[90] Vivre le Territoire n°112 octobre 2010
[90] Vivre le Territoire n°112 octobre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°112 de octobre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : le Conseil Général agit pour une culture soit vivante et soit accessible à tous.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
BIBLIOTHÈQUE-Médiathèque d’Essert Un lieu de vie et de partage autour de la culture Récente, la médiathèque d’Essert a intégré en 2008 le réseau des 33 bibliothèques animées par la Médiathèque départementale. En moins de trois ans, la structure a séduit les habitants de la commune et a donné un nouveau souffle au cœur de village. Abritée dans les locaux résolument contemporains de la mairie, la médiathèque d’Essert accueille ses usagers dans un espace de plus de 260 m², lumineux et fonctionnel. Ouverte en janvier 2008, elle a im médiatement trouvé son public. « Avant, les habitants d’Essert étaient contraints d’aller à Belfort pour trouver ce type de service. Dès le début, nous avons eu un fort afflux, explique Nathalie Majkowsky, directrice. Aujourd’hui, nous avons 780 inscrits dont 600 adhérents qui viennent régulièrement. » Plus de 8 600 documents Entourée par une équipe de 16 bénévoles, Nathalie Majkowsky anime la structure avec dynamisme et passion. « Notre principale mission est d’ouvrir les gens à un autre pan de la culture que celle qui est présentée par les médias. Nous ne sommes ni une librairie, ni un vidéoclub ! Si certaines personnes avaient quelques difficultés à l’accepter au départ, c’est aujourd’hui chose faite. » Presse quotidienne régionale, magazines, livres, CD, DVD, cédéroms… plus de 8 600 documents sont mis à la disposition du public « et renouvelés régulièrement ! Nous avons une part en fonds propres et une autre part qui nous est fournie par la Médiathèque départementale. » Si certains usagers restent à l’affût des dernières nouveautés en rayon, d’autres trouvent en ce lieu bien plus qu’un livre ou un film. « Nous avons la chance d’avoir une équipe de bénévoles particulièrement motivée et disponible qui participe à faire de notre médiathèque un Valérie Viclaz, bénévole à la bibliothèque-médiathèque d’Essert « M’impliquer dans la vie de la commune » « Dès que j’ai su que la médiathèque cherchait des bénévoles, je me suis présentée. J’ai toujours été intéressée par la culture et j’avais très envie de m’investir dans la vie de la commune. Depuis près de trois ans, je consacre ainsi quatre à sept heures par semaine à l’accueil du public et à l’animation du lieu. J’écoute les gens, leurs attentes et j’essaie de les conseiller et d’aiguiller leurs choix. Au début, j’étais un peu effrayée par tout le travail nécessaire en coulisses. Dès lors, on m’a proposé une formation dispensée par la Médiathèque départementale à raison d’un jour par semaine durant six mois. C’était particulièrement intéressant. Depuis, je suis en moyenne quatre à cinq formations par an. Cela m’enrichit personnellement et m’aide dans mon rôle de conseil aux usagers. Nous formons une équipe particulièrement sympa. C’est un vrai plaisir d’être là. » 18 vivre le territoire N°112 le magazine du conseil général du territoire de belfort lieu de vie, de rencontre, de découverte et de partage autour de la culture. Nos usagers apprécient. » Avec le soutien de la Médiathèque départementale Quels sont les liens qui vous unissent à la Médiathèque départementale ? « Au-delà du renouvellement régulier de nos documents (livres, CD, DVD, etc.), la Médiathèque départementale nous apporte un soutien technique, financier, logistique ainsi qu’un programme d’animations parti culiè rement riche avec, par exemple, le Mois du film documentaire, ou Les Petites fugues… Lors de la création de notre structure, elle a également participé à l’informatisation de notre système et a permis la montée en compétence de nos bénévoles (voir témoignage ci-contre) grâce au programme de formations gratuites qu’elle met à disposition des bibliothèques et de leurs personnels. C’est un soutien incontournable. » Contact Médiathèque d’Essert, place de la Mairie. Tél. 03 84 90 45 72. mediatheque@essert-france.eu www.mediatheque-essert.eu Horaires d’ouverture : Les mardis et jeudis de 16h à 18h30, le mercredi de 10h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h, le samedi de 9h à 12h30.
Médiathèque départementale Le dossier Pour une culture vivante et accessible à tous Les coups de cœur de ses professionnels Au-delà des tubes de l’été, des prix littéraires et des grosses réalisations hollywoodiennes, il existe une production de qualité qui souvent, loin de la culture marchande, reste dans l’ombre. Professionnels passionnés, les membres de la Médiathèque départementale vous livrent leur coup de cœur du moment. Une invitation à la découverte de nouveaux horizons littéraires, musicaux et cinématographiques. Le coup de cœur de Gilles Barthélémy, Pôle vidéo de la Médiathèque départementale. Himalaya, le chemin du ciel, Marianne Chaud (2008 – 1h06 min.). Bienvenue au monastère de Phuktal, dans la région du Zanskar. Des moines vivent là une existence hors du temps, accrochés au flanc d’une falaise quasi inaccessible à près de 4 000 mètres d’altitude. La réalisatrice Marianne Chaud, également ethnologue, y est montée pour filmer la vie de cette communauté bouddhiste, et particulièrement celle des enfants dont Kenrap, jeune moinillon de 8 ans. Ce film d’une grande beauté, dépourvu d’exotisme facile, s’appuie sur la qualité du regard et des échanges entre la cinéaste et les personnages et montre, une nouvelle fois, combien le cinéma documentaire peut être du grand cinéma. Récompensé par le César du meilleur documentaire 2010, Himalaya, le chemin du ciel figurera dans la programmation de la 11 e édition du Mois du film documentaire du 4 au 20 novembre prochain. Le coup de cœur de Catherine Heisel, Pôle livres adultes de la Médiathèque départementale. Le jour ou Nina Simone a cessé de chanter Darina Al-Joundi et MohamedKacimi, Éditions Actes Sud. Darina al-Joundi, comédienne, rend hommage à son père dans ce récit qu’elle a joué sur scène au festival d’Avignon. Un texte poignant, parfois cru, une histoire de transmission filiale inhabituelle. Ce père, Syrien laïc journaliste et écrivain en exil au Liban, lui a appris à être une femme libre, à s’affirmer contre vents et marées : présent pour sa première goutte d’alcool, ses premières règles, ses premiers dérapages violents, à l’image de son pays, en pleine guerre civile. Elle nous livre ici un livre d’amour et de reconnaissance pour son père, mais également des réflexions amères ou révoltées qui nous plongent au plus profond de la société libanaise, avec ses antagonismes et ses paradoxes révélant l’histoire du Liban contemporain. Le coup de cœur de Joseph Illana, Pôle discothèque de la Médiathèque départementale. « The Beekeeper », Tori Amos. Tori Amos est connue pour avoir utilisé son piano comme instrument principal alors que la plupart des rock-stars préfèrent la guitare. « The Beekeeper » – « L’apiculteur » – traite des thèmes de la mort, de l’adultère et des conflits amoureux. Musicalement parlant, dans cet album, Tori intègre aussi bien des chœurs celtiques que des tambours africains, ce qui le rend plus mélodique. À la première écoute, il me semblait plus lisse et léger que les précédents, presque trop serein : autant dire que j’ai été un peu surpris. Mais au bout de quelques passages, les mélodies finissent par laisser leurs marques, certains morceaux se révèlent finalement vraiment dignes de Tori Amos. C’est un pur bonheur, ils s’emparent de vous petit à petit et l’on ne se lasse plus d’écouter. Le coup de cœur de Véronique Poulet, Pôle livres jeunesse de la Médiathèque départementale. « Mon frère », Emmanuel Parmentier, Grrr… Art Éditions. Ce roman à l’écriture fluide, sensible, parfois violente et parfois douce, mêlant habilement langage parlé et petits poèmes, nous plonge dès sa troisième page au cœur d’un drame familial. Léo, 19 ans, vient de se tuer en voiture et nous ferons corps avec Théo, son frère de 14 ans tout au long des étapes de son deuil : de l’incrédulité à la colère, de la colère à la douleur, de la douleur à l’apaisement, de l’apaisement à la reconstruction. Ce livre fait résonner en nous la douleur due à l’absence de l’être aimé et nous rappelle toute la valeur des bons moments de la vie. le magazine du conseil général du territoire de belfort vivre le territoire N°112 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :