[90] Vivre le Territoire n°113 novembre 2010
[90] Vivre le Territoire n°113 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°113 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : la politique du Conseil général à destination des personnes âgées souffrant d’une perte d’autonomie vise à offrir aux aînés et à leurs familles une solution personnalisée et adaptée à chaque situation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
MÉMOIRE Le monument érigé en 1902 à la mémoire de l’Abbé Miclo. À savoir Le 4 novembre 1870, le colonel Denfert-Rochereau, commandant de la place de Belfort, dispose de 17 000 hommes et de 350 canons pour défendre la forteresse. La guerre franco-allemande de 1870 Épisode I : les premiers combats dans le Territoire de Belfort Après quelques semaines de tensions liées à la succession au trône d’Espagne, l’Empire français entre officiellement en guerre contre le royaume de Prusse le 19 juillet 1870. Quatre principautés allemandes apportent leur soutien à la Prusse : le Bade, le Wurtemberg, la Hesse et la Bavière. Les premiers combats se déroulent début août dans le nord de l’Alsace et tournent rapidement à la catastrophe pour les armées françaises. Le 2 septembre 1870, Napoléon III en personne est contraint de capituler et de se constituer prisonnier à Sedan. Le gouvernement provisoire de la République, proclamé le 4 septembre, continue cependant la lutte dans Paris assiégé. Trois colonnes prussiennes L’Alsace est presque entièrement tombée début octobre, mais jusque-là, la place forte de Belfort ne semble pas être un objectif pour les Prussiens. Le 16 octobre, le préfet Grosjean se réfugie à Belfort. Fin octobre, les armées ennemies commandées par le général von 28 La demande de reddition de la Place. vivre le territoire N°113 Tresckow reçoivent l’ordre d’investir Belfort. Les 15 000 hommes de troupe s’approchent de la forteresse en trois colonnes. L’une avance par le pied des Vosges, la seconde va de Dannemarie vers Delle, la troisième fonce sur Roppe. Le 2 novembre, des combats mettent aux prises les armées prussiennes et les soldats français. Le premier combat a lieu au « champ des fourches » à Rougemont, il oppose l’armée régulière prussienne à des volontaires et des gardes mobiles peu aguerris. En tentant de barrer la route aux cavaliers Uhlans, les volontaires de Rougemont et des villages alentours sont pris sous le feu des Prussiens. Rapidement le groupe commandé par le lieutenant Géhin se débande et cherche à prendre la fuite dans la forêt, mais rattrapé par les cavaliers, il laisse dix-sept morts sur le champ de bataille. Pour couper court à toute résistance dans le village, les Prussiens bombardent Rougemont, incendiant une maison. Combat à Grosmagny Le second accrochage a lieu dans la même zone, le même jour. Se méfiant énormément des francs tireurs qui pourraient tirer sur les troupes en mouvement, le commandement prussien a pris l’habitude de placer à la tête des détachements qui entrent dans les villages, des civils français pris en otage. En fin de matinée, à l’entrée de « Le commandement prussien a pris l’habitude de placer à la tête des détachements qui entrent dans les villages, des civils français pris en otage. » le magazine du conseil général du territoire de belfort Grosmagny, les troupes prussiennes se heurtent à des Mobiles français, mais ceux-ci ne disposent pas d’artillerie ni de cavalerie. Le bref combat tourne en défaveur des Français. Trois maisons du village sont incendiées. Victimes de la guerre Parmi les blessés graves, on relève l’Abbé Miclo, vicaire d’Étueffont-Haut. Les circonstances exactes de sa mort dramatique demeurent floues. Il fait partie, avec son confrère l’Abbé Lacreuse, de ces prisonniers que les Prussiens utilisent pour se protéger des francs-tireurs. Mais contrairement à ce que montre le monument commémoratif érigé en 1902 de façon très revancharde, il est peu probable qu’il ait été abattu de sang-froid par un officier allemand. Blessé grièvement, l’abbé est soigné par les sœurs dominicaines de Saint-Nicolas et par un médecin militaire prussien. Il décède à la cure d’Étueffont-Haut le 14 novembre 1870. Ces deux brefs combats n’empêchent pas les troupes prussiennes de resserrer leur étau autour de la forteresse de Belfort en liaison avec les troupes qui ont suivi la frontière suisse. Et même si l’encerclement n’est pas encore total, le 4 novembre le général von Tresckow demande au commandant de la garnison de la forteresse de lui livrer la place. J-C. T
JEUX concours Mots emmêlés de Yvon dit Claude Augé P A T R I M O I N E S T A E L S A R O G A A R A M O N A G R E P N O E G A N G R E N A A R L S O O M M T I D N E T E L O I S I R R A O T N R S R E C O U P E O T A T I A E A E I R E T N A F N I M I U T T G I A N D R R U A E F I Q U I T O S L E R O P M E T A Q U I N E R I F L A R D E I A P U E O V R E I L A T I P S O H S E S P E R A N C E E D S F A C N I E A T V O S E G R O F S E L A I O S N E E E S T N E M U N O M A T O U T N R S S R E I T E M O M E D O M E T T T S D R O C E R Tous les mots listés ci-dessous se lisent en tous sens. Parfois, une ou plusieurs lettres déjà utilisées peuvent servir à compléter d’autres mots. Les lettres restantes, dans l’ordre déjà établi, vous permettront de trouver le nom composé dont voici la définition : Site à visiter près de la commune d’ANJOUTEY. Les mots à trouver : Accepter – Acéré – Azuréen – Baguenaudier – Carrossier – Cartésien – Conférence – Cotre – Court-métrage – Emboîtage – Engranger – Entrelacs – Entreprendre – Esche – Este – Étriers – Faon – Frégate – Guidera – Igné – Interprétation – Intrigante – Kantien – Leval – Lion – Logement – Loupiote – Mioche – Moucharabieh – Moutarde – Oseraient – Poker – Rebec – Ronéo – Rurale – Santé – Simuler – Teintant – Tragédien – Trient – Zoom. Échecs Cette rubrique est assurée par Rémi LEGENDRE, Conseiller Technique et Pédagogique du jeu d’Échecs pour le Territoire de Belfort. Elle vous présente 2 positions de combinaison avec, pour chacune d’elles, une légende et une question vous mettant sur la voie. Étienne Bacrot Maurice Raizman Les Blancs jouent et gagnent Étienne Bacrot a été en 1997 le plus jeune Grand Maitre (à 14 ans et 2 mois) et détient aussi à son actif six titres de Champion de France (de 1999 à 2003, et 2008). Dans cette position, il conclut une « miniature » (une partie très courte de moins de 22 coups), ce qui est rare à haut niveau Où s’initier et jouer aux Échecs à Belfort ? Stade Échiquéen Anatoli KARPOV, 34bis rue André Parant à Belfort, tous les jours de 14 h à 19 h (sauf dimanche et lundi). : 03 84 21 52 80 e-mail : technique@belfort-echecs.fr site web : www.belfort-echecs.fr Les Noirs jouent et gagnent du matériel.. Maurice Raizman (1905-1974) a marqué l’histoire des championnats de France avec six titres remportés (record codétenu par Étienne Bacrot et César Boutteville, présents tous deux à Belfort cette année). Dans cette position, M. Raizman profite de son fort cavalier pour gagner du matériel après une forte combinaison. Échecs : 1/1.Ff6 ! ! abandon car : 1…Tfd8 (1…gxh5 2.Dd2 ! ! suivi de Dh6-g7 mat) 2.Dc1 ! Dd6 (2…gxh5 3.Dh6 gagne) 3.Dh6 Dd2+ (3…Df8 4.Dxh7 mat) 4.Dxd2 Txd2 5.Txh7 Rxh7 (5…Txc2 6.Th8 mat) 6.Rxd2 avec 3 pions de plus (E. Bacrot – G. Sargissian, Inventi Chess Tournament 2009). 2/1…Dxd4 ! ! (éliminant la seule pièce défendant la case f2) 2.Cxd4 Cf2+ ! (récupère avec bénéfice la Dame investie) 3.Rg1 Cxd1 et les Noirs ont une Tour de plus.(I. Anagnostou – M. Raizman, Olympiades Amsterdam, 1954). Mots emmêlés : Solution : Forge musée d’Étueffont Vieillir sereinement, tout simplement 1er prix : Un lot composé d’une clé USB d’une capacité de 4 Go, d’un porte-clefs et d’un parapluie 2 e prix : Un lot composé d’une clé USB d’une capacité de 4 Go et d’un porte-clefs. 3 e prix : Une clé USB d’une capacité de 4 Go Et 20 lots Conseil général du Territoire de Belfort. 1 2 Dans le Territoire de Belfort, combien de personnes âgées bénéficient de l’Allocation personnalisée d’autonomie ? a. 2 973 b. 2 397c. 2 793 Les personnes âgées résidant dans les établissements du Territoire de Belfort paient : a. La partie « hôtelière » b. La partie « soins » c. La partie « dépendance » Combien de personnes âgées 3 font appel à l’accueil de jour dans le Territoire ? a. 25 b. 250c. 2 500 Vivre le Territoire n°111, les réponses au concours « Collèges : qualité et confort au menu des cantines » : 1-b, 2-a, 3-c, 4-a, 5-b Les gagnants sont : 1er prix : Cindy LORRAIN 2 e prix : Monique CANEL 3 e prix : Denise HEINIS Guichet unique à destination 4 des personnes âgées et des personnes handicapées, la Maison de l’autonomie se situe : a. À Belfort b. À Merouxc. À Fontaine Les gagnants des 20 lots Conseil général : André CASTANIER, Edith MENGIN, Damien BLUEM, Régine PARROT, Nicolas SEGALOTTI, Philippe TOVENA, Magdeleine POIRRIER, Roland MIELLET, Estelle ALFRED, Jean-Paul GOULINET, Sadeck DILMAHOMED, Michel COLARD, Elisabeth FORNASIER, Patrice TOSI, Anne- Claire HARLEZ, Corinne LARRIERE, Christian MARTIN, Sandrine LAURENT, Aurore DASSY, Mireille FISSLER. Les lauréats qui ne peuvent se rendre à la remise des prix pourront retirer leur lot à l’Hôtel du Département dans un délai de 1 mois suivant la date de publication des résultats du concours. 5 Le service Domicile écoute seniors met à disposition des personnes âgées : a. Un psychologue b. Un ergothérapeutec. Un diététicien Envoyer vos réponses avant le 30 novembre 2010 sur www.cg90.fr, rubrique Concours VLT ou sur papier libre, en mentionnant vos nom, prénom, adresse, commune, code postal et téléphone à Vivre le Territoire, direction de la Communication, Hôtel du Département, place de la Révolution Française, 90020 Belfort Cedex vivre le territoire N°113 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :