 Sur le sentier du rock avec le Conseil général Le 1er juillet, les portes d’un monde à part vont s’ouvrir sur la presqu’île du Malsaucy. Des milliers de jeunes festivaliers venus de tous les horizons vivront durant trois jours au rythme de la magie Eurockéennes. Plus de 70 propositions musicales et artistiques, un site repensé avec une scène sur l’eau et de nouveaux espaces dédiés à la convivialité, un camping de plus grande capacité, une montée en puissance du théâtre de rue… L’édition 2011 des Eurockéennes s’est donnée pour ambition de surprendre ses fans : « Depuis quelques années, nous souhaitions faire évoluer le festival et tout particulièrement son côté festif. Nous nous sommes inspirés du site remarquable voire exceptionnel qu’est le Malsaucy pour, entre autre, repenser l’organisation des espaces et les déambulations », explique Jean-Paul Roland, directeur de l’association Territoire de musiques, organisatrice du festival. Si le nombre de propositions musicales a été réduit afin d’offrir aux festivaliers la possibilité de voir tous les concerts, l’offre artistique a cependant augmenté. « Pour les festivaliers, les Eurocks c’est plus un temps de vie qu’un temps de consommation musicale (voir page 20,ndlr). Nous nous sommes donc donnés les moyens cette année, de répondre à cette 16 VIVRE LE TERRITOIRE N°119 LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT Exposition « rock » à l’Hôtel du département « Le rock pour beaucoup parle de musique, je pense que c’est avant tout un état d’esprit et la musique est là pour le véhiculer, le faire bouger, le jouer, le crier ! ». Jusqu’au 23 juin, Thibault Stipal, photographe parisien, originaire de Royan, expose sa vision du rock dans le hall du Conseil général. Une vingtaine de portraits d’hommes, de femmes, jeunes ou moins jeunes, anonymes, rebelles, et troublants interpelleront par leur atmosphère sombre, parfois gênante mais toujours élégante. Comme la musique qu’elles représentent, ces images font du bruit. « Rock » de Thibault Stipal – Exposition photographique dans le hall de l’Hôtel du département, Place de la Révolution française à Belfort, du 30 mai au 23 juin 2011, du lundi au vendredi de 8h45 à 12h00 et de 13h45 à 17h30. Entrée libre. attente et même d’aller au-delà. » Théâtre de rue, fanfares (voir page 18), animations, spectacles… « Les Eurockéennes sont vécues comme une aventure collective et pour les plus jeunes comme un rite initiatique joyeux. Nous avons mis l’accent sur cette dimension. Cette édition va surprendre tout le monde, même les habitués ! ». Et pour que la fête soit parfaite, le Conseil général et l’association Territoire de musiques ont également développé avec leurs partenaires les projets « Eurockéennes solidaires » (voir page 19) : bouchons d’oreilles, sensibilisation à l’environnement, accueil des festivaliers handicapés… vont faire partie intégrante de la fête pour que cette « petite république éphémère » (voir page 20) soit plus que jamais grandement solidaire. Retrouvez l’ensemble de la programmation et les infos pratiques sur www.cg90.fr
Interview croisée Yves Ackermann, Président du Conseil général du Territoire de Belfort Vivre le Territoire : Le Conseil général a donné naissance au festival en 1989. Quelle est aujourd’hui la nature des relations qui lient la collectivité à cet événement musical à destination de la jeunesse ? Yves Ackermann : La relation est très forte car elle s’appuie sur un dessein commun. Nous portons l’ambition chaque année de réussir une fête pour la jeunesse, de réunir les conditions pour créer un moment de bien-être collectif, de découverte et d’ouverture vers l’autre et vers le monde. Au-delà de cette communauté de vue essentielle, il y a bien sûr le lieu sur lequel se déroule le festival. Le Malsaucy est le site emblématique du Conseil général et il contribue fortement à l’identité et à la réussite des Eurockéennes. Enfin, même si les partenaires privés ont pris une part grandissante ces dernières années, le Conseil général reste le premier partenaire de l’événement et garantit ainsi sa pérennité, c’est important. Jean-Marc Pautras : Le Conseil général est le fondateur des Eurockéennes et il est également l’un des membres majeurs de la gouvernance de l’association Territoire de musiques. De fait, son empreinte est très forte. J’ajouterai, pour reprendre « le dessein commun » qu’évoquait Yves Ackermann, la préoccupation partagée de l’intérêt public, l’attention portée à l’accessibilité tarifaire, la volonté de construire chaque édition avec les forces vives du Territoire et une vigilance permanente vis-à-vis des problématiques de société. La convergence de vue qui fonde la relation entre le Conseil général et l’équipe de Territoire de musiques est profonde et fertile. Ce festival est construit chaque année pour un territoire et pour faire rayonner ce territoire. Il a toujours été conçu ainsi et nous poursuivrons dans cette voie. VLT : Une étude a été menée sur les Eurockéennes et son public en 2010. Quelles conclusions en tirez-vous ? Yves Ackermann : Il est toujours intéressant de poser un regard neutre, objectif et en l’occurrence expert sur ce type d’événement. Cette étude a mis en avant les spécificités des Eurockéennes et de son public. Il en ressort notamment que le festival se féminise et que le festivalier « type » est de plus en plus respectueux de l’autre. D’une manière générale on ne peut que constater à la lecture des conclusions que les Eurockéennes sont parvenues à réunir un large public autour des valeurs qui l’animent depuis sa création. Nous ne pouvons qu’en être fiers. Jean-Marc Pautras : J’ajouterai que cette étude est arrivée à un moment où nous réfléchissions à une nouvelle étape, à un nouveau projet pour les Eurockéennes, et il en ressort notamment que le festival est vécu comme un moment culturel et festif bien sûr, mais aussi comme une parenthèse atypique voire initiatique. Les festivaliers vivent ces trois jours comme une expérience de vie où les valeurs de solidarité et d’ouverture à l’autre sont très présentes et très fortes. Ces conclusions ont conforté les projets que nous avions élaborés. De fait, nous allons approfondir, dès cette édition, cette notion d’expérience de vie qui est vécue finalement comme l’âme du festival par les festivaliers. Le dossier Sur le sentier du rock avec le Conseil général Jean-Marc Pautras, Président de l’association Territoire de musiques, organisatrice des Eurockéennes VLT : Modification de l’organisation du site, développement de l’animation et du théâtre de rue… L’année 2011 va-t-elle marquer une étape dans l’histoire des Eurockéennes ? Yves Ackermann : Je le pense effectivement. Si les festivaliers viennent dans le Territoire de Belfort durant ces trois jours, c’est bien évidemment pour la musique mais c’est aussi pour l’accueil qui leur est réservé. Le pari de cette édition, c’est le pari de la séduction. Proposer des services supplémentaires, améliorer le confort et le bien-être des personnes qui souvent viennent de loin, accueillir à bras ouverts ceux qui pourraient être évincés de ce type d’événements, je pense notamment aux personnes handicapées… Cette approche va dans le bon sens. Je suis très confiant pour ce qui est du succès de cette nouvelle édition. Jean-Marc Pautras : Il est certain que les Eurockéennes 2011 vont surprendre les festivaliers. Nous allons donner dès cette année un signal fort aux Eurockéens. La modification des scènes, des cheminements sur le site, la qualité de l’accueil et le développement de nouvelles expressions artistiques, entre autres, vont générer un véritable dépaysement même chez ceux qui y viennent depuis les débuts. Les festivals vivent au rythme de cycles. Les Eurockéennes vont en amorcer un nouveau en 2011. Pour cette édition, nous avons choisi le parti pris de l’audace, de la qualité de l’accueil, et je souhaite préciser à ce propos que l’ensemble de nos partenaires publics mais aussi privés nous ont particulièrement soutenus et accompagnés dans ces évolutions. Les Eurockéennes 2011 vont étonner. LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT VIVRE LE TERRITOIRE N°119 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :