[90] Vivre le Territoire n°113 novembre 2010
[90] Vivre le Territoire n°113 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°113 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : la politique du Conseil général à destination des personnes âgées souffrant d’une perte d’autonomie vise à offrir aux aînés et à leurs familles une solution personnalisée et adaptée à chaque situation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Le Conseil général en actions à savoir La MIFE (Maison de l’information sur la formation et l’emploi) est une structure mise en place par le Conseil général du Territoire de Belfort en partenariat avec la Ville de Belfort. Elle regroupe différents services touchant à l’insertion, à la formation professionnelle et à l’emploi, et propose aux usagers un centre de ressources et de conseil : la Cité des métiers. Retrouvez le programme du Mois de l’économie sociale et Solidaire sur www.lemois-ess.org Économie sociale et solidaire Des entreprises citoyennes au service de tous Entreprendre, employer, consommer autrement… C’est possible ! Tout au long du mois de novembre, la MIFE, la Maison de l’emploi et plusieurs partenaires du Territoire de Belfort proposent de faire découvrir au plus grand nombre comment fonctionne l’Économie sociale et solidaire (ESS). Les entreprises d’économie sociale et solidaire n’ont pas le profit pour finalité première. Leurs objectifs sont ailleurs : dans la lutte contre les exclusions, dans le commerce équitable, la santé ou encore l’éducation de proximité. Dans le Territoire de Belfort, 400 associations emploient 5 000 personnes. Elles investissent des secteurs d’activité tels que les services aux particuliers, l’insertion professionnelle, mais aussi la culture, le sport et le médico-social. Pour mieux comprendre comment fonctionnent ces structures, le Conseil national des Chambres régionales de l’Économie sociale et solidaire (CNCRES) a initié « Le Mois de l’économie sociale et solidaire », dont la troisième édition a lieu ce mois-ci. Dans le Territoire de Belfort, la MIFE, la Maison de l’emploi, ainsi que différents partenaires privés comme la Caisse d’épargne de Belfort se sont associés pour organiser un programme de rencontres et de formations destiné à toutes les personnes concernées ou simplement intéressées par la question. Un secteur en développement Pour Céline Biennassis, responsable du DLA 90 (Dispositif d’accompagnement local) au sein de la MIFE, « ce sera l’occasion pour les différentes structures d’échanger leurs expériences et de dialoguer sur des problématiques communes ». Comment présenter son projet ? Comment gérer les ressources bénévoles ou salariées ? « Souvent, ce sont des militants qui sont à l’origine de ces projets, des personnes passionnées mais qui ont tout à apprendre en matière de gestion et d’administration d’entreprise. » Ces entrepreneurs, initialement bénévoles, se retrouvent confrontés à de nouvelles fonctions telles que celle d’employeur. « Le DLA les accompagne et offre des réponses pour « structurer leur activité, précise la respon- Dans le Territoire de Belfort, sable. Les associations 400 associations ou les coopératives emploient sont majoritairement 5 000 personnes. » demandeurs de ce type de service. » Depuis la mise en place du DLA dans le Territoire de Belfort en 2006, le nombre d’emplois lié à l’économie sociale et solidaire a augmenté de 5%. contact Céline Biennassis, Des ressources pour le territoire Pour le Conseil général du Territoire de Belfort, cette dynamique participe pleinement au développement territorial dans lequel la collectivité joue un rôle moteur. « Le Département s’entoure de partenaires associatifs pour intervenir sur le terrain, dans des secteurs dont il a la responsabilité comme l’aide aux personnes âgées et aux personnes handicapées, ou encore l’insertion des personnes bénéficiaires des minima sociaux », rappelle Yves Ackermann, 8 vivre le territoire N°113 le magazine du conseil général du territoire de belfort président du Conseil général. La progression des emplois associatifs incite les entreprises d’ESS à chercher d’autres modes de financement. « Nous les invitons à se tourner vers le privé qui peut offrir de nouvelles formes de coopération », poursuit Céline Biennassis, précisant que des dispositifs incitatifs ont été mis en place, tel que le mécénat de compétences qui permet de déléguer gracieusement et ponctuellement un salarié auprès d’une association d’intérêt général. Un mois pour comprendre Au-delà de son potentiel en termes de création d’emplois, l’ESS concourt à valoriser les ressources locales. Qualification de la main-d’œuvre, mise en valeur des compétences, mutualisation et coopération entre associations et entreprises, sont autant d’avantages qui en découlent. Le programme du mois de novembre permettra certainement de mieux comprendre comment fonctionne cette économie parallèle. En France, grâce à elle, deux millions de salariés ont donné un autre sens à leur vie professionnelle, en se tournant vers les autres. CR responsable DLA MIFE Place de l’Europe à Belfort Tél. 03 84 90 40 00 celine.biennassis@mife90.org www.mife90.org
Isabelle Strock Riblet, directrice d’Empreinte Éco Nature à Essert « J’ai créé mon association pour contribuer à améliorer le quotidien des gens et démontrer que l’on peut prendre soin de soi avec des produits naturels tout en restant dans le coup. C’est un domaine où il faut être pragmatique, d’où la mise en place d’ateliers pratiques. Celui qui marche le mieux, c’est celui où l’on fabrique ses propres cosmétiques bio. L’association joue aussi un rôle fédérateur, en créant du lien social et de l’animation de proximité. C’est très important à mon sens. Nous avons fait appel au DLA pour nous aider à crédibiliser notre activité, à mieux structurer l’association dans le but de proposer nos ateliers à des entreprises ou des collectivités. De cette façon nous espérons pouvoir créer un nouveau poste d’animateur. » L’entretien paysager du Parc de la Douce, propriété du Conseil général, a été confié aux Chantiers de l’économie solidaire, un atelier d’insertion par l’activité économique qui permet aux personnes, en contrat temporaire de plusieurs mois, de sortir de l’exclusion sociale.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :